lundi , 21 août 2017
Accueil / People / Raouf Goolfee, moniteur d’auto école : son véhicule spécialisé pour les handicapés
100717_goolfee

Raouf Goolfee, moniteur d’auto école : son véhicule spécialisé pour les handicapés

Raouf  Goolfee a créé le premier véhicule utilisé comme auto-école avec deux volants, 5 freins et 5 accélérateurs. Il compte plus d’un demi-siècle d’expérience au service des aspirants-chauffeurs.

Ainsi, Anwar Mohun, privé de l’usage des ses deux  jambes est le premier handicapé à avoir réussi à décrocher son permis de conduire et Charlotte Ashley la première dame à le faire.

De père en fils

Nous nous sommes rendus chez  Raouf Goolfee à la rue Maulana Abdool Rashid Nawab à Plaine Verte. Moniteur d’auto-école, il est connu pour avoir bricolé une voiture unique en son genre à Maurice pour les handicapés.. On le considère comme un génie en mécanique, mais il préfère  le terme bricoleur. Son père Dawood fut le premier à avoir inventé le Code de la Route  et aussi le premier à détenir le permis pour opérer comme moniteur  en 1954. Ainsi on peut dire que les  Goolfee  ont  écrit  une page  d’histoire de l’auto école à Maurice.

C’est  avec beaucoup de nostalgie que  Raouf nous retrace le parcours  de son père. «Mon père était un touche-à-tout.  À tel point que sa curiosité l’a poussé à rédiger  le code de la route.  Il mit au point la première voiture (Dual control) avec deux  volants, deux accélérateurs et deux freins  dans sa voiture, une Austin Singer Morris 8.  Comme Maurice était  une colonie anglaise à l’époque et ayant eu vent de son invention, deux émissaires  de sa Majesté,  furent délégués à Maurice par le gouvernement anglais pour offrir à mon père un billet d’avion, tous frais payés pour un voyage en Angleterre. Il a été récompensé par un «Award » en 1962 », nous raconte-t-il.

Et 4 ans après, en 1966, c’est  au tour du gouvernement de Sir Seewoosagur Ramgoolam de  nommer son père comme  responsable  du département auto école à Maurice.  Un camion et un autobus furent  mis à sa disposition pour les véhicules à double commande (dual control system). Il avait même  reçu le feu  vert du Premier ministre et du Commissaire de Police pour le contrôle à travers l’île  et rappeler a l’ordre les chauffeurs indisciplinés  sur la route.

Bhai Dawood était le seul à détenir cette autorisation à Maurice. Son bureau  se trouvait à la rue Maulana Abdool Rashid Nawab à Plaine Verte. Bien avant la «Traffic Branch »,  des Casernes Centrales  Bhai Dawood avait déjà créé 29 signes qu’il remit à la Traffic Branch.

à l’époque du père de Raouf Goolfee
à l’époque du père de Raouf Goolfee

Assumer la relève

Raouf, 57 ans, est le 4ème  d’une  fratrie de 12  enfants. Il a appris à faire ce travail de son père. À l’époque, son frère aîné, Farook, travaillait  déjà  avec son père. En 1974, Raouf allait assumer plus de responsabilités, lorsque Farook devait quitter Maurice pour s’installer en Angleterre. C’est aussi l’année où bhai Dawood nous a quittés.

Raouf , âgé alors de 25 ans décida de prendre la relève.  «J’ai obtenu mon permis d’auto école  en 1975. J’ai travaillé avec  mon père  pendant une dizaine d’années.  Cela fait 52 ans  depuis que je  donne le meilleur de moi-même pour satisfaire mes clients, dont des handicapés. C‘est avec la grâce d’Allah  que j’ai pu mettre en place  une voiture avec deux volants, 5 accélérateurs et 5 freins. Ainsi, même les personnes qui ont perdu l’usage  de leurs jambes  peuvent eux aussi conduire une voiture», dit-il avec un brin de fierté.

Mais il est découragé par l’attitude  de la Traffic Branch. En effet, il  a fait une demande  depuis déjà 5 ans, pour l’obtention d’un permis  d’auto-école pour les handicapés. Il est toujours dans l’attente d’une réponse. En outre, son frère Mohamed Ally Goolfee qui a  une auto-école dûment enregistrée, et son permis de conduire, n’a pas obtenu une autorisation pour  son véhicule de prendre la route (fitness).  La National Transport Authority (NTA), et la Traffic Branch se renvoient la balle depuis une quinzaine d’années.

Commentaires

A propos de Fareed Dean

Ceci peut vous intéresser

ELIAS ASSENALLY

Elias Assenally, pêcheur : à 84 ans, il travaille pour gagner sa vie

Depuis son enfance, Elias Assenally n’a fait que côtoyer la mer. Il est toujours fasciné  …