samedi , 20 juillet 2019
Accueil / Interview / Raffick Bahadoor, président de la TPU : «Nous n’aurons d’autre choix que d’augmenter les tarifs»
Raffick Bahadoor

Raffick Bahadoor, président de la TPU : «Nous n’aurons d’autre choix que d’augmenter les tarifs»

Tout porte à croire que nous nous dirigeons vers une hausse des tarifs pour les courses en taxi. C’est du moins ce que le président de la Taxi Proprietors Union, Raffick Bahadoor, nous a déclaré dans l’entretien qui suit. Il prévoit également une manifestation des chauffeurs dans les semaines à venir.

Comment avez-vous accueilli les nouvelles configurations routières à Port-Louis ?
Je n’étais pas à Maurice ces dernières semaines et ce n’est que la semaine dernière que je suis rentré au pays. D’emblée, je peux vous dire que ces nouvelles configurations sont catastrophiques. À la rue Moka, la circulation est devenue plus dense et je déplore la malhonnêteté du gouvernement pour avoir procédé avec ces configurations en période de vacances scolaires durant laquelle la circulation diminue par plus de 35% que ce soit le matin ou durant l’après-midi. On veut faire croire à la population que la circulation s’est fluidifiée. Or, je me demande ce qu’il adviendrait à la rentrée en janvier ou encore en cas de pluies torrentielles à Port-Louis.

La rentrée et la pluie, deux choses à réprouver seulement ?
Non. Pas du tout, car je ne comprends pas pourquoi également le gouvernement a toujours recours aux ingénieurs ou autres experts étrangers pour se pencher sur le cas des automobilistes mauriciens. Ce n’est pas des simulations sur un ordinateur qui viendront résoudre le problème des embouteillages à Maurice. Il faudrait des études sur le terrain. Il est vraiment dommage que nous soyons « téléguidés » par des soi-disant experts étrangers !

«Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement a toujours recours aux ingénieurs étrangers.»

Que proposez-vous donc pour améliorer le trafic ?
Je vais vous le dire en quelques points seulement. Premièrement, lorsque les feux sont au rouge à la rue Deschartres, on aurait dû permettre aux véhicules se trouvant sur la deuxième voie de cette rue de pouvoir emprunter la troisième voie de la rue Moka en allant vers le nord en faisant usage d’un feu jaune clignotant. Actuellement, tel n’est pas le cas et cela perturbe la circulation à la rue Deschartres et à la rue Orléans. Deuxièmement, il aurait été plus juste que les autobus, quittant la gare Victoria, puissent emprunter l’autoroute pour se rendre à la rue Moka, Venus et ainsi de suite. Actuellement, ces autobus doivent passer par les rues Jemmapes, Orléans et D’Entrecasteaux pour ensuite rejoindre la rue Moka près de l’ancien marché de La Butte. Troisièmement, les personnes quittant les régions tels que Vallée-des-Prêtres, Cité La Cure, Vallée-Pitot, Plaine-Verte, entre autres, doivent désormais faire un plus long trajet pour se rendre à la gare Victoria. Elles doivent toutes passer par la rue Deschartres ou emprunter la rue Moka pour éviter les embouteillages. C’est complètement ridicule. Idem pour les autobus « navettes » desservant le trajet Port-Louis Central/Port-Louis Nord qui sont désormais contraints à faire des détours.

Comment ces nouvelles configurations affectent les opérations des taxis ?
Auparavant, par exemple, pour déposer un client de la gare Victoria à la rue Desforges, je le facturais à Rs 100, soit le tarif d’un « local ». Mais maintenant, depuis que les « experts » ont reconfiguré nos routes, lorsque je dépose mon client à la rue Desforges, comment dois-je faire pour retourner à la gare Victoria ? Il est évident que je dois passer par la rue Deschartres et retourner vers la gare. Je dois rouler plus. Combien dois-je facturer mes clients à présent ?

«Ce sont principalement les Mauriciens de la classe moyenne qui utilisent les taxis car ils n’ont pas de véhicules.»

Donc, nous devons nous attendre à une hausse du tarif d’un « local » ?
Nous n’aurons d’autre choix que d’augmenter les tarifs. Ce ne sont pas les chauffeurs de taxi qui doivent assurer les coûts additionnels générés par les déviations et autres configurations routières. Il est malheureux que ce sont les passagers qui paient les frais de l’irresponsabilité des autorités concernées. Aussi, ce sont principalement les Mauriciens de la classe moyenne qui utilisent les taxis car ils n’ont pas de véhicules. Serait-ce logique pour pouvoir encore facturer un « local » à Rs 100 ? Avec les embouteillages à Port-Louis et avec la rentrée scolaire en janvier, les chauffeurs de taxis vont perdre beaucoup de clients pour les courses « local ». Nous n’avons désormais qu’un seul trajet à faire pour pouvoir nous rendre à la gare Victoria et il est certain que la plupart du temps, nous allons nous retrouver pris dans les embouteillages durant ce trajet. Qui va dédommager les chauffeurs de taxi ? Et on a toujours voulu faire croire que les tarifs pratiqués par les taxis sont chers.

Mais il existe bien cette perception que les taxis « tire la vie »…
Bien souvent, les clients ne connaissent pas les réalités sur le terrain. Comme par exemple, à présent, un chauffeur de taxi doit parcourir une plus longue distance pour une course « local » dans le périmètre de la gare Victoria, Ward IV, Plaine-Verte, Vallée-Pitot, gare du Nord et ainsi de suite. Aussi, un chauffeur se trouvant à la rue La Chaussée et qui doit se rendre à la gare Victoria, est obligé de faire le trajet Port-Louis Central pour aller à la gare. Mais j’ai la solution pour résoudre ces problèmes et je la communiquerai aux autorités ultérieurement. Mais avant, « nou pou bizin fer ene coup gilet jaune ! »

«Il est inadmissible que des personnes vivant en Europe aient des taxis qui opèrent en leurs noms à Maurice.»

C’est une menace de la part des chauffeurs de taxis ?
Les chauffeurs de taxi ne font jamais des menaces inutiles et nous ne faisons pas des manifestations qui n’aboutissent à rien. Au contraire, la Taxi Proprietors Union va s’assurer que la manifestation est un succès. En France, le rassemblement des Gilets Jaunes a porté ses fruits et si le gouvernement mauricien campe sur sa position, nous n’aurons pas le choix que de faire une manifestation au cours de laquelle tous les chauffeurs de taxi vont porter un gilet jaune. J’ai reçu d’innombrables appels des chauffeurs qui ont soulevé ce même problème et en tant que président de ce syndicat, je ne peux pas rester les bras croisés. Nous n’avons pas encore arrêté une date pour la manifestation car nous nous penchons actuellement sur les paramètres légaux. Je demande au Premier ministre de considérer notre cas car la Taxi Proprietors Union est une plateforme apolitique et nous ne nous laisserons pas téléguider que ce soit par le gouvernement, l’opposition ou autres instances politiques.

Et en parlant de politique, à l’approche des élections générales, les demandes pour des patentes de taxis vont augmenter… N’est-ce pas ?
En principe, lorsque la population augmente, il est évident qu’il faut augmenter le nombre de patentes de taxi octroyés. Mais il faut au préalable savoir par rapport aux dix dernières années dans quelle région du pays il y a eu une hausse du nombre d’habitants. La construction d’un nouveau morcellement ou l’ouverture d’un supermarché dans une région sont également des facteurs à prendre en considération. Il n’y a aucun problème si l’on suit les procédures mais ce que nous déplorons, ce sont les permis octroyés à des proches des ministres. Il est inadmissible que des personnes vivant en Europe aient des taxis qui opèrent en leurs noms à Maurice. La sous-location des patentes de taxi est un véritable fléau chez nous.

Sinon, le métro pointe déjà son nez. Est-ce une menace également pour les chauffeurs de taxi ?
D’abord, ce n’est pas un métro mais un tramway. À Maurice, il n’a pas sa raison d’être car nous sommes un petit pays. Par contre, en Europe ou ailleurs où l’on compte plusieurs millions d’habitants et où il faut des heures pour parcourir un trajet, le métro a toute son utilité. Mais pas chez nous ! « Bizin aret embete dimoun ». Mais le gouvernement n’a qu’à bien se tenir car à Maurice, nous avons quelque 6000 chauffeurs de taxi et nous pouvons peser très lourd sur la balance pour les élections car nous pouvons mener campagne dans notre véhicule !

Commentaires

A propos de Nuur-Uddin Jandanee

Ceci peut vous intéresser

Rashid Imrith

Rashid Imrith, syndicaliste : «Ne sous-estimez pas le vote de 83 000 fonctionnaires»

Fidèle à lui-même, le président de la Fédération des Syndicats du Secteur Public (FSSP), Rashid …