mardi , 18 juin 2019
Accueil / Actualités / Qurbani à l’étranger : une pratique de plus en plus courante
Qurbani

Qurbani à l’étranger : une pratique de plus en plus courante

Accomplir le qurbani à l’étranger est devenu une pratique courante à Maurice. De nombreuses institutions religieuses, des mosquées et même des individus offrent ce service aux musulmans. Les prix varient entre Rs 800 et Rs 3000.

Ariff Bahemia de Zamzam : «L’idée est le partage sans frontière»

La Madrassah Zamzam est considérée à Maurice comme le pionnier en matière des services du qurbani à l’étranger et compte une vingtaine d’années d’expérience dans le domaine. à l’époque, une part de Qurbani coûtait seulement Rs 300. Au début, son service avait suscité la réprobation de plusieurs hommes religieux à travers l’île. « Beaucoup de personnes ne pouvaient pas croire que le Qurbani pourrait être accompli à un prix si bas », déclare Ariff Bahemia, le responsable de Zamzam. Il a persévéré malgré les obstacles qui se sont présentés devant lui et aujourd’hui on lui fait confiance. « L’idée est le partage sans frontières », souligne Ariff Bahemia. Il a constaté qu’à Maurice les gens pauvres sont très exigeants car ils se permettent de faire le choix de ce qu’on leur offre. « Ici dimoun refuse trip et kantite ki ban dimoun donne zot, dan l’Inde sitant dimoun mizer zot ras trip ek lezo », laisse-t-il entendre. Il ajoute que la pauvreté est extrême dans des régions où très peu de gens ont accès à l’eau et à l’électricité. Beaucoup d’Indiens attendent cette fête pour pouvoir déguster un peu de viande. Un buffalo en Inde peut coûter Rs 6000 (argent Maurice) à monter et une part chez Zamzam est à Rs 800.

Zamzam est en contact permanent avec le Darul-uloom Banjari à Indore où 1050 élèves font le hifz. Une partie de ces viandes est allouée à ces élèves pauvres mais la grosse part est distribuée dans les régions avoisinantes par des camions. Le directeur de Zamzam déplore le fait que des gens, qui au commencement l’ont vivement critiqué, offrent aujourd’hui le même service.  Selon lui, il n’y a aucun mal à faire le Qurbani à l’étranger. «Comment pourra-t-on expliquer les services proposés aux hadjees en Arabie saoudite pour le Qurbani, » s’interroge-t-il. Il dresse un parallèle entre le Qurbani fait en Inde par les Mauriciens et celui fait en Arabie saoudite durant le hadj pour confondre ses détracteurs. « Est-ce que tous ces hadjees assistent aux rites du Qurbani ? Ils savent aussi que les viandes sont distribuées dans des pays pauvres après l’abattage dans les abattoirs,» ajoute-t-il. Il avance que la même formule est appliquée pour le Qurbani à l’étranger.  Pour lui, à Maurice on a tendance à critiquer pour des raisons mineures. «Le Qurbani ne devrait pas être l’objet de divergences car l’idée principale de ce rite est le sacrifice des animaux pour le partage », précise -t-il.

Durant des années, Zamzam s’adonne aussi au Qurbani à Madagascar. Ariff Bahemia est en contact permanent avec les trois Qari qui viennent à Maurice pour le mois du ramadan chaque année. « Nous offrons ce service sur une petite échelle en ce moment et nous immolons environ 25 bœufs.  En Inde, nous immolons approximativement 400 buffles par année », explique le responsable du Zamzam. La viande de Qurbani est distribuée également aux non-musulmans qui sont pauvres pour les inviter à l’Islam. « Les non-musulmans croient souvent que les musulmans sont des extrémistes. à travers ce partage on veut leur montrer le vrai visage  de cette religion de paix », fait-il ressortir.

Ariff Bahemia déclare que c’est une lourde responsabilité qu’il doit assumer car il devra répondre au jour du jugement devant le Créateur. Soulignons qu’il revient de l’Inde après avoir vérifié le nombre et la qualité d’animaux qu’on lui offre cette année pour l’abattage. Une équipe mauricienne sera  présente sur le lieu du sacrifice et lors de la distribution de la viande. Le bureau de Zamzam restera ouvert jusqu’à la veille de la fête. « Avec la technologie et la communication rapide,  il est devenu facile pour nous d’offrir ces services du jour au lendemain », conclut Ariff Bahemia.


Qurbani Services Mauritius

qurbaniDepuis six ans déjà, le Qurbani Services  Mauritius propose le Qurbani à l’étranger à Rs 2900 (14 à 15 kilo) pour ceux qui veulent recevoir leur viande après cinq à sept semaines. Faraaz Boodhoo, qui est responsable de Qurbani Services, avance toutefois qu’il est mieux de faire son Qurbani à Maurice devant ses propres yeux. « Ce service, nous l’offrons plutôt à tous ceux qui n’ont pas autant de moyens pour faire leur Qurbani », dit-il. Il fait ressortir que ces animaux, âgés de deux ans sont généralement d’un poids faible ce qui réduit le coût du Qurbani en Inde. à noter que sa compagnie travaille en collaboration avec l’abattoir de Lucknow qui est approuvé par le ministère d’Agriculture de Maurice et est supervisé par Jamatul-Ulama-Hind. Cet abattoir, explique Faraaz, offre ses services aux autres pays du monde et est reconnu pour ses animaux de qualité qui répondent aux critères de la santé de l’Inde et de Maurice. « Chaque animal porte un tag et est assuré par un vaccin», affirme ce dernier. L’essentiel, insiste Faraaz Boodhoo, demeure la transparence. Il se déplace personnellement pour s’assurer que tout se passe en conformité avec la Shari’a. «Toutes les étapes sont postées sur notre page Facebook officielle», conclut notre interlocuteur.

Sayyedena Abu Bakr Siddique (R.A) Masjid

qurbaniC’est sous la supervision de leurs représentants, Hassad Saib et Maulana Sayyed Ali Rizvi de Jamia Sharf-ul Uloom, que la Masjid Sayyedena Abu Bakr Siddique offre aussi ce service du Qurbani à Rs 1000 la part en collaboration avec des institutions Islamiques situées à Jais-Rae Bareli, Amethi et Sultanpur, Uttar Pradesh pour distribuer la viande aux pauvres, orphelins et  démunis de la société. Chaque année, Hassad Saib prend l’avion pour l’Inde durant la période de l’Eid-ul Adha pour assurer que tous les rites du qurbani sont respectés. « Afin d’innover et pour donner la confiance aux clients qui sont abonnés à nos services, nous publions des photos et des vidéos en temps réel le même jour sur notre page Facebook, » rassure Abdoolah Janmamode, le coordinateur du projet qurbani à la Masjid Sayyedena Abu Bakr Siddique. Les viandes sont distribuées aux pauvres et démunis de la région.

Imam Fayaz Hassham  effectue le Qurbani en Mozambique

Qurbani Afin d’aider les gens dans l’extrême pauvreté au Mozambique, Imam Fayaz  Hassham de Castel propose les services qurbani aux Mauriciens à Rs 1000 la part d’un cabri de 25 à 30 kilos. C’est dans le village de Shangarah que se trouve le lieu de l’abattage. Imam Ashrafi s’envole depuis trois ans au Mozambique pendant cette période pour assister au choix des animaux. Mais pour l’abattage, le religieux dépend sur la collaboration de ses amis, des hauts dignitaires religieux pour leur assistance aux rites du qurbani. à travers des vidéos et des photos qu’ils lui envoient, il s’assure que le Qurbani a été fait. « Je ne reçois aucun profit personnel pour ces services et c’est purement pour le plaisir d’Allah que je prends cette responsabilité chaque année », souligne l’Imam. Pour lui, c’est un moyen unique pour récolter des thawab en aidant ses compatriotes d’obtenir à un meilleur prix pour leur qurbani et également pour partager un peu de viande aux Mozambicains très pauvres.


Le Qurbani à l’étranger, qu’en pensez-vous ?

Nawshad Luchmun, 45 ans, de Curepipe. : « On ne pourra assister au sacrifice  »

« Avec le prix que l’on demande pour une part du Qurbani à Maurice, entre Rs 10 000 et Rs 20 000, il y a beaucoup de musulmans qui ne peuvent pas payer.  Alors, c’est pour cela que plusieurs d’entre eux préfèrent prendre une part de Qurbani à l’étranger.  Mais ce qui est chagrinant, c’est que ceux qui prennent part au Qurbani à  l’étranger ne pourront assister à ce sacrifice. »

Sabeena Ramjan, 27 ans, d’Eau-Coulée : « En Inde, une part est moins chère »

« On a fait du Qurbani à Maurice un business.  Le prix du bétail pousse les gens à faire le Qurbani en Inde car une part du Qurbani coûte dix fois moins cher qu’à Maurice. »

Aamina Goburdhun, 28 ans, de Moka. : « Une part de Qurbani à Maurice c’est Rs 10 000  »

« Faire le Qurbani à Maurice dépend  des moyens financiers  de la personne, tout le monde ne peut payer une part  de Qurbani à Rs 10 000 à monter.  Ici le prix que l’on demande  pour une part est exorbitant.  Mais le désavantage pour faire le Qurbani à l’étranger c’est que l’on ne peut pas assister au sacrifice. »

Haseena Khodabocus, 27 ans, de Curepipe. : «  Le prix à Maurice est exagéré »

« Le Qurbani est un rite où toute personne ayant pris une  part doit  assister  au sacrifice de l’animal. Maintenant si  une personne préfère prendre une part  à l’étranger, elle doit en assumer la responsabilité.  Je pense  aussi que le prix réclamé pour une part  à Maurice est exagéré. Voilà la raison pour laquelle plusieurs personnes  choisissent  de faire leur Qurbani à l’étranger. »

Saleemah  Jheengoor, 21 ans, de Mesnil. : « Il est meilleur de faire le Qurbani chez soi  »

« Je crois que chacun est libre de prendre sa décision soit de le faire ici, ou  ailleurs. Il est meilleur de le faire chez soi mais ce qui fait reculer  les personnes c’est le prix que l’on demande pour  une part du Qurbani.  Au fil des années, le prix augmente tandis que  pour le Qurbani à l’étranger le prix reste le même.  Le marché pour importer du bétail est ouvert. Souhaitons que l’année prochaine le prix baissera. »

Ajam Dookun, 59 ans, de  Phoenix : « C’est à meilleur marché à l’étranger »

« C’est triste de  voir que beaucoup de  personnes donnent leur argent à des agents pour faire leur Qurbani  soit en Inde  soit à Madagascar parce que cela leur revient à meilleur marché. Mais il faut savoir que ce n’est pas chaque année que l’on doive prendre  une part du Qurbani sauf si  on a les moyens financiers. »

Collecte de viande de qurbani

L’ONG MKids, qui est au service des moins fortunés de la société, organise une collecte de viande de Qurbani qui sera distribuée aux enfants pauvres et aux familles qui n’ont pas les moyens d’acheter de la viande fraîche. Chaque weekend, MKids, avec à sa tête l’imam Arshad Joomun, distribue des repas aux clochards et aux enfants pauvres et orphelins. La viande de Qurbani qui sera collectée servira à préparer des repas à base de viande tout le long de l’année. Une équipe de MKids sera de service le jour de l’Eid-ul-Adha mercredi pour collecter la viande qui sera conservée chez un particulier.

L’imam Arshad Joomun lance un appel aux personnes qui souhaitent participer à cette bonne action de prendre contact avec lui. Chaque musulman a le devoir de distribuer aux pauvres une part de la viande de Qurbani. Selon l’imam Arshad Joomun, la générosité occupe une place particulière en islam. Ceux désireux de faire don d’une partie de la viande de Qurbani à MKids peuvent contacter l’imam Arshad Joomun sur le 57543949 / 57788322 / 5862 1931/ 5803 0228.

Les dirigeants de MKids souhaitent que la viande soit découpée en petits morceaux pour faciliter le stockage.

Rahim Murtuza

Commentaires

A propos de Ahmad Fakuddeen Jilani

Ceci peut vous intéresser

budget

Budget 2019-2020 : l’autre budget

1. Hausse de la pension de vieillesse À mon papa ou ma maman, qui a …