jeudi , 23 mai 2019
Accueil / Actualités / Quatre «Credits» aux examens du SC : Bobby Hurreeram rejette les critiques
Bobby Hurreeram

Quatre «Credits» aux examens du SC : Bobby Hurreeram rejette les critiques

Lors d’une conférence de presse, au Sun Trust Building, dans la matinée du samedi 19 janvier, le Chief Whip, Bobby Hurreeram, porte-parole du gouvernement, entouré du ministre Stéphane Toussaint et du député Zouberr Joomaye, s’est attaché à donner des assurances concernant la gratuité de l’éducation tertiaire et sur l’imposition du critère de 4  « credits » pour accéder en Lower VI.

Selon lui, une réforme du secteur de l’éducation avec une vision moderne  permettra la réalisation des développements réels dans le pays. Rejetant les critiques, sur le projet d’université gratuite, il s’est demandé s’il y avait une mafia « anti dimunn misère » pour empêcher les enfants pauvres de progresser. Il a affirmé que le Premier ministre est déterminé, que l’argent ne sera pas une barrière dans l’éducation des jeunes et que le gouvernement veut donner une chance égale à tous les enfants.

Commentant les critères établis pour l’accès en Lower VI, Bobby Hureeram soutient que l’obtention de quatre « credits » aux examens du School Certificate, n’est pas la mer à boire. « Zordi jeunesse mauricien lor ene click gagn tou information lor tablette ». Il estime qu’il y aurait beaucoup de démagogie entourant ce sujet et fait un appel à la dépolitisation de cette affaire. Pour le Chief Whip, la réforme de l’éducation a comme objectif de donner la chance à tout enfant mauricien de réussir dans la vie. Il a aussi fait mention de la Polytechnics Mauritius Ltd (PML), qui assure la formation des jeunes. « Rien n’empêche un enfant de Top Up son diplôme pour obtenir un degré universitaire », a-t-il précisé. Pour Bobby Hurreeram, le gouvernement veut s’assurer qu’aucun enfant ne soit laissé sur la touche.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Talha Ibrahim Atchia

Talha Ibrahim Atchia, lauréat et hafiz : «Les jeunes banalisent le taraweeh»

Constat chagrinant de Mohamed Ibrahim Talha Atchia, hafiz et lauréat. Les jeunes délaissent le taraweeh …