mercredi , 16 octobre 2019
Accueil / People / Qayinaat Annowar, conseillère juridique : «Une maîtrise de l’art de la médiation met fin aux conflits»
Qayinaat Annowar

Qayinaat Annowar, conseillère juridique : «Une maîtrise de l’art de la médiation met fin aux conflits»

Conflits. Ce mot a aujourd’hui pris une ampleur extraordinaire dans plusieurs domaines de la vie. En tant que professionnelle, Qayinaat Annowar œuvre au quotidien à résoudre des conflits par le biais de la médiation. Rencontre.

Elle est conseillère juridique et son travail consiste à fournir des services aux clients selon la nature des conflits entre les parties concernées. Elle leur conseille aussi sur la formation des entités commerciales à but lucratif ou non lucratif. Ses clients sont: les sociétés privées, les sociétés de partenariat, les fiducies et les associations, conformément aux lois existantes. Dans l’ensemble, il s’agit essentiellement de protéger l’entreprise contre les risques contractuels indus en veillant à ce que l’entreprise respecte la loi et les politiques internes.

Après ses heures de travail au bureau, Qayinaat agit également comme médiatrice familiale à temps partiel, notamment pour ceux qui  doivent résoudre des conflits. « J’aide les gens à résoudre leurs désaccords sur des sujets ayant trait au mariage, à la séparation, au divorce, à la pension alimentaire, aux horaires parentaux, » dit-elle. Elle nous explique que la médiation doit avoir lieu dans un cadre confidentiel. Ainsi, Qayinaat veille à ce qu’elle ne soit pas impliquée dans la représentation ou la défense de l’une ou l’autre partie. « Je dois agir d’une façon neutre envers les deux parties. Je peux donner des informations au client sur les lois et les procédures judiciaires locales et d’autres ressources disponibles. Mais, je ne donne pas de conseils juridiques,» dit-elle encore. Dès que les parties en présence acceptent d’essayer de résoudre leurs différends en dehors des tribunaux,  il est préférable d’opter pour la médiation puisque dès lors elles ont le contrôle total du résultat et empêchent les processus coûteux. Elle estime que les médiateurs sont formés pour faciliter la communication entre les parties dans différents types de situations. «Bien sûr, parfois les parties choisissent d’obtenir certains conseils juridiques nécessaires auprès de leurs propres avocats avant et  ou pendant la médiation et cela est recommandé avant de signer l’accord proposé, » fait ressortir la médiatrice.

La médiation est plus efficace

Normalement, un cas de divorce typique peut prendre entre deux et huit séances ou plus. Par contre, les plans de médiation parentale peuvent prendre seulement une à trois séances. «Le divorce et les séparations légales sont les situations les plus courantes auxquelles j’ai à faire face. Au lieu d’un processus de divorce stressant et coûteux devant une salle d’audience, une médiation est plus susceptible d’aider les conjoints à conclure un accord sans avocat, » estime notre interlocutrice.

En tant que médiatrice familiale, la réponse varie en fonction du nombre de problèmes et de la complexité de chaque type de situation. Normalement, le degré de conflit entre les parties est la principale préoccupation. Mais parfois, la capacité et la volonté des parties de négocier de bonne foi et de coopérer sans émotion facilitent le processus.

Ses conseils pour une vie réussie

L’humilité, le dévouement et l’honnêteté sont les trois qualités de base que les gens  doivent développer pour réussir dans leur vie. « Le bonheur est un grand mot, il y a toujours des hauts et des bas mais en tant que femme, je crois que nous devons donner l’exemple et défendre nos rêves afin d’atteindre nos objectifs, » conseille notre interlocutrice. Elle se souvient du conseil de son mentor: le respect qu’on gagne en fin de compte est la chose la plus importante. C’est le concept le plus important de la religion qui est basé sur les droits de l’homme.

«Les femmes doivent dénoncer toutes formes de violence »

Pour lutter pour les droits de la femme,  Qayinaat Annowar a rejoint l’association DIS MOI (Droits humains de l’Océan Indien), une organisation non gouvernementale. « Je crois fermement aux droits des femmes et je vis avec l’espoir d’essayer d’encourager les femmes à pousser leurs capacités au maximum. L’oppression est un mot contre lequel nous devons lutter, » affirme-t-elle. Elle note que les agressions, les viols, les meurtres, les harcèlements et la violence domestique sont de plus en plus fréquents et pense qu’il est grand temps d’éduquer les hommes.

La jeune professionnelle se demande pourquoi il est si difficile d’accepter l’opinion de nos épouses ou de nos filles. « Mesdames, nous devons défendre nos droits! Nous ne devons pas permettre à la violence domestique de nous détruire car nous sommes des êtres humains et nous avons aussi des droits » rappelle-t-elle. Que ce soit des hommes ou des femmes, on a tous le droit à la vie et à la liberté d’expression.  Selon elle, le statut des femmes dans la société est en train d’augmenter. Cela, les hommes doivent l’accepter.

Son parcours

Après son HSC, Qayinaat décida d’entreprendre un cursus en droit car elle avait foi dans le système judiciaire et les valeurs humaines. Par conséquent, elle termina  son LLB Honours à la Middlesex University et un certificat de troisième cycle en droit des affaires internationales à l’Université du Central Lancashire. Elle avait un grand intérêt pour le mécanisme dit Alternative à la Résolution des Différends (ADR). En plus d’être titulaire d’un diplôme en droit, Qayinaat Annowar est Associate Member of the Chartered Institute of Legal Executive (ACILEx) et une médiatrice accréditée auprès du « Civil and Mediation Council » du Royaume-Uni.

Commentaires

A propos de Ahmad Fakuddeen Jilani

Ceci peut vous intéresser

Mohammad Junaid Futloo

Sélectionné pour une formation de pilote : Mohammad Junaid Futloo rêve de voler dans le ciel

Air Mauritius a officiellement présenté sa première promotion d’élèves pilotes. Sur 250 postulants, une douzaine …