mercredi , 13 décembre 2017
Accueil / Actualités / La présidente au corps religieux : «Les informations sensibles mal gérées peuvent mettre le feu à notre société»
Ameenah Gurib-Fakim

La présidente au corps religieux : «Les informations sensibles mal gérées peuvent mettre le feu à notre société»

Les récents évènements qui ont secoué le pays n’ont pas laissé insensible la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim. Elle a convié les représentants de toutes les religions à la State House  de même que des travailleurs engagés sur le terrain pour leur parler afin d’apaiser les tensions.

Ameenah Gurib-Fakim a commenté la situation difficile ces derniers jours et a félicité la population qui s’est mise débout comme un seul peuple. Elle a rappelé que l’avenir de ce pays repose sur la paix et la stabilité. La présidente a fait ressortir que la paix et la stabilité constituent la pierre angulaire de notre développement et  a appelé son auditoire à agir de manière responsable. Ameenah Gurib a exhorté au respect de nos institutions. « Si nous avons des informations sensibles, traitons les d’abord institutionnellement car si elles sont mal gérées ,elles peuvent mettre le feu à notre société », souligne-t-elle. « Lorsque nous occupons des postes importants nous ne pouvons pas dire que nous n’avons aucune confiance dans nos institutions », a-t-elle fait ressortir.

Le rôle de la présidente

Ameenah Gurib-Fakim a mis beaucoup d’emphase sur le respect des institutions et des droits fondamentaux tout en assurant  qu’elle veillera à l’unité de la nation et au renforcement de cette unité. Dans un souci d’encourager l’ouverture à l’autre et à la différence,  elle a organisé plusieurs dialogues interreligieux et interculturels entre différents groupes. Ainsi a-t-elle organisé la fête Divali et Ganesh chaturti à la Maison des Évêques, la fête Eid au Gayasingh Ashram, la fête de Paques à l’orphelinat musulman et récemment Divali à la fédération chinoise de Baie du Tombeau. La fête de Noël est généralement célébrée à la State House avec de enfants défavorisés et ceux qui vivent avec un handicap. « C’est pour cette raison que nous ne pouvons tolérer aucun pyromane », a-t-elle souligné.

Elle a rappelé qu’en tant que Présidente elle a un droit de réserve et ne peut parler de sujets sensibles avec qui que ce soit. Elle a indiqué qu’elle rencontre le Premier ministre et d’autres ministres chaque semaine.

Ameenah Gurib-Fakim s’est confiée sur son engagement envers les plus démunis et sur l’éradication de la pauvreté. Elle ne pense pas que tenir seulement des discours sur la pauvreté va éradiquer la pauvreté. Elle croit davantage dans l’effort et le travail.  “I believe in giving the poor a tool to fish and not just fish”.

Elle a  indiqué qu’elle vient en aide aux personnes autrement capables et aux moins privilégiés à travers un fonds de la présidence (Réduit Appeal Fund).

Au sujet des jeunes, elle a fait part  de ses appréhensions par rapport à l’influence qu’exercent  les réseaux sociaux sur leur esprit. « C’est un outil qui doit être manipulé correctement », estime Ameenah Gurib en se référant  aux abus sur Facebook et les ‘sextorsions’, pratique malsaine contre laquelle les parents doivent être mis en garde.

Les démunis de notre société

La présidente a consacré une partie de son intervention à la gent féminine. “Nos mères, nos sœurs et nos filles  méritent notre respect. Nous ne connaîtrions  pas la réussite économique  si nous n’accordions pas l’autonomisation et le respect  à la femme».

Pour elle, les récentes attaques contre les femmes sont honteuses. « Nous avons besoin de la contribution de tout un chacun », dit-elle.

Ameenah Gurib Fakim a annoncé en janvier 2018 le lancement d’un programme après les heures de classe d’une série d’activités dans le périmètre de la capitale pour encourager les jeunes à s’engager dans des activités qui vont les aider à ne pas rester dans la rue après les heures de classe.

En guise de conclusion, la présidente a  appelé les représentants religieux à donner un coup de main à travers leurs congrégations respectives pour aider dans cette voie. Elle a aussi fait comprendre clairement qu’une  présidente ne fait aucun commentaire quand il y a enquête en cours dans une affaire.

Les représentants des corps religieux ont aussi fait des suggestions allant dans le sens de l’apaisement et de la paix sociale à Maurice.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

négligence médicale alléguée

Négligence médicale alléguée : Farha perd ses jumelles après 8 mois de grossesse

À l’hôpital Dr Jeetoo où on lui a affirmé le mardi 30 novembre que ses …