samedi , 27 mai 2017
Accueil / Interview / La PPS Roubin Jadoo-Jaunbocus : « Je suis une battante et je crois dans la justice divine »
roubina

La PPS Roubin Jadoo-Jaunbocus : « Je suis une battante et je crois dans la justice divine »

La Private Parliamentary Secretary (PPS) Roubina Jadoo-Jaunbocus se défend d’être intervenue en faveur des barons de la drogue incarcérés. Elle soutient qu’en 2009 elle n’avait pas encore commencé à faire de la politique et soutient qu’elle avait rencontré les détenus à titre bénévole comme d’autres avocats.

  • Y a-t-il une ligne de démarcation entre une avocate et une politicienne?

– Une avocate prête serment devant le chef juge pour défendre toute personne accusée d’un délit quelconque et présente la vérité dans son intérêt. Elle est aussi tenue de respecter code d’éthique. Une politicienne est au service de ses mandants et du public en général. D’après la loi, une avocate, aussi longtemps qu’elle n’occupe pas une fonction au sein de l’exécutif, a le droit d’exercer.

  • Quelles sont les interdictions pour une avocate politicienne?

– Aussi longtemps que vous respectez le code d’éthique et que vous n’êtes pas en conflit d’intérêt, il n’y a aucune interdiction. D’ailleurs, pendant des années depuis l’indépendance il y a eu beaucoup de politiciens de tous bords qui ont exercé comme avocats.

  • Venons-en directement au fait. Ce n’est pas acceptable de défendre des barons de la drogue quand on fait de la politique. N’est-ce pas?

– À aucun moment je n’ai défendu des barons de la drogue incarcérés à la prison. Mon rôle en tant qu’avocate consistait à faire revoir la sentence des prisonniers qui, après plus de 15 ans, ont appris que la loi a été amendée par la cour suprême et que leur sentence était caduque. J’ai agi comme avocate pour représenter les détenus qui n’avaient pas les moyens de se défendre devant la cour suprême. Il fallait revoir la sentence et présenter les arguments. D’ailleurs, je n’étais pas la seule avocate à les représenter.

  • Est-il vrai que vous avez rencontré plusieurs trafiquants de drogue en un seul jour?

– Ce n’est pas vrai que j’ai passé toute une journée en prison. Le log book de la prison peut l’attester. J’ai rencontré les détenus dans une salle en présence des officiers de la prison de Beau-Bassin. En 2009, ils s’étaient regroupés pour me rencontrer comme ils ont rencontré d’autres avocats pour étudier la possibilité de faire une demande commune devant la cour suprême. Je précise qu’en 2009 je ne faisais même pas de la politique active.

  • On vous pointe du doigt car on prétend que les détenus vous auraient payé avec de l’argent sale.

– J’ai représenté ces personnes “pro bono”. Ce qui veut dire que je les ai représentées volontairement et sans paiement. Parmi les détenus que j’avais représentés il y avait ceux qui n’avaient pas été condamnés pour des délits liés à la drogue. Mes premiers clients étaient les frères Sumodhee. J’avais fait appel à la grâce présidentielle à leur demande et je l’ai fait “Pro bono”. D’ailleurs, la famille Sumodhee pourrait l’attester.

  • Êtes-vous consciente que vous allez traîner comme ce boulet aux pieds tout au long de votre vie?

– J’attends avec impatience l’occasion pour “clear my name”. Je suis profondément blessée comme une femme mère de famille et surtout comme une femme musulmane. Mon père Latiff Jadoo est un homme très respecté tout comme Muhammad Muhadjir, mon époux. Je ne laisserai jamais une chose pareille arriver par l’aide de mon Créateur. Je suis une battante et je crois dans la justice d’Allah.

  • Ne redoutez-vous pas que cette affaire puisse compromettre votre avenir politique?

– Non, je ne le crois pas car je n’ai rien fait de répréhensible. J’ai la conscience claire et les mains propres. Comme je vous ai dit, j’attends de pied ferme mes détracteurs qui ont voulu ternir l’image de ma famille. Je laisse tout entre les mains de mon Créateur qui connaît mieux que quiconque la vérité. Je suis consciente qu’il y a eu manipulation des faits par une certaine presse. Un matraquage contre ma personne et par extension mon époux. Cela a été fait délibérément et intentionnellement pour me nuire et saper le moral du gouvernement. Je suis la première femme élue dans la circonscription No 2 (Port-Louis Sud/ Port-Louis Central). Je travaille très dur sur le terrain et cela nuit à certaines personnes. J’occupe chaque pouce de terrain au No 2 et je suis responsable du développement infrastructurel dans ma circonscription par rapport à mon poste de PPS et cela donne des cauchemars à certaines personnes.

  • Depuis l’éclatement de cette affaire, est-ce que l’attitude de vos collègues au sein du MSM a changé ?

– C’est le contraire qui est vrai. J’ai le soutien de mon leader, de tous les parlementaires et des membres de la régionale. L’attitude de mes collègues n’a pas changé et j’ai le soutien de mes mandants. Les gens que je rencontre sont en colère contre une certaine presse qui m’a diffamée. Ils me demandent de réclamer justice. Les membres de ma régionale se sont réunis pour analyser la situation et après délibération ils ont arrivés à la conclusion qu’en 2009 j’avais agi en tant que légiste et quand j’ai été élue en 2014 comme leur députée et quand j’ai été nommée PPS, ils reconnaissent le bon travail sur le terrain et ils m’ont demandé de continuer dans la même voie. Ils m’ont donné l’assurance qu’ils seront toujours présents à mes côtés pour me soutenir.

  • Pourquoi pensez-vous qu’on cherche à avoir votre peau?

– Quand vous lisez les journaux, ils veulent faire croire que mon époux et moi se sont enrichis à travers des soi-disant trafiquants. Je m’interroge sur cela. Est-ce qu’une femme musulmane et professionnelle n’a pas le droit de se faire un nom professionnellement et réussir dans sa vie à travers sa profession et son travail honnête sans qu’on la fustige et qu’on l’associe à de l’argent sale ? C’est une question que je pose à toute à l’île Maurice.

Depuis que j’ai organisé la « Quiraat Nite » qui a été un succès phénoménal et qui a créé une unité dans la communauté, on a commencé à m’attaquer.

  • Pensez-vous que Pravind Jugnauth fera un bon Premier ministre?

– Il n’y a pas de doute que Pravind Jugnauth sera un Premier ministre rassembleur. Je suis fière qu’il ait accédé à ce poste suprême pour ses qualités et son travail. Il a fait ses preuves en tant que ministre de l’Agriculture, ministre de la Technologie de l’Information et des Communications et ministre des Finances. Depuis qu’il a accédé au poste de Premier ministre, on constate qu’il y a une volonté de travailler dans la sérénité. Je suis convaincue que jusqu’à la fin de son mandat, toute l’île Maurice sera conquise par la réalisation de ses projets. L’île Maurice sera prospère, restera stable économiquement et la population s’en sortira gagnante.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

120517-siddiqui

Maulana Muhammad Owais Siddiqui : «L’islam ne cautionne pas la terreur»

Le maulana Muhammad Shah Owais Siddiqui en est  à sa troisième visite à Maurice. Dans …