vendredi , 21 juillet 2017
Accueil / People / En posant des endoprothèses : Le cardiologue Dhuny a sauvé un millier de vies
dhuny

En posant des endoprothèses : Le cardiologue Dhuny a sauvé un millier de vies

Depuis son retour à Maurice en 1990 après de longues années passées en France après ses études universitaires, le Dr Raffick Dhuny, cardiologue interventionnel, a sauvé beaucoup de vies et a redonné le sourire à ceux qui avaient perdu tout espoir.Très humain, le Dr Dhuny prête l’oreille à ses patients avec une patience déconcertante. Il ne se mettra jamais en colère, même si on l’appelle au beau milieu de la nuit pour un conseil. Médecin du coeur, Raffick Dhuny est aussi un médecin au grand coeur qui s’adonne au travail social dans l’anonymat le plus total. Il soigne des patients qui n’ont pas les moyens de payer ses frais dans une clinique pour la pose d’une endoprothèse (stent). C’est un procédé qui consiste à faire passer un tube dans l’artère du coeur pour la déboucher et ensuite l’ouvrir avec un ballon et introduire un “stent” qui facilitera le flux sanguin dans le coeur.

Si Raffick Dhuny est aujourd’hui un cardiologue très connu, il n’oublie pas les sacrifices consentis par son père, Ibrahim Dhuny, maraîcher au marché de Curepipe, pour qu’il parvienne à fréquenter la prestigieuse université de Bordeaux. Tout aussi chère à son coeur est sa maman Fatmah qui l’a grandi dans le confort et lui a enseigné les principes de l’islam. Raffick Dhuny a aussi des mots élogieux pour son épouse Sheereen, une femme exceptionnelle dont les précieux conseils lui ont permis d’être aujourd’hui un cardiologue respecté.

Études en médecine

Après ses études primaires à l’école primaire de St Paul, il effectue ses études secondaires au collège St Joseph à Curepipe. Intelligent et sérieux, il réussit avec brio les examens de HSC. Quoique trois frères et une soeur étaient venus au monde avant lui, c’est lui que son père décide d’envoyer en France pour des études de médecine. « Mon père m’a fait comprendre que je n’avais pas de souci à me faire pour mes études et que Dieu m’aidera pour le reste», nous dit-il.

En 1973, le jeune Raffick quitte le pays le coeur lourd de chagrin. Loin de ses parents, il ressent le mal du pays. Petit à petit il s’adapte au climat rigoureux de l’Europe et il est admis à la célèbre université de Bordeaux après un concours très strict en première année avec seulement 10% de réussite. Ses études en médecine se font sous la houlette de grands professeurs d’université de renom. Raffick Dhuny se distingue de ses pairs grâce à ses qualités de bosseur et son désir de réussir. Il garde de très bons souvenirs de l’université de Bordeaux.

Après ses études, il prend de l’emploi dans divers hôpitaux dans la région bordelaise pour se familiariser avec les techniques de la cardiologie. Après 17 ans passés en France, il pose ses valises à Maurice en 1990 pour prendre de l’emploi au ministère de la Santé. Il fait le tour de tous les hôpitaux de l’île à l’exception de celui de Flacq. Il a été responsable des hôpitaux et s’occupait des patients souffrant de troubles cardiaques. Raffick Dhuny a été nommé consultant en cardiologie et a été en poste à l’hôpital Jawaharlal Nehru à Rose Belle ainsi qu’à l’hôpital Jeetoo.

Sauveur de vie des patients

Le cardiologue Dhuny travaille presque tous les jours et intervient en salle d’opération quotidiennement pour insérer un “stent” dans l’artère bouchée des malades. Il explique qu’n patient peut vivre en permanence avec une endoprothèse à condition qu’il prenne ses médicaments et évite de consommer des aliments graisseux. Le Dr Dhuny nous indique aussi que le “stent” permet de sauver la vie des patients et améliore leur qualité de vie. « Il existe plusieurs facteurs qui affectent le coeur d’une personne. La cigarette, l’alcool, le diabète, l’hypertension, le cholestérol mais il y a aussi le rôle de la hérédité. Le taux de réussite est supérieur à 90% en ce qui concerne la survie d’une personne qui vit avec une endoprothèse », fait ressortir notre interlocuteur.

Le Dr Dhuny est parmi les rares médecins à retourner à Maurice après ses études. Selon lui, plus d’une centaine de médecins mauriciens qui ont choisi de rester travailler dans des hôpitaux en France et se sont installés là-bas pour des raisons évidentes. S’il a choisi de retourner à Maurice c’est par amour pour sa famille. Sa maman était souffrante et comme un fils responsable il a préféré être au chevet de sa mère plutôt que de demeurer dans sa zone de confort loin d’elle.

Le Dr Dhuny est père de trois enfants. L’aîné, Yaseen, fait des études de comptabilité à Nîmes en France tandis que Sheefah a choisi d’emboîter le pas à son père et fait des études de médecine en Irlande. Le benjamin, Faez, est encore étudiant du secondaire. Le Dr Dhuny, quoique surchargé de travail tous les jours, trouve moyen de faire 45 minutes de natation chaque jour à la piscine et cela sans poser les pieds à terre. Il conseille aux Mauriciens de pratiquer une activité physique et d’adopter une alimentation saine. Il aime aussi passer des bons moments en famille car pour lui « la famille c’est sacré ».

Sheereen Dhuny s’inquiète de la dégradation de notre société

L’épouse du Dr Raffick Dhuny, Sheereen éprouve beaucoup d’inquiétude face à la dégradation de la société à tous les niveaux. « Je suis mère de famille et l’image négative que projette notre société me rend mal à l’aise. Drogue, crime, abus sexuel, vol avec violence, communalisme reviennent tous les jours au-devant de l’actualité. C’est inquiétant », dit-elle. Sheereen Dhuny trouve aussi que les Mauriciens ont perdu leurs repères et oublient que Dieu est omniprésent dans leur vie. Pour elle, la course au matérialisme et à l’argent facile rend la famille malheureuse. Elle dit avoir trouvé un moyen original pour rapprocher les gens du Créateur. Elle offre en cadeau une tasse gravée d’inscriptions spirituelles pour appeler aux gens de faire confiance à Dieu. « Quand j’offre une tasse en cadeau à une personne c’est une façon pour moi de lui faire comprendre que le Créateur est présent à ses côtés à chaque instant de sa vie et que c’est Dieu qui règlera tous ses problèmes », dit-elle encore.

 

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

200717_mehendi

Tahoorah Hassan Bautally : spécialiste pakistanaise de mehendi

Tahoorah Hassan Bautally, une ressortissante pakistanaise s’est mariée à un Mauricien. « À  Maurice, la …