vendredi , 15 novembre 2019
Accueil / Actualités / Place Decaen : dernier jour d’opération pour les marchands ambulants
Place Decaen

Place Decaen : dernier jour d’opération pour les marchands ambulants

Les marchands ambulants opérant à la place Decaen devront vider les lieux ce dimanche 1er septembre. Ils seront relogés sur trois sites.

Clap de fin pour les 574 marchands ambulants qui opéraient jusqu’ici à la place Decaen, à proximité de la gare Victoria à Port-Louis. En marge des travaux pour la construction du Victoria Urban Terminal, ces marchands seront temporairement relogés sur trois sites de la capitale : à la rue Engineer (en face des Casernes centrales), au Ruisseau du Pouce (au jardin de la Compagnie) et à la place de l’Immigration. Un exercice de tirage au sort avait été organisé à la mairie de Port-Louis le 14 août dans le cadre de l’attribution des étals. Après avoir obtenu l’aval du conseil de la mairie le 20 août dernier, des lettres ont été envoyées aux 574 marchands afin de les informer où ils seront relogés.

Si officiellement ces derniers doivent prendre leur nouveau quartier à partir de ce lundi 2 septembre, il nous revient qu’un sursis de quelques jours leur a été accordé. « A ce samedi 31 août, environ 25% des marchands n’avaient toujours pas obtenu leur lettre. C’est pourquoi nous avons discuté avec le lord maire, Mahfooz Cadersaib, afin qu’un délai de quelques jours leur soit accordé », indique Hyder Ryman, président de la Street Vendors Association. Une requête qui, dit-il, a été agréée par le lord maire.

Une fois leur lettre en main, ces marchands devront signer un contrat deux ans avec la mairie de Port-Louis dans le cadre de leur relogement temporaire, soit le temps que dureront les travaux pour la construction du Victoria Urban Terminal. « Nous pensons que d’ici mercredi tout le monde aura obtenu leur lettre et signé leur contrat », ajoute-t-il.

Une quarantaine de marchands sans étal

En sus des 574 marchands relogés, une quarantaine d’autres n’auraient pas obtenu d’étal. Selon Hyder Ryman, il s’agit de marchands ambulants qui ne faisaient pas partie du processus de relogement qui avait eu lieu en 2016. « Ils avaient fait une demande auprès de la mairie pour l’obtention d’un étal. En attendant, certains squattaient les étals restés vacants à la place Decaen », précise Hyder Ryman.

Pour le président de la Street Vendors Association, il n’est pas question de les abandonner. « La mairie leur a conseillé de faire une demande. Les demandes seront traitées au cas par cas. La SVA veillera à ce que tout le monde soit ‘on board’ », ajoute-t-il.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

121119_depute2_3

Circonscriptions Nos 2 et 3 : la parole aux élus

Dans les circonscriptions Nos 2 et 3, ce sont les candidats du MMM et de …