vendredi , 24 mai 2019
Accueil / Actualités / Ouverture de l’autopont : automobilistes et motocyclistes rongent leur frein
autopont

Ouverture de l’autopont : automobilistes et motocyclistes rongent leur frein

Mercredi dernier, le 28 novembre 2018, l’ouverture de l’autopont  de Decaen a créé un embouteillage monstre à la rue Moka, à Port-Louis, et une confusion totale pour les automobilistes et les motocyclistes.

La circulation à la rue Moka à partir de l’ancien cinéma Venus jusqu’à la gare Victoria était dense pour ce premier jour.  Le deuxième jour, la circulation semblait plus fluide, du moins pour les automobilistes et les motocyclistes qui venaient de la rue Moka mais pas pour ceux qui arrivaient de la  rue Deschartres. Selon quelques témoignages recueillis,  les feux de signalisation sont en cause pour la sortie des voitures.

Pour les commerçants,  le problème c’est le parking. Ils se posent  la question : « où nos clients vont-ils garer leurs voitures ?»  Dans certains  endroits, on a déjà tracé deux lignes jaunes.  Un des commerçants nous a dit qu’à peine une voiture s’arrête que dans la minute qui suit, des policiers arrivent avec des  sabots.

Témoignages des commerçants

Nazira : « Pas de problème avec l’autopont »

Nazira gère un petit commerce à la rue Moka. « L’autopont ne nous cause aucun problème. Nous continuons à accueillir nos clients. Sauf que depuis hier (ndlr : jeudi), aucune voiture ne peut s’arrêter devant le snack », dit-elle.

Faranaz : « Trop tôt pour se prononcer »

Un autre snack se trouve à quelques mètres des Casernes centrales. Faranaz en est la responsable. « C’est encore trop tôt pour se prononcer. Malheureusement, maintenant aucun chauffeur ne peut garer sa voiture pour venir acheter de quoi manger », déplore-t-elle.

Roméo : « Les lignes jaunes posent problème »

Le magasin Topolec Ltd se trouve à la rue Deschartres. Roméo en est un des responsables. « L’autopont n’est pas un problème, mais plutôt les lignes jaunes tracées devant le magasin qui empêchent nos clients de stationner leurs véhicules. Comment allons-nous travailler dans de telles circonstances ? Je pense que  la Traffic Management and Road Safety Unit (TMRSU) aurait pu trouver un autre moyen », suggère-t-il.

Jailall : « Plus de parking maintenant »

La compagnie FORBES, rue Deschartres,  a comme directeur Jailall Kamal. «Avant la construction de l’autopont, nous avions accès à notre aire de stationnement. Mais, tel n’est plus le cas. Maintenant, nous n’avons plus de parking. J’ai déjà écrit une lettre à la TMRSU sur ce problème. Le chargement et le déchargement de nos marchandises vont nous causer des problèmes », déclare-t-il.

Shirley : « Le stationnement est interdit »

L’hôtel Bismillah se trouve à la rue Moka. Shirley y travaille comme gérante. « Ici, nous avons toujours eu des problèmes de stationnement. Auparavant, quelques automobilistes pouvaient s’arrêter un instant, mais maintenant aucune voiture ne peut s’arrêter au risque d’encourir une amende », se plaint-elle.

Commentaires

A propos de Fareed Dean

Ceci peut vous intéresser

Talha Ibrahim Atchia

Talha Ibrahim Atchia, lauréat et hafiz : «Les jeunes banalisent le taraweeh»

Constat chagrinant de Mohamed Ibrahim Talha Atchia, hafiz et lauréat. Les jeunes délaissent le taraweeh …