dimanche , 22 octobre 2017
Accueil / En toute intimité / Oomar Mowlah, médecin : l’art contribue à guérir l’être humain
Oomar Mowlah

Oomar Mowlah, médecin : l’art contribue à guérir l’être humain

Son quotidien se résume à soigner ses patients à l’hopital Jeetoo de Port Louis. Mais quand il se retrouve entre les quatre murs de sa chambre, Dr Mowlah s’adonne à son péché mignon: la photographie numérique artistique. Rencontre avec un médecin hors du commun.

On n’imaginerait pas que derrière un médecin généraliste se cache une âme d’artiste. Et pourtant c’est le cas du jeune Oomar Mowlah. Quand il ne s’occupe pas de ses patients, il s’adonne à sa passion. « On traite souvent l’art comme si c’était l’antithèse de la science. Les savants d’antan étaient aussi bien versés dans la science comme dans l’art. Tandis que la médecine s’apprend et se comprend, l’art s’entreprend et surprend. Outre la créativité, j’aime la subjectivité de l’art, au point de nous faire redécouvrir nos sentiments les plus intenses. C’est ça qui m’a le plus attiré dans l’art: on s’y découvre, » explique-t-il.

Oomar a toujours voulu avoir plusieurs cordes à son arc.  Ses champs d’intérêt comprennent la peinture, le dessin, la poésie, le théâtre, la calligraphie, la photographie et plus récemment l’art numérique. « Je ne me suis jamais aventuré dans le territoire tridimensionnel de la sculpture. Quelque chose m’intrigue dans la notion d’enlever, au lieu d’ajouter, pour embellir. J’espère un jour réaliser ce désir, » souligne-t-il.

Cette soudaine passion pour l’art n’est pas le fait du hasard. Son frère aîné a lui-même suivi une formation artistique. « J’ai commencé à lui piquer ses pinceaux dès l’enfance. C’est lui qui a fait naître en moi ce goût pour l’art.

Aujourd’hui encore, chaque jour je suis en quête d’idées novatrices que j’obtiens quand je m’y attends le moins, » dit-il encore.

Ce médecin est persuadé que l’art a une place importante  dans la santé morale des individus. « On dit souvent que l’art est un langage universel qui nous permet de communiquer avec les autres. L’art peut nous aider à prendre de la distance par rapport à nos soucis et améliorer notre état psychologique en nous empreignant de  la beauté qui nous entoure. Je pense qu’il a sa place dans la  guérison . Dans un cadre psychothérapeutique, l’art arrive à pénétrer dans les problématiques inconscientes de l’individu et le conduit à une transformation positive. Il existe de nos jours des techniques comme l’art-thérapie où un expert agit comme catalyseur et assiste la personne à exprimer sa créativité et à traduire son langage créatif en prise de conscience personnelle. Ainsi, divers maux comme les troubles du comportement ou la maladie d’Alzheimer, peuvent être traités”, conclut-il.

Nom : Mowlah
Prénom : Oomar
Date et lieu de naissance : 27 octobre 1991 à Rose-Hill
Réside à : Port-Louis

  • Ma famille…

Nom et profession de mon  père : Farouk Mowlah (ex-enseignant)
Meilleur conseil de mon père : “ There is always room for people at the top”.
Nom et profession de ma mère : Shirine  Mowlah (ex-enseignante)
Meilleur conseil de ma mère : « N’oublie jamais l’essentiel ».
Frères : 1
La famille idéale : celle où prévaut la communication

  • Mes études…

École primaire : Notre Dame de la Paix RCA
Écoles secondaires : Collège Islamic de Port Louis, Collège Royal de Port Louis
Études tertiaires : Université du Zhejiang, Chine
Un enseignant à qui je pense souvent : Monsieur. Ismaël Ibrahim.
Matière(s) préférée(s) : la psychologie, l’histoire
Meilleur souvenir à l’école : les activités parascolaires

  • Ma vie professionnelle…

Lieu/Année : diplômé en médecine cuvée 2017
Pour être productif : prendre conscience de la valeur du temps
Le patron idéal : celui qui fait confiance aux employés et encourage leur autonomie
Un job de rêve : là où l’on peut développer des projets personnels

  • Mes goûts et préférences…

Animal préféré: le cheval
Sports pratiqués : le tir à l’arc, le football
Livre qui m’a marqué : À la recherche du temps perdu de Marcel Proust
Dernier film vu : King Arthur
Passe-temps : l’écriture, la calligraphie
Plat préféré : Iskender kebab (cuisine turque)
Légume que j’aime : la chayote ( chouchou)
Fruit que j’aime : l’avocat
Boisson préférée : le thé
Couleur préférée : le bleu persan
Une date qui vous a marqué : 4 septembre 2011
Personnage qui vous a marqué : Salah ad-Din Yusuf
Moment préféré de la journée :  la nuit
La vie en un mot : éphémère
Ce que je pense de l’amitié : c’est la famille qu’on choisit
Ce que je pense de l’amour : c’est savoir se dire je t’aime sans ouvrir la bouche
La femme idéale : celle qui ne cherche pas l’homme idéal
Ma définition du bonheur : on ne le poursuit pas, on le cultive
Mon plus grand défaut : mon impatience
Ma plus grande qualité : ma franchise
Ma plus grande déception : ne pas avoir complété l’apprentissage de la langue arabe
Votre source d’inspiration : mon frère Ismail
Ma devise: tout pour le plaisir de Dieu; ne rien attendre des hommes
Mon rêve : accomplir le hadj

Commentaires

A propos de Nufaisah Mosaheb-Khodabux

Ceci peut vous intéresser

Prisheela Mottee

Prisheela Mottee : «Je voudrais mieux valoriser les femmes»

Prisheela Mottee, 29 ans, est écrivaine. Cette jeune professionnelle milite pour l’autonomisation des femmes à …