mardi , 23 juillet 2019
Accueil / Actualités / Dans la nuit de lundi à Mapou : la présence de Yushriya dans la voiture avec trois «amis» fait polémique
Yushriya

Dans la nuit de lundi à Mapou : la présence de Yushriya dans la voiture avec trois «amis» fait polémique

Anéantie par la douleur et le chagrin, Nazima (47 ans), la mère de Bibi Yushriya Ruhomally (22 ans) – l’une des quatre victimes de l’accident fatal de Mapou -, a été choquée de voir des commentaires négatifs sur sa fille sur les réseaux sociaux.

Des Facebookers ont diversement commenté la présence de Yushriya dans la voiture à une heure tardive avec trois garçons. Nazima regrette qu’au lieu de compatir à la douleur de la famille dans ces  moments difficiles, certains internautes n’ont pas hésité à salir la réputation de Yushriya et de sa famille en postant des commentaires blessants et hautement diffamatoires à leur encontre.
Rappelons que dans la soirée du mardi 15 janvier peu avant minuit, une BMW a fait une violente sortie de route à Mapou,  avant de terminer sa course contre un arbre et de prendre feu.  Ses 4 occupants, le conducteur Kushal Anand (Adarsh) Jeeneeah, 23 ans,  un cuisinier, le constable  Raj Kamal Boodhoo, 24 ans,  affecté au poste de police de Pointe-aux-Canonniers, Desigen Nulliah, 23 ans, un étudiant du Mauritius Institute of Training and Development, et Yushriya Ruhomally, une sage-femme à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo, se sont retrouvés prisonniers des flammes et n’ont pas survécu. Les quatre amis avaient, selon les proches, organisé une sortie et l’accident est survenu sur le chemin du retour.

C’est  aux alentours de 1h du matin qu’une patrouille de police de Piton est arrivée sur le lieu et a découvert une voiture transformée en braisier. L’alerte a aussitôt été donnée et des sapeurs-pompiers ont également été mandés sur le lieu pour maîtriser le feu. Malheureusement, ils ont fait la macabre découverte de quatre cadavres calcinés dans la voiture.  La police attribue l’origine de l’accident à la vitesse. Le Dr Sudesh Kumar Gungadin, chef du département médico-légal de la police, et son second, le Dr Maxwell Monvoisin, ont pratiqué l’autopsie, mardi mati,n à la morgue de l’hôpital Dr A. G. Jeetoo. La mort des trois jeunes hommes a été attribuée à l’asphyxie tandis que celle de Yushriya à ses multiples blessures. Des prélèvements ont été faits sur les victimes puis envoyés au Forensic Science Laboratory pour des analyses.

«Le policier fréquentait ma maison. Ma fille me l’avait présenté comme son ami»

Yushriya Ruhomally a été identifiée le lendemain matin grâce au porte-clés que sa mère lui avait offert en cadeau. Pour Nazima, sa fille a été le plus beau cadeau de sa vie. « Elle était belle, gentille, joviale et avait aussi un cœur d’or », dit-elle. Elle fait ressortir que Yushriya aimait s’entourer d’amis et en comptait beaucoup. « J’ai ainsi été choquée de constater que certaines personnes n’hésitent pas à s’en prendre  à elle sur Facebook. Mo envie dire sa banne dimoune-là, mo ti fille li ene musulmane ki ti fer tou so la prière, mais avant tou, li ene Mauricienne ki pas choisir ni race ni couleur ni communauté pou fréquenter. Pareil kuma li fer beaucoup madame accoucher li pas guetté si li ena Sida, si li ene prostituée ou ki so rang dans la vie. Pou li tout dimoune ti égal », lance Nazima.

Nazima nous explique que le policier et sa fille étaient de très bons amis depuis plusieurs mois. « Le policier fréquentait ma maison. Ma fille me l’avait présenté comme son ami. Il était en Angleterre et ma fille l’a connu sur Facebook comme beaucoup d’autres amis. Ils sortaient ensemble avec d’autres amis. D’ailleurs, Raj Kamal était chez moi le 11 janvier. Ensemble avec ma fille et d’autres proches et amis, ils avaient célébré mon anniversaire.  Zot kuma mo zenfant, mo ti ena confiance lors mo ti fille. Zamais pas ti so ti copain sa. D’ailleurs avant so la mort la semaine dernière li gagne ene demane avec ene garçon musulman dans Vallée-Pitot, li ti dire oui li accepté.  Si li ti ena ene ti copain zamais li pas ti pou accepter. Kuma zot capave blâme dimoune ki mort kume sa ? Au llieu zot fer palabre, fer la prière pou soulage sa 4 famille ki fine perdi zot enfants là. Ki bondié donne nous courage et la paix », martèle Nazima.

Selon elle, sa fille a beaucoup d’amis, filles et garçons, et a l’habitude après ses heures de travail de sortir parfois avec les amis. Elle aimait son métier et a poursuivi ses études pour devenir une Nursing Officer qualifiée.  D’ailleurs, selon sa mère,  Yushriya vient de réussir son examen de Nursing et n’avait pas encore obtenu son certificat. Elle souhaitait se rendre en Angleterre pour exercer comme infirmière. Elle avait plein de projets en tête et voulait s’acheter une voiture.

Ancienne d’élève de la SSS Colline Monneron, Yushriya avait à 11 ans reçu le premier prix dans sa madrassah pour la lecture du Coran et même pour la traduction de la langue arabe à l’ourdou.  Nazima nous laisse entendre qu’elle va bientôt se rendre au CCID avec les captures d’écran des pages de Facebook  comme preuves pour porter plainte contre toutes ces personnes qui ont tenu des propos diffamatoires contre elle et sa fille.

Commentaires

A propos de Reshad Toorab

Ceci peut vous intéresser

Ameen et Bibi Tahera Sheik Heerah

Ameen et Bibi Tahera Sheik Heerah : «Nous fine faire boucoup sacrifices pou alle accomplir hadj»

Le hadj, un des cinq piliers de l’islam, est obligatoire au moins une fois dans …