mercredi , 24 mai 2017
Accueil / Divers / Nouveaux avocats au barreau mauricien

Nouveaux avocats au barreau mauricien

Ils ont prêté serment comme avocats le 23 septembre dernier, devant le chef juge par intérim Eddy Balancy, en Cour Suprême. Ambitieux, ces jeunes avocats rêvent de se faire un nom dans la profession. Rencontre avec quelques-uns d’entre eux qui nous décrivent leur parcours et nous dévoilent leurs aspirations.Mohammad Adil Jhungeer : « Je veux me spécialiser en droit criminel »

Agé de 29 ans, Mohammad Adil Jhungeer aspire à se faire un nom dans le domaine légal. Il projette également de se spécialiser dans le droit criminel. Adil est parmi l’un des jeunes avocats qui ont prêté serment le 23 septembre dernier. Au moment où il s’apprêtait à prêter serment, il dit avoir vu défiler son parcours devant lui. « Je me suis souvenu de mon premier jour à l’université de Maurice, de mes années d’études en Angleterre, surtout de l’époque ou je devais apprendre à me débrouiller seul. Et voilà, j’ai maintenant atteint mon objectif », dit-il. Pour lui, c’était un moment très émotionnel et solennel. Ancien étudiant du collège Sookdeo Bissoondoyal, Adil a entrepris ses études de droit à l’université de Maurice. Il s’est ensuite rendu en Angleterre pour accomplir son Graduate Diploma in Law (GDL), et a enchainé avec ses études compléter. Il a prêté serment en juillet 2015 et est retourné à Maurice le même mois. Adil a effectué son « pupillage » chez Me Bhanji Soni et Me Christophe Ohsan Bellepeau. Il est d’ailleurs, le deuxième avocat de la famille après sa cousine. Cependant, il assure que c’était un rêve d’enfance qui s’est réalisé. Adil dit puiser son inspiration de sir Gaétan Duval qui était un as du barreau.

Fayyaad Khan Arzamkhan : « Je veux me faire un nom dans la profession »

Fayyaad Khan Arzamkhan, âgé de 24 ans, fait la fierté de sa famille. Cet habitant de Riche-Mare à Centre de Flacq a prêté serment comme avocat le 23 septembre2016. Ambitieux, il veut à tout prix se faire un nom dans le monde juridique. Cet ancien étudiant du collège Mahatma Gandhi de Flacq a fait deux années d’études tertiaires en droit à l’université HELP en Malaisie. Pour la troisième et dernière année, il a été admis à l’université de West of England à Bristol. Il a poursuivi avec ses examens du barreau toujours en Angleterre.

Par la suite, Fayyaad a effectué un stage de neuf mois chez un avocat et un autre de trois mois chez un avoué. “J’ai choisi de faire carrière dans le domaine légal parceque c’était le rêve de mon père. Je l’ai réalisé. D’ailleurs, je puisse mon inspiration de mes parents et de mes grand-parents”, nous dit- il. Fayyaad dit aussi éprouver un sentiment de responsabilité maintenant qu’il est officiellement un avocat. Il se souvient toujours des bons et mauvais souvenirs de son parcours pour en arriver jusque là. « Le plus dur c’était de me faire à l’idée d’être loin de ma famille, de trouver mes repères et de m’adapter dans un pays qui m’était étranger. Mais à la fin du parcours, je me suis rendu compte que toutes les difficultés encourues n’étaient que des epreuves qu’il fallait surmonter pour atteindre mon but », soutient le jeune avocat.

Dilruba Naoshin Hymabaccus :  « C’était la troisième fois que j’ai prêté serment »

D’origine bangladaise, Dilruba Naoshin vit à Maurice depuis 2008. Cette jeune avocate qui s’est spécialisée dans le domaine de la « Corporate and Commercial Law » et les finances internationales, aspire à faire carrière dans le domaine juridique à Maurice. Pour cela, elle apprend la langue française pour communiquer aisément. Dilruba Naoshin, habitante de Beau-Bassin, a prêté serment pour la troisième fois. Cette jeune avocate relate qu’elle a entrepris ses études de droit à l’université de Westminster à Londres. Elle a ensuite enchaîné avec le Bar Vocational Course à la BPP Law School à Londres. Pour la première fois, elle a prêté serment au Lincoln’s Inn. Cette Mauricienne d’origine bangladaise a poursuivi avec son LLM en Corporate and Commercial Law de l’University College London. « Les premières étapes terminées, j’ai effectué un stage aux Nations Unies à New York et dans plusieurs « chambers » à Dhaka au Bangladesh. Pour la deuxième fois, j’ai prêté serment comme avocate au Bangladesh », dit-elle. En 2008, elle se marie à un Mauricien, Bilaal Hymabaccus, et s’installe à Maurice. Elle a effectué son « pupilage » chez Me Reza Uteem et Me George Ng Wong Hing Senior Attorney. Dilruba exerce aux Uteem Chambers depuis 2010. Elle traite principalement les dossiers « offshore corporate commercial ».

En 2015, elle a obtenu la nationalité mauricienne. Le 23 septembre 2016, pour la troisième fois, elle a prêté serment comme avocate. « C’était un moment inoubliable pour moi d’autant que ce n’était pas la première fois que je prêtais serment. Vu que j’ai obtenu la nationalité mauricienne l’année dernière, je pourrai désormais pratiquer à Maurice », dit-elle. Dilruba Naoshin veut faire son travail avec beaucoup de professionnalisme. « Vu que je ne vis à Maurice que depuis quelques années, j’ai beaucoup à apprendre pour me perfectionner. Je maîtrise la langue anglaise, je comprends le créole mais je ne peux m’exprimer en cette langue, tout comme en français. Ma priorité c’est d’apprendre ces langues », fait-elle ressortir.

Nazeer Kurrimbaccus :  « J’accomplirai mon devoir sans crainte et en toute justice »

Après 27 longues années au service de la force policière, Nazeer Kurrimbaccus a prêté serment comme avocat le 23 septembre dernier. Cet ancien cadre du Central CID ambitionne d’accomplir son devoir honnêtement et venir en aide aux personnes en quête de justice. Selon Nazeer Kurrimbaccus, le métier d’avocat comporte une grande responsabilité qu’il est prêt à assumer. « Après tant d’années de service au sein de la force policière, j’ai appris bien de normes éthiques et légales. Le métier de policier fait partie de l’administration de la justice », dit-il. Avec son bagage dans le domaine et son ambition professionnelle, il compte accomplir son devoir sans crainte et en toute justice. Il précise qu’il y a beaucoup de personnes qui subissent l’injustice. Il se donne pour mission de venir en aide à toute personne en quête justice. Nazeer Kurrimbaccus, originaire de Rivière des Créoles, à Mahebourg, a abandonné les études après le SC. Il a rejoint la force policière. Ambitieux et voulant atteindre les plus hauts échelons, il a été promu à plusieurs reprises. Alors qu’il occupait le poste d’Inspecteur, Nazeer entreprend parallèlement des études tertiaires de droit. En 2010, il s’est envolé pour l’Angleterre pour terminer ses études. Il a prêté serment comme avocat à Lincoln’s Inn. Il a accompli son « pupilage » au bureau de l’Attorney General et au bureau du Directeur des poursuites publiques (DPP) pendant un an. Il est également diplômé du Chartered Institute of Arbitrators de Londres.

Nahida Damry :  « Nous sommes la voix de nos clients »

Nahida Damry, âgée de 24 ans, dit avoir ressenti une légitime fierté au moment où elle a prêté serment le vendredi 23 septembre 2016. Elle était aussi anxieuse parce que la toge est certes jolie à voir mais elle pèse beaucoup plus. « Être avocate signifie être la voix de vos clients, qui vous font confiance pour diverses raisons, dont la garde des enfants, la vente de leurs terres et de la maison, leur travail… Bref, une partie de leur vie. Le collier et la toge signifie que vous ne pouvez plus vous cacher derrière des excuses comme le manque d’expérience. Et c’est en fait notre devoir en tant qu’avocat de défendre le cas au mieux de nos capacités », explique-t-elle.

Originaire de Bel Air Rivière Sèche, Nahida a entrepris ses deux premières années d’études de droit en Malaisie. Elle a complété la dernière année à l’université West of England à Bristol. Elle a obtenu un degré avec les honneurs. Elle a ensuite poursuivi avec le Bar Professional Training Course à la même université, où elle a réussi à la première tentative avec la note « Very Competent ». De retour à Maurice, elle accomplit son « pupilage » sous la supervision de Me Bucktowonsing, Me Bhanji Soni et Me Nargis Bundhun. D’ailleurs, elle exerce à présent comme junior chez Me Nargis Bundhun SC. Nahida dit avoir choisi ce métier pour que ses parents soient fiers d’elle. « Je voulais faire quelque chose qui rendrait mes parents fiers, et la vie meilleure pour des gens. Comme tout croyant et pratiquant, je puise mon inspiration et le courage de ma foi », précise-t-elle. Selon Nahida, beaucoup de gens pensent que les hommes de loi ont perdu leur sens de l’éthique professionnelle. De ce fait, elle aspire à devenir une avocate qui va se distinguer en raison de son sens de l’éthique, de la moralité et de la bonté, tout comme ses anciens « Pupil masters ».

Sahirun Subadar Agathee : « Je compte pratiquer pleinement ce métier »

Sahirun Subadar Agathee dit avoir ressenti un peu d’angoisse le jour où elle a prêté serment, soit le 23 septembre dernier. « Je me suis dit que mon rêve se réalise. Je vais pratiquer le métier que j’ai toujours voulu faire et que le vrai travail commence maintenant », dit-elle. La jeune avocate relate que c’était pendant un voyage en Inde qu’elle a pris la décision de devenir avocate. « Lors de ce voyage, j’avais rencontré des veuves et des orphelins. Leur situation était précaire. Une responsable d’une organisation non-gouvernementale m’a alors dit que je ne pourrai rien tant qu’il n’y ait pas de changement dans le système légal. C’est à ce moment que je me suis dit que je serai un jour avocate », dit-elle. Sahirun puise également son inspiration de son père qui est policier. « Mon père m’a toujours encouragée et soutenue. Par contre, ma mère ne voulait pas que je sois avocate. Mais aujourd’hui, ils sont tellement fiers de moi », fait-elle ressortir. La jeune avocate est originaire de Baie du Tombeau. Elle a étudié à l’école Lorette de Port-Louis, puis au collège Droopnath Ramphul. Ensuite, elle s’est inscrite à l’université de Maurice pour entreprendre des études en sciences sociales avec une spécialisation en psychologie. Par la suite, elle s’est envolée pour l’Angleterre pour entreprendre des études de droit. Elle a enchaîné avec une maîtrise en Commercial Law et enfin le barreau à la City University de Londres en juillet 2015. Sahirun est retournée à Maurice en août 2015. La jeune avocate veut réaliser des choses utiles.

Commentaires

A propos de Nasreen Mungroo-Keramuth

Ceci peut vous intéresser

jeune-entrepreneur

Jeunes entrepreneurs et innovations

De plus en plus de jeunes se tournent vers l’entrepreneuriat. Ils estiment que la clé …