mercredi , 24 juillet 2019
Accueil / Rencontre / Noces de diamant : Rahim et Yasmina, un couple exemplaire
Abdool Rahim Sobdar

Noces de diamant : Rahim et Yasmina, un couple exemplaire

Le mardi 2 octobre, le couple Rahim et Yasmina a célébré ses 60 années de vie commune en présence de ses proches. Abdool Rahim Sobdar, 85 ans, et Yasmina Farida Abdool Raman, 79 ans, habitent Plaine-Verte et ce depuis leur mariage. Un exemple pour les jeunes couples qui vivent mal la cohabitation.  Rencontre.

Yasmina Farida Abdool Raman, l’épouse de Bhai Rahim est aussi connue comme Kala Farida. C’est à l’âge de 17 ans qu’elle avait rencontré Rahim à Vacoas chez sa grand-mère. Avec l’accord de ses parents, elle a épousé Rahim après deux ans. À cette époque, se souvient-elle, la vie était dure. Son époux travaillait comme planton et  gagnait seulement Rs 100 par mois. Elle devait faire toutes les dépenses avec ce maigre salaire. « Bien que les gens ne gagnaient pas beaucoup d’argent pour vivre, les denrées étaient vendues à de prix très bas. Pour la location de ma maison, je payais Rs 13,50 à ma belle-mère chaque mois. Toutes les dépenses de la maison s’élevaient à Rs 80 », se souvient-elle.

Les jours difficiles

Pour mieux expliquer la vie d’antan, Abdool Rahim nous la résume en ces mots : « Lavi ti bo marse, tou ti ena en abondance, mais l’argent pa ti fasil pou gagner », dit-il. Une grande portion de terrain se vendait à environ  Rs 3000, une maison à Rs 14 000 inclus le terrain. Pour Farida, il était difficile d’économiser car elle a eu trois enfants de son union avec Rahim : Sherazad, la fille aînée, Yusuf et Swadeka.

Les moments les plus difficiles pour ce couple ont été ceux vécus durant les bagarres communales. « C’était un point noir dans l’histoire de notre pays et on ne souhaite pas que cela se reproduise », affirme le couple. Farida se rappelle de ces jours difficiles quand Rahim devait aller au travail malgré le climat tendu qui prévalait et ainsi les laisser seuls à la maison. « Nous ne sortions point, jusqu’à ce que tout était retourné à la normale dans notre pays », se remémore la septuagénaire. Pour joindre les deux bouts, Rahim avait aussi pris de l’emploi comme garde de sécurité le soir ; ce qui lui rapportait Rs 5 par jour. Quant à Farida, elle décida d’épauler son époux en travaillant comme mudarissa à la madrassah de Masjid Al-Aqsa. À l’âge de 40 ans, elle dispensait toujours des leçons de ‘deenyat’ aux enfants. Ainsi, ils ont pu assurer une vie assez confortable à leurs enfants.

Rien à regretter

« Aujourd’hui, la vie est cool. » C’est avec ces mots que Bhai Rahim nous décrit les années de sa vieillesse. Son épouse et lui reçoivent tous deux leur pension dite de vieillesse et n’ont pas de projets à réaliser. Leur rêve était de voir leurs enfants et leurs petits-enfants vivre une vie aisée. « Maintenant nous sommes prêts à accueillir la mort à bras ouverts », dit Farida avec fermeté. Ils affirment qu’ils ont vécu une vie heureuse et complète et n’ont rien à regretter.

Conseils aux jeunes couples

« De  nos jours, les mariages sont devenus très fragiles. Les conjoints se disputent pour des raisons banales. Si une belle-mère agit avec un peu d’autorité, la bru pourrait même  la frapper », nous dit Bhai Rahim. Les enfants préfèrent louer une maison plutôt que d’habiter chez leurs parents, car le monde a évolué et la mentalité a beaucoup changé. Pour lui, il faut toujours garder son calme comme époux. «  Il faut savoir prendre des décisions justes et trouver une solution acceptable aux problèmes familiaux», dit-il encore. Pour sa part, Farida tient à conseiller les jeunes épouses d’accepter la famille de leurs époux comme leur propre famille et d’agir avec patience en cas de difficultés. Elle estime que les jeunes couples doivent toujours implorer le Créateur. « Se consacrer uniquement pour les plaisirs de ce monde nous fera manquer beaucoup de choses inestimables dans l’au-delà », conclut-elle.

Commentaires

A propos de Ahmad Fakuddeen Jilani

Ceci peut vous intéresser

Restauration rapide

Restauration rapide : Rizwan et Zainab travaillent jusqu’à 12 heures par jour

Les petits établissements de restauration rapide augmentent dans villes et villages. Certains gérants  abusent sur …