dimanche , 22 septembre 2019
Accueil / People / Nazra Emamdee : Enseignante, artiste écologique et thérapeutique
Nazra Emamdee

Nazra Emamdee : Enseignante, artiste écologique et thérapeutique

Enseignante d’anglais au collège Madad-Ul-Islam à Plaine-Verte, Nazra Emamdee a de multiples talents. Elle brille dans le domaine du théâtre, de l’écriture et de la peinture. Mais l’aquarelle reste son domaine de prédilection.

« L’aquarelle c’est comme essayer de dompter un chat, à la fin c’est le chat qui nous change. Il n’obéit jamais», nous dit d’emblée la jeune enseignante de 29 ans. Nazra Emamdee nous confie qu’elle n’a pas choisi l’aquarelle mais c’est l’aquarelle qui l’a choisie. Chargée des relations publiques à l’International Watercolour Society of Mauritius, elle a essayé de multiples techniques mais aucune ne l’a jamais conquise comme l’aquarelle. « Je me suis essayée à différents arts visuels durant mon parcours, mais je suis revenue vers l’aquarelle. Je l’aime pour sa complexité. C’est cet aspect de challenge qui m’a attirée. C’est un style à la fois minimaliste tout en étant d’une complicité délicate. J’utilise également cette technique car c’est la plus écologique.» laisse entendre cette habitante de Mont-Ida.

À travers ses tableaux Nazra aime représenter la culture locale de Maurice. « Avec l’urbanisation rapide que subit notre île, nous perdons beaucoup de notre patrimoine architectural et culturel. Mes œuvres tentent de remémorer la fabrication du massala sur la ‘roche cari’ ou ‘zoué cannettes’ (jeux de billes) par exemple. J’essaie de faire voyager mon audience dans un certain passé», dit-elle.

L’aquarelle faisant partie de sa vie, elle désigne cet art comme « une échappatoire, une thérapie régénérative ». « J’adore l’aquarelle car cela permet à ma créativité de s’exprimer. J’ai toujours été une personne qui utilise principalement l’hémisphère droit de son cerveau. Je suis davantage de nature intuitive et créative que de nature logique. La peinture me permet de me revigorer après plusieurs journées éprouvantes  », ajoute-t-elle.


L’art visuel : Un atout thérapeutique chez les enfants

Des journées éprouvantes, justement Nazra en connaît très souvent. Comme elle nous le dit, même si elle n’est pas encore mère de famille, elle est tout de même maman de beaucoup d’enfants en tant que professeure. « Les arts visuels et du spectacle peuvent avoir l’effet d’une thérapie sur les enfants, les adolescents et les adultes. L’art exige l’implication totale d’une personne, mentalement, émotionnellement et manuellement. En tant qu’enseignante en art du spectacle, je peux vous assurer que mes élèves de tout âge bénéficient des bienfaits de l’art», souligne-t-elle.


« Tenir un journal d’art ou intime peut aider psychologiquement »

Elle fait également ressortir que l’art peut être un bon moyen de combattre certaines maladies liées au stress. « Membre de l’ONG ‘Befrienders’ dans le passé, j’ai eu l’occasion de travailler pour la prévention du suicide. Tout le monde à besoin de se soulager psychologiquement et émotionnellement. L’art est une échappatoire. Quelqu’un qui par exemple tient un journal d’Art et qui s’y implique, se défait de ses angoisses. De la même façon que l’on se vide émotionnellement et mentalement en écrivant dans un journal intime. Les enfants ou les adultes autistes sont connus pour être très créatifs et non dénués de bon sens. Je recommanderai l’art à tout le monde, que ce soit l’art visuel ou l’art du spectacle. Il est bénéfique émotionnellement, physiquement et mentalement », dit-elle.


Sa tâche en tant qu’auteure : «Mes textes varient de l’académique à l’humour»

Nazra Emamdee est également membre du comité d’écriture (art de la scène et théâtre) au Mauritius Institute of Education (MIE) et auteure de divers livres. « Le dernier livre que j’ai écrit était un livret scolaire, Drama and Theatre, pour les élèves de Grade 8 avec Mademoiselle Zainab Soyfoo et Monsieur Per Skjöldebrand. En mai, nous avons commencé le livret pour le Grade 9. J’écris régulièrement des Haikus et des poèmes sous le pseudonyme de Si Su, sisu.arts sur Instagram. Enfin, le dernier texte que j’ai écrit était un article sur les difficultés rencontrées par les femmes conduisant sur une île intitulé An Island Woman at the Wheel. Vous pouvez le lire sur le site womenwholiveonrocks.com Mes textes varient de l’académique à l’humoristique avec parfois des teintes sombres», fait-elle ressortir.

Commentaires

A propos de Nufaisah Mosaheb-Khodabux

Ceci peut vous intéresser

Mohamed Hossen Lallmahamode

Mohamed Hossen Lallmahamode, le 159e centenaire : l’ex- marchand de journaux a soufflé ses 100 bougies

Connu comme Bhai Hassen, le nouveau centenaire était entouré de sa famille dont ses trois …