vendredi , 23 juin 2017
Dernières Nouvelles
Accueil / Rencontre / Nazeema Jaulim Seelarbokus, président de WiLAT : « La Road Traffic Act est dépassée »
nazeema-jaulim

Nazeema Jaulim Seelarbokus, président de WiLAT : « La Road Traffic Act est dépassée »

Nazeema Jaulim Seelarbokus, Quality Coordinator à la Mauritius Port Authority, mène depuis un an un combat inlassable pour contribuer à freiner l’hécatombe des victimes de la route à Maurice. La Présidente de l’association ‘Women in Logistics and Transport’ (WiLAT) compte soumettre des recommandations au ministre Nando Bodha à cet effet. Elle prône aussi la révision de la Road Traffic Act. Rencontre… Les accidents de la route augmentent considérablement et s’avèrent la principale cause de décès chez les personnes âgées de 15 à 29 ans. Selon la présidente de Women in Logistics And Transport (WiLAT), Nazeema Jaulim Seelarbokus, les accidents de la route à Maurice devraient être l’une des cinq principales causes de morbidité et de mortalité d’ici 2030. C’est ce qui ressort de ses recherches sur les accidents de la route en 2016.

À travers son association, Nazeema compte sensibiliser la population à l’égard des accidents de la route. « Le nombre de morts dans les accidents de la route est généralement attribué à la consommation d’alcool au volant ou à l’excès de vitesse. Donc, il faut que nous prenions des mesures importantes pour inverser la tendance », dit-elle.

De nos jours, poursuit Nazeema, dans la majorité des accidents survenus sur nos routes, le nombre de motocyclettes et mobylettes impliquées est important. « Avec seulement un certificat de learner, un motocycliste peut aller là où il le souhaite. Il faut un contrôle plus strict en ce qui concerne les learners et les permis de conduire », fait-elle ressortir.

Par ailleurs, Nazeema attribue les accidents de la route à la négligence de l’individu. « Certains conducteurs ont un souci de santé mais cela ne les empêche pas de conduire leurs véhicules. Par exemple, il y a des chauffeurs qui se sont fait opérer de la cataracte ou l’un des yeux. D’autres ont un problème à la jambe mais insistent à prendre le volant. Dans leur tête, ils sont en forme pour conduire un véhicule. Or, ces petits soucis de santé peuvent bien facilement provoquer des accidents fatals », indique la présidente de WiLAT.

Elle ajoute qu’il y a même des gens qui souffrent l’Alzheimer ou troubles de mémoire, qui prennent le risque de conduire un véhicule. « Je suis également contre le fait que des personnes âgées, soit au-delà de 80 ans, conduisent des véhicules. Il est temps de revoir tout cela si nous voulons diminuer le nombre d’accidents sur nos routes. Je crois que les personnes âgées doivent subir de nouveau des examens de conduire quand ils ont atteint un certain âge », affirme Nazeema.

La présidente de WiLAT nous dit qu’elle rencontrera bientôt le ministre Nando Bodha pour soumettre ses recommandations. Il est temps de revoir la Road Traffic Act, qui selon elle est dépassée.

Women in Logistics And Transport (WiLAT)

Nazeema est membre du Chartered Institute of Logistics and Transport (CILT). En mars 2016, une aile féminine de cet institut a été créée. Il s’agit de Women in Logistics And Transport (WiLAT). Nazeema a été choisie pour être la première présidente de WiLAT. « Cette association regroupe les femmes qui exercent dans le domaine logistique et du transport, que ce soit maritime, aviation, transport public, entre autres. Nous avons décidé de mener un combat contre un problème d’actualité et nous sommes tombées d’accord sur les accidents de la route, dont le nombre est préoccupant », affirme notre interlocutrice.

En octobre 2016, les membres de WiLAT ont organisé un forum, inauguré par Ameenah Gurib-Fakim, sur les accidents de la route à Maurice. « L’objectif de WiLAT est de freiner l’hécatombe des victimes sur nos routes. À travers ce forum, nous avons voulu sensibiliser la population sur les mesures de lutte contre les accidents de la route à Maurice. La conférence intitulée “Stratégies pour remédier au fléau des accidents de la route à Maurice” a eu lieu le 28 octobre 2016 », avance Nazeema. La WiLAT continuera à mener son combat. « Nous comptons organiser plus activités et mener des campagnes de sensibilisation pour inverser la tendance à Maurice. Il est temps de prendre les actions nécessaires », dit-elle encore.

Quality Coordinator à la MPA

Nazeema compte dix années de service à la Mauritius Port Authority (MPA). Elle occupe le poste de Quality Coordinator. Elle a pour responsabilité d’assurer le bon fonctionnement et la qualité des systèmes internes. « En tant que Quality Coordinator, je suis appelée à assurer la maintenance des normes. Je dois évaluer et m’assurer que les systèmes répondent aux exigences des deux ISO de la compagnie, à savoir le 9001 : 2008 pour le quality management system et 14001 pour l’environnement. Les systèmes sont revérifiés tous les trois ans. Donc, nous devons nous assurer que tout soit dans l’ordre », nous explique Nazeema. Elle doit également assurer la formation des employés de la MPA afin qu’ils améliorent continuellement leur performance. Elle doit aussi traiter les plaintes des employés.

Mieux connaître Nazeema

Originaire de Beau-Bassin, Nazeema a étudié à l’école Philippe Rivaland RCA puis au collège du Bon Et Perpetuel Secours(BPS). Après le HSC, elle s’est inscrite à l’université de Maurice pour des études en économie. Elle a enchaîné avec un diplôme en technologie à la Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI), un MBA General de l’université de Technologie de Maurice (UTM) et une formation à l’Institute of Chartered Secretaries & Administrators (ICSA). D’ailleurs, elle a décroché le prix de « Top Student of MBA General » à la fin de ses études. Sur le plan familial, Nazeema est mariée à Moussa Seelarbokus, qui exerce comme commerçant. Le couple a un fils, Jalil, âgé de 14 ans. « Si je n’avais pas bénéficié du soutien de mon époux, je n’aurais pas atteint mes objectifs. Il m’a soutenue dans toutes mes démarches, que ce soit dans mes études, sur le plan professionnel et sur le plan familial », explique cette professionnelle.

Commentaires

A propos de Nasreen Mungroo-Keramuth

Ceci peut vous intéresser

Nawshin Mahadooa

Études au Japon : le ramadan de Nawshin Mahadooa à Tokyo

Vivre le ramadan loin de sa terre natale est toujours une expérience inédite et enrichissante. …