mercredi , 20 novembre 2019
Accueil / Société / Najaah au service des SDF de la capitale
Najaah

Najaah au service des SDF de la capitale

Najaah, une mère de famille de Pailles, tend une main secourable aux SDF et cela depuis un an déjà. Nous l’avons suivie en début de soirée aux quatre coins de la capitale à la recherche d’hommes et de femmes qui attendaient son arrivée pour apaiser leur faim.

L’Islam attache une grande importance à l’action de donner l’aumône aux pauvres et aux nécessiteux. Il y a dans le Saint Coran beaucoup de versets sur ce sujet. En outre, l’Islam apprécie le geste de celui qui rend service volontairement et dépense son énergie pour le bien-être des gens.

Ainsi, Najaah s’est-elle inspirée du Coran et des Hadiths pour entreprendre et poursuivre cette noble initiative.

Il est 19h15. La vie dans la capitale s’est arrêtée et seules quelques voitures circulent encore. Najaah arrive et gare sa voiture à côté de l’église de la Cathédrale St Louis. Dans le coffre de sa voiture sont disposées trois boîtes en carton remplies de barquettes alimentaires et de caisses de boissons gazeuses qu’elle a achetées chez un particulier. Seule dans la pénombre de la nuit, elle commence sa tournée. Elle se rend en premier en face de la cour intermédiaire pour distribuer 6 barquettes remplies. Un couple habitué du lieu l’accueille avec le sourire.

« Assalaamoualeikoum mo fine vinne guette zotte, eski zotte fine fini manger ? » demande-t-elle.Le couple répond par la négative et prend les deux barquettes des mains de Najaah. Cette dernière leur fait la morale et leur fait comprendre que leur place n’est pas sur le trottoir et qu’ils doivent changer de vie, trouver un travail et vivre comme un être humain normal dans une maison entouré de leurs enfants.

Sous la protection d’Allah

Les autres locataires du trottoir s’approchent pour prendre leurs barquettes et écouter les bonnes paroles de Najaah. Elle leur explique qu’ils doivent se rapprocher du Créateur et demander son aide pour mener une vie comme les autres. Najaah se tourne vers nous et dit: « Mo le cœur rempli de joie quand mo cause avec sa banne dimoune là et mo prêche zotte la bonne parole ». Elle donne rendez-vous pour bientôt à ces personnes et leur souhaite de trouver un toit et un travail.

Elle continue sa route toujours à la recherche des personnes qu’elle a l’habitude de servir. Après ce sera Plaine Verte, puis la gare Victoria et enfin la gare du nord. Najaah nous dit qu’elle ne craint personne car Allah est sa protection. À la gare du Nord, dans un coin mal éclairé, elle s’approche de deux hommes qui ne s’étaient pas encore endormis et qui tout de suite ont remarqué sa présence. Après les salutations, elle commence à leur expliquer l’importance du namaz et comment se rapprocher du Créateur. Les deux habitués du trottoir demandent à leur bienfaitrice de leur apporter des habits propres à sa prochaine visite et promettent de commencer à fréquenter le musjid. Sa tournée terminée, nous en profitons pour nous entretenir avec elle.

Elle nous dit que son objectif est de faire plaisir à Allah et attendre une bonne place «dans Akhirat». « Vous savez en ce temps où le monde musulman est très éprouvé, où l’on vit dans une société individualiste et égoïste, le musulman ne doit jamais oublier l’importance de la solidarité, de l’entraide et des bienfaits qui en découlent », souligne-t-elle.

Elle nous raconte qu’elle a donné un autre sens à sa vie. Depuis 2010, elle s’est engagée dans le travail social. Elle dispense des cours de valeurs morales à des jeunes filles deux fois la semaine, elle rend visite à des personnes malades, aide à trouver des solutions pour des personnes en difficulté et fait aussi la propagation des enseignements de l’islam.

Depuis un an, avec l’argent que les filles lui donnent, elle distribue une cinquantaine de barquettes alimentaires chaque jeudi en début de soirée. « Mo pas demande personne contribution. Ceki mo gagner mo acheter nourriture pou passe la faim les autres », fait-elle ressortir.

Valoriser les SDF

Najaah aurait souhaité servir plus de personnes, mais les moyens lui font défaut. « Je souhaite que cet article motive les autres sœurs où couples à se joindre à mon action pour servir plus de personnes au moins deux fois par semaine », dit-elle. Elle affirme être très heureuse après chaque tournée. « Quand je prêche la parole d’Allah dans le silence de la nuit, j’ai la conviction que les étoiles sont mes témoins et que le Créateur est présent à mes côtés », ajoute-t-elle.

Najaah se donne pour objectif de valoriser les sans domicile fixe en leur expliquant la différence entre « human being et being human». Alors que nous sommes à la gare du Nord, un couple bien vêtu vient à notre rencontre pour demander à manger. Najaah leur tend deux dernières barquettes et en profite pour leur faire la morale. « Ou place pas dans la rue, ou ti bizin pe occupe ou banne zenfants au lieu ou pe virer lors chemin », leur dit-elle. L’homme explique qu’il est maçon de profession et qu’il n’arrive pas à trouver du travail. Najaah lui demande de se tourner vers le Créateur et espère qu’un jour quand leurs chemins se croiseront il sera en train de distribuer de la nourriture à ses semblables.

Najjah nous indique qu’elle ne frappe pas à la porte des gens pour demander de la zakaat, sadaqa ou lillah. « Vous savez la sadaqa peut être quelque chose d’aussi simple qu’un sourire, que d’aider une vieille personne à porter son sac ou de retirer du chemin des choses sur lesquelles les gens peuvent trébucher », fait-elle ressortir.

Plaire au Créateur

Najaah est directe dans ses propos: « Le prophète Muhammad (pssl) a dit: Le croyant n’est pas celui qui mange à satiété quand son voisin à faim». Et tout ce qui est donné généreusement avec l’intention de plaire à son Créateur est considéré comme sadaqa ».

Alors que Najaah allait prendre congé de nous, un jeune homme s’approche et nous salue. « Ou conné, moi oussi mo ti lors trottoir. Mo fine faire namaz et Allah fine change mo la vie. Mo pe travaille couma menuisier et mo louer ene lacaze », nous dit-il. Najaah l’écoute avec attention et demande aux autres de suivre l’exemple de Hussein. Comme il n’y avait plus de barquette à distribuer Najaah invite le jeune homme à prendre place dans sa voiture pour l’emmener à la rue Desforges afin de lui acheter un peu de nourriture.

Il est presque 21.00 heures. Un vent chaud humide rend l’air de la capitale irrespirable. Najaah nous remercie de notre présence et nous prie de faire passer son message. Elle insiste pour que nous ne dévoilons pas son identité et accepte qu’on la photographie de dos. Une dernière parole de Najaah avant de nous quitter touche notre cœur: « Le prophète Muhammad (pssl) a appris aux musulmans à cultiver de bonnes manières et de belles qualités. Les richesses que nous possédons nous viennent de Dieu, qui est très généreux ».

Najaah invite les frères, les sœurs et les couples qui ont les moyens et qui mangent à leur faim de se joindre à elle pour l’aider à toucher plus de personnes. Vous pouvez l’appeler sur le 5920 3773 et elle se fera un plaisir de vous rencontrer. Elle nous quitte dans la nuit avec la satisfaction du devoir accompli.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

Nusrath Doomun

Appel à la générosité pour Nusrath Doomun

Nusrath Doomun, enseignante, doit se faire opérer en Inde pour retrouver sa mobilité. Commentaires