vendredi , 24 novembre 2017
Accueil / Rencontre / Mohammad Altaaf Auhamad : diplômé en finance et passionné de naat
Mohammad Altaaf Auhamad

Mohammad Altaaf Auhamad : diplômé en finance et passionné de naat

Mohammad Altaaf Abdul Aleem Auhamad  fait la fierté de ses parents après avoir obtenu son diplôme en «Financial management» avec les honneurs à l’université de Maurice (UOM).

Mohammad Altaaf,  qui est le fils de  l’imam Nuroodeen, organisateur de hadj très connu de Montagne Blanche, a, au cours de ses trois années d’études, effectué des stages dans plusieurs firmes privées. Très doué depuis l’école primaire, Mohammad Altaaf aimait les chiffres et disait à son entourage qu’il serait un jour un grand expert en finance. Après avoir décroché de bons résultats au CPE,  il poursuit ses études secondaires à la Ébène SSS (garçons).

Même s’il participe à toutes les activités extra curriculaires et sportives, cela ne l’empêche pas de figurer toujours parmi les meilleurs lorsque tombent les résultats. En dehors de ses études académiques, Mohhamad Altaaf s’intéresse aussi à emboîter le pas à son père, l’imam Nooroodeen, qui outre d’être hafiz ul Quraan, est aussi un Naatkwan  réputé pour la qualité de sa voix et la beauté des mots utilisés dans ses hymnes à la gloire du prophète (pssl). Ainsi, comme son père, Mohammad Altaaf a fait de la récitation des naat shareef sa passion. Il a participé à plusieurs compétitions et a remporté plusieurs prix d’excellence. Il ne refuse jamais une invitation pour réciter un naat car pour lui, prononcer le nom du prophète Mohammad (pssl) renforce notre foi et nous montre le bon chemin à prendre.

Respect des aînés

Mohammad Altaaf ne compte pas se contenter de son diplôme de l’université de Maurice. Dans un avenir proche, il envisage de continuer ses études pour obtenir un Master en Finance e & Management. Cependant, il n’a pas encore décidé dans quel pays il se rendra pour des études plus poussées.

Interrogé sur ce qu’il pense des jeunes d’aujourd’hui, il nous fait part de ses craintes pour l’avenir de  ceux qui ont perdu leurs repères dans la société. « La seule façon de rester loin des fléaux sociaux c’est de pratiquer le namaz régulièrement et aussi de respecter les aînés », laisse-t-il entendre.

Il se dit prêt pour donner un coup de main pour monter une organisation afin de faire comprendre aux jeunes de sa région que ce sont eux l’avenir du pays. « Tout n’est pas perdu. Les jeunes doivent avoir confiance en leurs capacités », ajoute-t-il.  Il nous dit qu’il suit la politique sur la scène locale et internationale et que la pauvreté l’interpelle. « Les Mauriciens  aisés  doivent montrer leur générosité aux plus pauvres de la société. La pauvreté n’a ni couleur, ni race, ni communauté », laisse-t-il entendre. Mohammad Altaaf  n’a pas de mots pour remercier la famille Auhamad, sans oublier son père, sa mère, ses frères et sœurs, ses proches, les familles Dilmahomed et Baboo, ainsi que ses enseignants depuis le primaire qui ont forgé son destin. « Tous les jours  durant chaque  namaz, je demande des duahs pour mes parents sans oublier mes enseignants », dit-il.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

Nasrullah Ginowree

Nasrullah Ginowree, officiant de prière : ce religieux soigne les plaies de l’âme en prison

Cela fait 20 ans depuis que l’imam Nasrullah Ginowree dirige la prière de Jummah dans …