lundi , 9 décembre 2019
Accueil / Société / Misère humaine : Washill et Naïna nés sans yeux réclament votre aide
Washill et Naïna

Misère humaine : Washill et Naïna nés sans yeux réclament votre aide

Washill et Naïna sont frère et sœur. Ils sont nées sans yeux. À leur naissance ils ont été atteints d’une malformation congénitale connue comme anophtalmie. Les enfants touchés par cette maladie extrêmement rare, naissent sans globes oculaires. Washill et Naïna ne pourront jamais voir la lumière du jour car il n’existe à présent aucun traitement qui permet de restaurer la vision.

L’histoire de Washill, 18 ans, et de Naïna, 22 ans, est bouleversante. Cette dernière est non seulement aveugle mais aussi sourde muette et épileptique. Les deux enfants ont été abandonnés par leur père.

Quand nous avons été invités par une famille de Trèfles à Rose -Hill pour visiter les deux enfants, nous ne nous attendions pas à voir dans quelles conditions ils vivent. Choqué par le spectacle affligeant qui s’offre à nos yeux, nous faisons un effort pour pénétrer à l’intérieur de leur maison en bloc sans crépi où les portes et fenêtres sont sans vitres, où la dalle fuit comme un panier et où de gros morceaux de béton se détachent du plafond. Parvina, la maman des enfants, n’ose pas nous inviter à entrer à l’intérieur à cause de l’exiguïté et l’état de délabrement avancé de la maison.

«Mo pas honter pou dire ki parfois mo envie acheter ene bon manger pou mo banne zenfants mais mo pas capave»

Seul un divan en très mauvais état trône à l’entrée. Il fait sombre et une forte odeur de moisi imprègne l’habitation. Un éclairage insuffisant rend l’atmosphère lourde et pesante.

Un problème pendant la grossesse

Mise en confiance Parvina, se confie à nous alors que les larmes roulent sur ses joues. Elle à embrassé l’islam par amour pour un homme qu’elle aimait éperdument. Quoiqu’au début tout était parfait, la naissance de leur premier enfant a tout fait basculer. Un problème pendant la grossesse au moment de la formation de l’œil entre la cinquième et huitième semaine a causé une infection . Parvina met au monde son premier enfant dans la douleur. Quand elle se rend compte de la malformation congénitale de sa fille, elle est abattue et sent le sol se dérober sous ses pieds. Elle prend courage mais ressent un rejet de son époux. Naïna est venue au monde presque dans l’indifférence parce que sa maman a été rejetée par ses proches après sa conversion à l’islam. Après quelques mois, les médecins lui apprennent que Naïna souffre de surdité et de mutisme. Outre sa cécité, elle est aussi atteinte d’épilepsie grave.

Néanmoins, Parvina met au monde un fils au nom de Khalill qui est en bonne santé. Un malheur ne venant jamais seul, il y a quelque temps, il a lui aussi développé des troubles de la vue. Bien qu’il ait étudié jusqu’à la HSC, il est chômage. Il a déjà travaillé comme serveur dans un hôtel de thé à Rose-Hill et cherche un emploi pour aider sa famille à faire face à cette vie de misère.

Par la suite, Parvina donne naissance à un autre fils au nom de Washill qui lui aussi est né sans globe oculaire. Washill souffre d’albumine et d’autres complications de santé. Il passe sa journée assis sur un sofa dans l’obscurité à écouter que la voix de sa mère et de son frère, Khalill. Parvina s’occupe de sa fille comme un enfant et lui donne son bain chaque jour. Quant à Washill, malgré sa cécité, il prend seul son bain sous le regard de sa mère.

Faire bouillir la marmite

Parvina nous confie qu’elle a découvert que son époux est toxicomane. Il y a 10 ans, il a abandonné ses enfants. Seule pour élever ses trois enfants, Parvina se bat au quotidien pour faire bouillir la marmite. Avec la pension des deux enfants, elle paye le loyer de la maison qui s’élève à Rs 4 000. Pour les médicaments des enfants, elle doit faire un choix pour pouvoir garder quelques sous pour les dépenses jusqu’à la fin du mois. Elle ne cache pas qu’une société de bienfaisance lui fait parvenir Rs 1 200 mensuellement.

« Mo pas honter pou dire ki parfois mo envie acheter ene bon manger pou mo banne zenfants mais mo pas capave, » dit-elle. Elle regrette amèrement que ses deux enfants atteints de malformation congénitale, n’ont pas connu une vie comme tous les autres enfants.

Souvent Parvina pleure en silence pour ne pas accabler ses enfants. « Mo accepter ki Allah fine faire moi gagne deux zenfants handicapés. Mais mo demande Allah faire mo zenfants vive heureux . Quand mo pou ferme li yeux ene jour mo pas conner cotte zotte pou aller, » ajoute-t-elle entre ses larmes.

Faute de moyens

Parvina ne veut pas parler de son ex-époux qui n’existe plus pour elle. Elle est triste que le père de ses trois enfants n’a pas le courage de venir les voir.

Parvina doit aussi faire face aux moqueries désagréables et blessantes de certaines personnes qui sont méchantes et insensibles. « Kan mo amène mo zenfant l’hôpital, dimoune guette zotte et faire commentaire. Comme ène maman mo senti moi blesser, » laisse-t-elle entendre.

La pauvre mère nous indique qu’elle est propriétaire d’un terrain à Beau-Bassin et grâce à l’aide de quelques personnes généreuses elle a fait construire une petite maison qui n’a pas été complétée faute de moyens. « Propriétaire fine dire moi prend mo banne zenfants aller. Mo pas conné cotte pou alle dormi. Si banne frères et sœurs aide moi ,mo pou capave complète mo lacaze. Mo même pas éna électricité mo pou capave faire ramadan », nous confie-t-elle.

Appel à la générosité

Parvina nous prie de lancer un appel pour les donations de zakaat et lillah pour l’aider à terminer la construction de sa maison et économiser un peu d’argent pour les médicaments, le transport pour l’hopital et les autres dépenses assez fréquentes. « Au nom d’Allah mo pe demande banne frères et sœurs contribuer un peu zakaat pou moi afin qui mo termine mo lakaz et mo zenfants capave ene jour éna ene place pou zotte dormi, » dit-elle encore. Alors que nous conversons avec Parvina, Washill nous écoute attentivement. Son visage est triste mais il garde le sourire comme pour faire comprendre qu’il accepte la volonté d’Allah. Naïna est nerveuse et malgré le fait qu’elle ne voit aucune ombre et qu’elle vit dans le monde du silence, elle réagit quand nous caressons sa tête et ses joues.

Si vous souhaitez rendre visite à cette famille, armez-vous de courage pour écouter le combat d’une mère abandonnée par son époux avec à sa charge deux enfants sans yeux. Vous pouvez contactez Parvina sur le 5772 0731.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

Nusrath Doomun

Appel à la générosité pour Nusrath Doomun

Nusrath Doomun, enseignante, doit se faire opérer en Inde pour retrouver sa mobilité. Commentaires