dimanche , 22 septembre 2019
Accueil / Actualités / Metro Express : vive inquiétude parmi les employés du transport
Metro Express

Metro Express : vive inquiétude parmi les employés du transport

Les travaux de Metro Express avancent à grands pas mais l’inquiétude gagne les employés du transport qui exigent une garantie écrite du gouvernement que leur emploi ne sera pas menacé lorsque Metro Express sera opérationnel à Maurice. Ils s’interrogent aussi sur le sort des receveurs avec l’introduction des feeder buses qui seront dotés du système cashless.

La semaine écoulée a été particulièrement animée dans le secteur du transport. Plusieurs corps syndicaux ont fait entendre leur voix et réclament une garantie en écrit que l’entrée en opération du Metro Express n’affectera pas leur emploi. Dans une déclaration à STAR en fin de semaine, le président de l’United Bus Service Employees’ Union (UBSEU), Iqbal Sheik Abbass, s’est dit concerné par le climat d’incertitude qui règne parmi les employés de toutes les compagnies d’autobus du pays. « Il est clair que lorsque le Metro Express entrera en opération, plusieurs compagnies vont devoir supprimer certaines lignes. Par exemple, la ligne Port-Louis/Curepipe est considérée comme le poumon de UBS. Qu’adviendra-t-il aux employés surtout lorsqu’on connaît que ce sera aussi le trajet du Metro Express », s’interroge-t-il.

Iqbal Sheik Abbass, qui est receveur depuis plus de 30 ans, se dit inquiet avec l’introduction des feeder buses qui seront dotés du cashless system. Ces autobus auront pour tâche de transporter gratuitement les habitants des faubourgs vers les stations de métro. « J’ai cru comprendre que dans un premier temps, les feeder buses vont opérer avec les receveurs également. Mais nous n’avons pas la garantie que ce sera encore le cas après lorsque le système cashless sera opérationnel à 100%. Qu’adviendra-t-il de ces receveurs ? Vont-ils être licenciés ? A soir, nou nepli gagne someyy telma nu stresser », laisse entendre le président de l’UBSEU. Selon lui, il est clair que le Metro Express va engendrer la perte de quelque 1200 emplois dans l’industrie du transport.

Des garanties en écrit

Si le Premier ministre, Pravind Jugauth, ainsi que le ministre du Transport, Nando Badho, ont donné la garantie que les employés du transport ne perdront pas leur emploi après l’entrée en opération du Metro Express, Iqbal Sheik Abbass exige « du noir sur blanc ». « Nous demandons à avoir des garanties en écrit car c’est bien trop facile de dire telle ou telle chose. Nous voulons simplement être assurés que notre travail va rester le même après l’entrée en opération du Metro Express et que nous ne subissons aucune réduction de salaire », fait-il ressortir. Il précise qu’une lettre en date de 2017 adressée à une ancienne syndicaliste de la compagnie UBS par le ministère des Infrastructures publiques et du Transport et dont le contenu a été repris par la presse cette semaine, ne peut être considérée comme une garantie car « c’est enn lettre personnelle ».

Par ailleurs, Shehzad Dowlut, receveur au sein de la compagnie UBS, estime que les employés du transport ne sont pas contre le projet Metro Express. « Je parle au nom de tous ces jeunes qui sont employés au sein d’une quelconque compagnie de transport. Nous sommes des pères de famille et c’est pourquoi nous demandons simplement d’avoir des garanties que notre emploi sera préservé  », dit-il. Il soutient que, comme lui, bon nombre de ses collègues traversent une période difficile et stressante.

Le ministère rassure

Le ministère des Infrastructures publiques et du Transport a, dans un communiqué émis dans la soirée du mercredi 28 août, réaffirmé les garanties données aux syndicats, aux employés et employeurs de l’industrie du transport lors des consultations entamées depuis août 2017 et lors des réponses parlementaires que le Metro Express ne générera aucune perte d’emploi.

« Le Metro Express favorisera une intégration parfaite avec l’industrie du transport pour la sauvegarde des emplois. Le premier segment de 19 feeder routes qui sera desservi par un minimum de 55 bus et la création d’une dizaine de nouvelles routes dans un catchment area de 5 à 10 km, au départ de chaque station viendront consolider les emplois », indique le communiqué.

Le ministère a tenu à rassurer que les receveurs seront « toujours en fonction dans les bus opérant dans le cadre du Cashless System en vue d’assurer la qualité du service ».

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

karaté

Nooreena Hossenbaccus professeure d’arts martiaux : «Le karaté n’est plus un sujet tabou auprès des femmes»

Ceinture noire de karaté, Nooreena Hossenbaccus a créé son propre style de combat en combinant …