jeudi , 19 septembre 2019
Accueil / Actualités / Mesures populaires : opération séduction de Pravind Jugnauth
Rajiv Servansingh et Suttyhudeo Tengur
Rajiv Servansingh et Suttyhudeo Tengur

Mesures populaires : opération séduction de Pravind Jugnauth

Présenté le lundi 10 janvier, le budget 2019/2020 de Pravind Juganuth est largement axé sur le social avec des mesures populaires pour « fer la bous dou ». Une « opération séduction » lancée par le Grand argentier à la veille des élections générales. Ce Budget suffira-t-il néanmoins à séduire l’électorat ? Quelques éléments de réponse…

«Un Budget résolument tourné vers le futur et soutenant adéquatement les personnes âgées, les sections les plus vulnérables de la société et les consommateurs ». Voilà comment le Premier ministre, Pravind Jugnauth, résume ce qui est assurément son dernier bBudget de ce présent mandat dans un post sur sa page Facebook. Ses mesures budgétaires en vue de « booster le pays » reposent sur dix avenues: consolider les piliers de l’économie ; consolider les secteurs de l’économie ; étendre l’espace économique ; mettre en place des infrastructures cadrant avec la vision gouvernementale; approfondir les projets de réforme ; améliorer la qualité de vie des citoyen ; promouvoir un environnement où il faut bon vivre; faire face aux défis du changement climatique ; jeter les bases pour des projets d’infrastructures à Rodrigues, Agalega et dans les îles éparses ; et soutenir la dette publique. Mais après le grand oral, nombreux sont ceux qui n’ont pas hésité à qualifier le Budget d’électoraliste.

Pour l’observateur politique, Rajiv Servansingh, le Budget en lui-même n’est pas un facteur qui amène l’électorat à voter tel ou tel parti politique lors des élections. « On pourrait dire que le budget fait partie d’un ensemble de facteurs mais il n’est pas le seul à déterminer le choix des électeurs. Dans toute démocratie, le choix du vote est influencé par la popularité d’un parti et aussi par un sentiment de bien-être qui prévaut au sein de la société. Pour ce dernier Budget, Pravind Jugnauth a ratissé large en venant de l’avant avec des mesures pour augmenter le pouvoir d’achat des Mauriciens. Et cela peut être un facteur déterminant », avance-t-il. Rajiv Servansingh est d’avis qu’à travers le Budget présenté, lundi dernier, le Premier ministre a également conforté son image.

« Il (Pravind Jugnauth) a démontré qu’il avait aussi à cœur de réduire les inégalités entre les couches sociales avec un transfert financier vers les familles au bas de l’échelle sociale», dit-il.

« Feel good factor »

Suttyhudeo Tengur fait, lui, allusion, au « feel good factor » engendré par le Budget du Grand argentier. « Il est certes difficile de dire si le budget pourra séduire l’électorat mais ce qui est certain, c’est que la plupart des mesures visent à apporter un sentiment de bien-être parmi les Mauriciens. Les fonctionnaires toucheront Rs 1000 en attendant la publication du rapport du PRB et les pensionnés bénéficieront d’une augmentation de Rs 500 de la pension. Tout cela va créer un bon ‘feeling’. Pravind Jugnauth a d’ailleurs favorisé les mesures sociales dans ses trois derniers Budgets», souligne-t-il. Le syndicaliste reconnaît aussi qu’un politicien est « tout le temps en campagne ». « Du premier jour de son mandat jusqu’à la veille des élections, un politicien est en mode campagne. C’est tout dit surtout que nous sommes dans une année électorale », ajoute notre interlocuteur.

Bashir Khodabux : «Pas assez de mesures populaires»

Bashir Khodabux Si la plupart des observateurs s’accordent à dire que le Budget de Pravind Jugnauth est axé sur le social, l’ancien ministre Bashir Khodabux soutient, de son côté, qu’il n’y contient pas « assez de mesures populaires ». « Le Premier ministre a annoncé que les personnes âgées bénéficieront d’une hausse de Rs 500 de leur pension de vieillesse. Mais cela ne changera rien car de juin à décembre, les prix des denrées de base vont augmenter. Allez voir à combien se vend un sachet de lait en poudre ou encore un sachet de sucre », fulmine-t-il. Selon lui, l’allocation de Rs 1000 qui sera accordée aux fonctionnaires en janvier 2020 vient chambouler les travaux des commissions salariales. « Toute augmentation de salaire doit passer par le PRB ou le NRB. Le PM aurait dû laisser le soin à ces instances de faire leur travail », dit-il.

Bashir Khodabux trouve que la tentative de Pravind Jugnauth de séduire l’électorat a échoué car, selon lui, les mesures pour « fer la bous dou» vont vite s’envoler. « On se réjouit du faible taux d’inflation mais a-t-on pensé à mettre à jour le panier de la ménagère ? La société a évolué ainsi que les besoins des Mauriciens. Or, le panier de la ménagère n’a pas changé», se désole-t-il. Par ailleurs, s’il se dit conscient que tout Budget de fin de règne a une dimension électoraliste, Bashir Khodabux soutient que la conjoncture actuelle ne permettait pas à Pravind Jugnauth de présenter un tel Budget. « Tout le monde s’attendait à une panoplie de mesures pour relancer l’économie et pour éponger la dette publique. On a été très déçu et 2020 sera une année difficile », conclut-il.

Les mesures populaires du Budget 2019-2020

•    11 000 familles se trouvant dans le Social Register of Mauritius (SRM) bénéficieront de l’internet gratuit. Ce projet sera financé par l’État et Mauritius Telecom.
•    Un Portable Retirement Gratuity Fund sera mis sur pied et permettra à un travailleur du secteur privé de préserver ses années de service même s’il a travaillé pour différentes firmes au cours de sa vie professionnelle.
•    Un travailleur touchera Rs 50 000 s’il perd son emploi en cas d’insolvabilité.
•    Les personnes âgées bénéficieront d’une hausse de Rs 500 de la pension de vieillesse à partir de janvier 2020. Celle-ci passera alors à Rs 6710.
•    À partir de janvier 2020, les fonctionnaires bénéficieront d’une hausse salariale de
Rs 1000 sous forme d’allocation en attendant le rapport du PRB.
•    Les propriétaires de bus scolaires bénéficieront de la même compensation pour le diésel que les compagnies d’autobus.
•    Les propriétaires de taxi vont bénéficier de voiture « duty-free » chaque 4 ans au lieu de 5 ans. Aussi, le « road tax » pour les vans (15 sièges) utilisés comme bus scolaire passera de Rs 3000 à Rs 2000 par année. La mise sur pied d’un Taxi Operators Welfare Fund est à l’étude.
•    Ceux qui achètent un terrain pour la construction d’une maison pour la première fois ne paieront pas les frais d’enregistrement. La valeur du terrain ne pas doit dépasser Rs 2,5 millions.
•    6000 maisons seront construites durant les trois prochaines années pour les familles se trouvant au bas de l’échelle sociale. Aussi, le Building Materials Grant Scheme passe de Rs 65 000 à Rs 100 000 pour les familles ayant un revenu mensuel ne dépassant pas Rs 10 000.
•    Les personnes âgées de 60 ans bénéficieront du service de traitement médical à domicile. Actuellement, seules les personnes âgées de 75 ans et plus en sont éligibles.
•    Maurice va signer un accord avec le Liverpool Football Club and Athletics Grounds Limited pour mettre sur pied une académie de football à Côte-d’Or.
•    Au lendemain de la présentation du budget, soit depuis le mardi 11 juin, le prix de l’essence est passé de Rs 47 à Rs 44 le litre alors que celui du diésel est passé de Rs 38 à Rs 35 le litre. La bonbonne de gaz ménager de 12 kg est passée de Rs 240 à Rs 210.

Commentaires

A propos de Nuur-Uddin Jandanee

Ceci peut vous intéresser

Pravind Jugnauth

Pravind Jugnauth : «Nos jeunes sont notre richesse»

Inclure les jeunes dans le développement du pays. C’est le souhait exprimé par Pravind Jugnauth …