lundi , 21 août 2017
Accueil / Actualités / Menaces de mort contre Samioullah Lauthan
sam-lauthan

Menaces de mort contre Samioullah Lauthan

La mafia de la drogue, sentant l’étau se resserrer autour d’elle, a recours aux menaces pour essayer de faire peur aux membres de la commission d’enquête sur la drogue dans l’espoir que ceux-ci se montreront plus accommodants à son égard.Ainsi, apprenons-nous, le président de la commission d’enquête, l’ex juge, Paul Lam Shang Leen et son assesseur, l’ex-ministre de la Sécurité Sociale, Samioullah Lauthan ont reçu des menaces de mort qui sont prises très au sérieux par les autorités policières. Selon notre source, chaque jour, la commission recueille une masse d’informations qui font frémir ses membres. Les gros bonnets de la mafia, sentant le piège se refermer sur eux à mesure que progressent les travaux de la commission, ont donc recours à des moyens d’intimidation pour faire dérailler la commission d’enquête en instillant la peur dans la tête de ses membres. Cette manoeuvre a échoué lamentablement et a eu pour résultat de rendre Paul Lam Shang Leen et ses deux assesseurs encore plus déterminés à coincer les parrains de la drogue. Bientôt ceux-ci seront convoqués devant la commission après que leurs noms ont été cités par des personnes ayant comparu devant la commision.

Nous avons sollicité Samioullah Lauthan pour confirmer la nouvelle, mais pour des raisons professionnelles, il n’a pas voulu parler à la presse. Par contre, les travailleurs sociaux qui l’ont cotôyé pendant des années confirment qu’il a bien reçu des menaces de mort mais comme il le fait depuis toujours, il n’en fera pas état publiquement. Selon un travailleur social, l’ex-ministre ne se laissera pas intimider par ces menaces. «Sam Lauthan est un homme pieux et s’il y a à mourir, il mourra en héros pour une cause qu’il a toujours défendue. Ayant été proche de lui, je puis dire qu’il a une croyance absolue que c’est ‘Allah qui donne la vie et Allah ki prend la vie’». 

Samioullah Lauthan aura-t-il recours à une garde rapprochée et portera-t-il une arme sur lui? À cette question, notre interlocuteur dira que la sécurité des membres de la commission relève de la police mais que Sam Lauthan luimême a toujours prôné la nonviolence «Nous conne Sam bien. Li pas d’accord avec violence. Zamais li pas pou marche avec revolver. Li désarme banne mafia avec dialogue», nous dit notre interlocuteur. Un de ses amis qui le connaît depuis longtemps nous raconte que la lutte de Samioullah Lauthan date depuis des décennies et qu’il a fait face à des dangers plus graves quand il était politicien. «Mais il n’a jamais reculé devant ses adversaires. Samioullah Lauthan est un croyant et en tout cas ce n’est pas ce genre de menace qui arrêtera sa détermination à combattre la mafia de la drogue. C’est une personne de conviction, honnête et sincère. D’ailleurs, il l’habitude de dire : ‘Sa travail là ou bizin ena carapace tortue et fodé pas baisse les bras’», nous dit cet ami.

«Sam Lauthan pas pou reculer quand li penser ki so action juste», enchaîne un de ses proches. «Il n’a pas hésité à claquer la porte de son parti alors qu’il en était le président. Il a démissionné comme président du board de l’ICC sur une question de principe», nous dit-il.

D’après ce proche, l’engagement de Samioullah Lauthan dans le combat contre la drogue a commencé le jour où il été témoin de la mort par overdose d’un jeune de 22 ans. «Ce jourlà il a été accablé par la douleur de la mère de ce jeune homme. Alors, il a fait le serment que le combat de la drogue sera le combat de sa vie. D’ailleurs il a toujours dit que le combat dans le chemin d’Allah sera toujours parsemé de difficultés», laisset- il entendre.

Samioullah Lauthan continue de faire le tour de l’île pour sensibiliser les jeunes et les parents contre les méfaits de la drogue. Auparavant il avait fait le tour des collèges pour mettre en garde les étudiants contre le phénomène Marylin Manson. En tout cas, les menaces de mort sont prises très au sérieux par la police. Le commissaire de police, Mario Nobin, qui est de retour de l’Inde, prendra une décision d’ici demain. L’objectif est de protéger les membres de la commission et les laisser faire leur travail convenablement. «La menace de mort c’est l’arme des faibles», nous a dit un haut gradé de la police.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

Pravind Jugnauth

À Saint-Pierre – Pravind Jugnauth : «Je casserai les reins aux trafiquants de drogue»

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a réitéré samedi 19 août sa volonté de « casser les …