lundi , 24 juillet 2017
Accueil / Actualités / Menace d’épizootie – Seule la salmonellose présente des dangers
sallemonellose

Menace d’épizootie – Seule la salmonellose présente des dangers

L’île Maurice est actuellement frappée par la menace de deux épizooties, la fièvre aphteuse et la salmonellose. Si les médecins affirment que la consommation de la viande d’un boeuf ayant souffert de la fièvre aphteuse n’a aucun risque sur la santé des humains, la salmonellose, par contre, est dangereuse. Quels sont les dangers qui présentent et quelles sont les précautions à prendre ?

Le Dr Fazil Khodabocus, community physician à la Communicable Disease Control Unit du ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie, explique que la salmonellose est une maladie qui est provoquée par la bactérie Salmonella. Il soutient que les aliments à risque sont nombreux. La viande, la volaille, les produits de mer, les oeufs, le lait sont autant d’aliments où les microbes trouvent des conditions de croissance idéales. « Le ministère de la Santé a démarré une campagne de sensibilisation afin que la population mauricienne puisse adopter des mesures de précaution pour assurer une bonne hygiène des aliments », dit-il.

Les précautions à prendre

Prendre l’habitude de la propreté : Le ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie demande aux Mauriciens de se laver les mains avec de l’eau courante et du savon avant de toucher des aliments, et de les relaver souvent avant de faire la cuisine, avant de manger et après être allé aux toilettes. Dr Khodabocus affirme qu’il est aussi important de laver et désinfecter toutes les surfaces et le matériel en contact avec les aliments. Il faut aussi tenir les insectes, les rongeurs et les autres animaux à l’écart des aliments et de la cuisine.

Selon Dr Khodabocus, certaines dispositions sont primordiales pour éviter la contamination des aliments cuits par les microorganismes qui peuvent être présents dans les aliments crus. Il est recommandé de séparer la viande, la volaille et les produits marins crus des autres aliments. Il faut éviter d’utiliser des matériels et des ustensiles (couteaux, planches à découper) utilisés pour des aliments crus, sur des aliments prêts à manger. Il est conseillé de conserver les aliments dans des récipients fermés pour éviter tout contact entre les aliments crus et les aliments prêts à consommer.

Afin d’éliminer les micro-organismes dangereux, il est recommandé de bien cuire les aliments, en particulier la viande, la volaille, les oeufs et le poisson. Les mets (soupes, ragouts, entre autres) doivent être portés à ébullition pour atteindre 70oC. Il est aussi conseillé de bien réchauffer les aliments déjà cuits.

Notre interlocuteur explique que les micro-organismes se multiplient très rapidement dans les aliments à température ambiante. Or, à moins de 5oC ou à plus de 60oC, la croissance des micro-organismes est ralentie ou interrompue. « Il est déconseillé de laisser des aliments cuits plus de deux heures à température ambiante. Donc, tous les aliments et les denrées périssables doivent être mis au réfrigérateur à moins de 5oC. Les nourritures doivent être maintenus très chaudes, à plus de 60oC, jusqu’au moment de servir. À eviter de conserver des aliments trop longtemps, même dans le réfrigérateur et surtout ne pas décongeler les aliments surgelés à température ambiante », explique le médecin.

En ce qui concerne l’eau, Dr Khodabocus indique qu’elle peut contenir des micro-organismes dangereux et des produits chimiques. « Pour éviter d’être contaminé, il est important qu’un individu utilise de l’eau propre, choisisse des aliments frais et sains, favorise des aliments traités de telle façon qu’ils ne présentent plus de risque comme, par exemple, le lait pasteurisé et lave les fruits et les légumes, surtout si vous les consommez crus. Il ne faut pas utiliser des aliments ayant dépassé la date de péremption », explique-t-il.

Épizooties à Maurice: 65 000 poules abattues et 50 000 oeufs détruits

C’est le vendredi 16 septembre qu’a débuté l’exercice d’abattage de 65 000 poules dans 115 poulaillers et la destruction de 50 000 oeufs à l’Animal Production Division (APD). Le ministre de l’Agro-industrie, Mahen Seeruttun a indiqué que 35 000 poules ont déjà étaient abattues et 50 000 oeufs détruits. L’exercice se poursuivra avec les 30 000 restants. Et d’ajouter que leurs cadavres ont été enterrés. Toutefois, les risques sont toujours présents et le chiffre des infections peut grimper si des poules non contaminées sont entrées en contact avec des poules malades.

L’importation de bétail interdite

Maurice étant sous la menace d’épizootie de la fièvre aphteuse, le gouvernement a décidé d’interdire l’importation de boeufs, boucs, cabris et moutons jusqu’à nouvel ordre. Par ailleurs, le ministère de l’Agro-industrie a décidé d’étendre la période de chasse jusqu’au 31 octobre.

Dr Arshad Peerbux, spécialiste en médecine interne : « Les symptômes durent généralement quatre à sept jours »

Dr Arshad Peerbux, spécialiste en médecine interne, explique que l’infection à la Salmonella est habituellement causée par la consommation de viande crue ou insuffisamment cuite, la volaille, les oeufs ou les produits d’oeufs. « La bactérie Salmonella vit dans les intestins des personnes, des animaux et des oiseaux. La plupart des personnes sont infectées par la salmonelle en mangeant des aliments qui ont été contaminés par des matières fécales. La période de contamination varie de quelques heures à deux jours. La plupart des infections à la salmonelle peuvent se manifester en guise de gastro-entérite », dit-il.

Comment savoir qu’on est contaminé ? Dr Peerbux indique que les symptômes sont : la nausée, les vomissements, les crampes abdominales, la diarrhée, la fièvre, des frissons, des maux de tête, et l’apparition du sang dans les selles. « Les signes et les symptômes de l’infection à la salmonelle durent généralement quatre à sept jours, mais cela peut prendre plusieurs mois pour vos intestins de revenir à la normale », précise-t-il.

Le spécialiste en médecine interne ajoute que beaucoup de nourritures sont contaminées lorsqu’elles sont préparées par des personnes qui ne se lavent pas les mains après avoir utilisé les toilettes ou après avoir changé une couche. « L’infection peut également se produire si vous touchez quelque chose qui est contaminé, y compris les animaux domestiques, en particulier les oiseaux et les reptiles, et vous mettez ensuite vos doigts dans votre bouche », avance le médecin.

Troubles intestinaux

Selon Dr Peerbux, le corps d’un humain est composé de beaucoup de défenses naturelles contre l’infection par la salmonelle. « Par exemple, l’acide gastrique forte peut tuer de nombreux types de bactéries salmonella. Mais certains problèmes médicaux ou des médicaments peuvent court-circuiter ces défenses naturelles :

  • Les antiacides. L’abaissement de l’acidité de l’estomac permet plus de bactéries salmonella de survivre.
  • Maladie inflammatoire de l’intestin. Ce trouble endommage la muqueuse de l’intestin, ce qui le rend plus facile pour les bactéries salmonella à prendre racine
  • L’utilisation récente d’antibiotiques. Cela peut réduire le nombre de «bonnes» bactéries dans l’intestin, ce qui peut altérer votre capacité à combattre une infection à la salmonelle.

Situation grave

Dr Peerbux avance que l’infection à la Salmonella n’est pas une maladie mortelle. Cependant, chez certaines personnes – en particulier les nourrissons et les jeunes enfants, les personnes âgées, les greffés, les femmes enceintes et les personnes dont le système immunitaire est affaibli-le développement de complications peut être dangereux.

« Si votre etat de santé se détériore, vous risquez de vous déshydrater. Les signes précurseurs sont la diminution du débit urinaire, la bouche et la langue sèche, les yeux enfoncés et la réduction de la production de larmes », affirme Dr Peerbux.

  • Bactériémie

En cas d’infection à la salmonelle dans votre circulation sanguine (bactériémie), il peut infecter les tissus dans le corps, y compris les tissus entourant le cerveau et la moelle épinière (méningite), la doublure de votre coeur ou valves (endocardite), les os ou la moelle osseuse (ostéomyélite) et le revêtement des vaisseaux sanguins, en particulier si vous avez eu une greffe vasculaire

  • L’arthrite réactive infectés

Les gens qui risquent de développer l’arthrite réactive, qui provoque générale-ment une irritation de l’oeil, une miction douloureuse et des articulations doulou-reuses.

Remèdes

Selon Dr Peerbux, le traitement se concentre sur le remplacement des fluides et des électrolytes. Les cas graves peuvent nécessiter une hospitalisation et des fluides livrés directement dans une veine (intraveineuse). En outre, la maladie peut être traitée par des médicaments anti-diarrhéiques, qui peuvent aider à soulager les crampes, mais ils peuvent aussi prolonger la diarrhée associée à l’infection par les salmonelles. Les antibiotiques peuvent être administrés pour tuer les bactéries. Les antibiotiques ne sont pas bénéfiques dans les cas simples. « En fait, les antibiotiques peuvent prolonger la période pendant laquelle vous portez les bactéries. Vous pourez infecter d’autres personnes », précise le médecin. « Même si vous n’avez pas besoin de soins médicaux, vous devez vous assurer que vous ne déshydratez pas. Les adultes doivent boire de l’eau ou sucer des morceaux de glace. Pour les enfants, vous pouvez utiliser une solution de réhydratation orale », ajoute le medecin.

Avis d’une nutritionniste – Neeta Ramdin : « Soyez un consommateur bien averti »

La nutritionniste Neeta Ramdin explique que la viande et le poulet sont certes riches en protéines. Mais les mêmes valeurs nutritionnelles peuvent être obtenues des poissons, des oeufs, des fruits de mer et des grains secs. « La viande est aussi riche en fer qui peut être obtenu dans les bredes et les viandes d’agneau. Ce n’est pas si mal de se tourner vers les aliments à base de plantes car ils sont moins gras et très nutritifs », avance la nutritionniste. Par ailleurs, Neeta Ramdin demande à la population mauricienne d’être un consommateur bien averti. « Il faut toujours lire les étiquettes et connaître la provenance des viandes et poulets qu’on achète. De plus, il faut bien conserver les aliments et les nourritures au frais et bien les cuisiner par la suite », dit-elle.

Commentaires

A propos de Nasreen Mungroo-Keramuth

Ceci peut vous intéresser

Les membres de l’Aligarh Muslim University (AMU) Alumni Association de Maurice

Bicentenaire de la naissance de Sir Syed Ahmad Khan : plusieurs activités organisées par des anciens étudiants d’Aligarh

Dans le cadre du bicentenaire de la naissance de Sir Syed Ahmad Khan, l’Aligarh Muslim …