mardi , 22 août 2017
Accueil / Interview / Menace de grève des médecins – Anwar Husnoo: «Ont-ils le droit de laisser mourir un patient ?»
husnoo

Menace de grève des médecins – Anwar Husnoo: «Ont-ils le droit de laisser mourir un patient ?»

La polémique entre les médecins généralistes et le ministère de la Santé n’est pas pret de se terminer. Dans un entretien qu’il nous a bienveillamment accordé, le ministre de la Santé, Anwar Husnoo, dit qu’il ne baissera pas les bras et qu’il a une mission pour servir la population. Le ministre fait ressortir que si les médecins entament  leur grève ce sera de l’irresponsabilité de leur part. Anwar Husnoo laisse le soin à la cour de décider de la légitimité de l’action des médecins qui contestent la mise en place du Shift System.

Un médecin devenu ministre qui se met à dos ses collègues. Pense-t- on différemment quand on est politicien?
Comme médecin j’ai fait le serment d’Hippocrate pour soigner les malades sans distinction. C’est une mission noble. Tout comme ministre, j’ai aussi prêté serment devant la présidente de la République pour servir en toute honnêteté «without fear or favour» la population mauricienne dans son ensemble. Que ce soit comme médecin ou comme ministre ma mission est de servir la population car je suis bien rémunéré. Je précise que ce n’est pas dans mon intention de me mettre à dos mes collègues médecins. J’ai pour objectif de mettre de l’ordre dans un système gangréné depuis longtemps et qui porte atteinte au bon fonctionnement du système établi. Je corrige les anomalies dans l’intérêt de la population qui approuve ma méthode de travail. Je ne peux pas accepter de changer les règles du jeu au beau milieu d’un match.

On vous reproche de n’être pas à l’écoute des médecins après la mise en application du système de rotation. Qu’avez-vous à répondre?
C’est faux .Depuis ma nomination comme ministre de la Santé et de la Qualité de la vie, j’ai rencontré tous les syndicats de la santé. Que ce soit les médecins généralistes, les spécialistes, les junior doctors, les consultants, les infirmiers et infirmières pour écouter leurs doléances et résoudre leurs problèmes. Je suis partisan du dialogue et à plusieurs reprises j’ai multiplié les rencontres avec divers corps de la santé. J’ajoute que le directeur des «Health Services » et le Senior Chief Executive rencontrent assez souvent les syndicats des médecins pour trouver des solutions à leurs problèmes.

Venons-en au système de rotation. Depuis le début la Juniors Doctors Association avait accepté la proposition du système de rotation et c’est dans le procès-verbal et c’est «minuted». Voilà que vendredi dernier ils viennent rencontrer le Senior Chief Executive pour dire qu’ils s’y opposent. Je précise que la rotation est recommandée par le PRB et ils étaient les premiers à demander le shift system. Venir dire maintenant qu’ils sont contre ce système relève de la démagogie. Savez-vous que le gouvernement a employé 357 médecins il y a 2 mois de cela pour implémenter le shift system ? On avait crié sur tous les toits qu’il y avait des médecins chômeurs. J’ai agi comme un ministre responsable et j’ai recruté ces médecins. Maintenant que les protestataires sont contre, faut -il licencier ces 357 médecins? Je maintiens ma décision car c’est une décision du cabinet et j’ai le soutien du Premier ministre.

Pour l’année 2016/2017 le gouvernement a dépensé Rs 252M en termes d’heures supplémentaires pour 475 médecins .

Pourquoi ne vous êtes-vous pas rendu à la réunion du mercredi 2 août pour rencontrer les membres du syndicat?
La semaine dernière le président de la GSEA, Radakrishna Sadien, m’avait appelé pour un rendez-vous qui avait été fixé pour le mercredi 2 août à mon bureau. Le matin il appelle ma secrétaire pour dire qu’il est dans l’embarras de venir seul au rendez-vous et qu’il  se fera accompagner par M.Narainduth Gopee, président de la FCSOU et aussi le président de la MHO. Mais mercredi il arrive à mon bureau accompagné de 6 personnes. J’ai catégoriquement refusé de les rencontrer et sur un ton arrogant il a dit : « Soit nous tous rentré, soit nous tous aller». Dans ce cas j’ai refusé de les recevoir. Je précise que la porte de mon ministère est ouverte pour discuter comme des gens civilisés.

Pourquoi le shift system est très mal accueilli parmi les médecins généralistes?
À travers le monde le shift-system a fait ses preuves et est bien accueilli. Auparavant les médecins travaillaient 30 heures par shift. Maintenant ce sera 13 heures au maximum. Pour eux c’est un manque à gagner . Pour l’année2016/2017 le gouvernement a dépensé Rs 252 millions en termes d’heures supplémentaires pour  475 médecins .Ce qui fait en moyenne  Rs 500.000 par médecin par année uniquement en heures supplémentaires.

Le public mauricien doit savoir qu’auparavant les médecins disaient qu’ils travaillaient 33 heures par semaine. Mais tout le monde à Maurice d’après le PRB est obligé de travailler 40 heures par semaine. Pour compenser ces 7 heures, le gouvernement a octroyé 2 « increments » annuellement.

Comment selon vous ce système sera-t-il bénéfique aux patients?
Il faut être malhonnête pour ne pas voir les bénéfices du shift system. Définitivement ce sera bénéfique à tous les niveaux pour les médecins et les patients. Les médecins auront une vie sociale équilibrée. Dans les hôpitaux, nous allons placer plus de médecins. Auparavant il n’y avait qu’un seul médecin de garde tandis que maintenant il y aura 2 médecins. Dans les community centres il y avait un seul médecin 2 fois par semaine chaque après-midi. Dorénavant il y aura 2 médecins chaque jour dans les dispensaires, soit le matin soit l’après-midi.

Vous dites vouloir intégrer 350 nouveaux médecins dans ce système. Est-ce-que cela va résoudre les problèmes dans les hôpitaux?
J’ai déjà répondu à la question. Dans chaque hôpital il y’aura plus de médecins. Les files d’attente seront moins longues dans les casualty wards (au service des urgences) et les médecins auront plus de temps pour examiner les patients. Les personnes qui habitent les régions lointaines n’auront pas à se déranger pour venir à l’hôpital. Ils n’auront plus besoin de prendre un taxi pour venir se faire soigner à l’hôpital. Devant le guichets des pharmacies il n’y aura plus de queue.

J’ai pour objectif de mettre de l’ordre dans un système gangréné depuis longtemps…

Le manque d’expérience de ces nouveaux médecins ne constituerait-il pas un handicap dans le système de rotation mis en place.?
Pas du tout. Au lieu d’un seul médecin, il y en aura deux. Un médecin avec expérience et un nouveau. Cela ne va pas affecter les patients car les deux médecins seront complémentaires.

Certains membres du syndicat n’excluent pas une grève. Jusqu’où ira ce bras de fer entre le ministère  de la Santé et les syndicalistes?
Que chacun prenne ses responsabilités dans cette affaire. Ce n’est pas une question de gagner ou de perdre. Une grève des médecins est la pire des choses et si cette menace se précise, ce sera de l’irresponsabilité car il y va de la vie des patients. D’après le serment d’Hippocrate ont ils le droit de laisser mourir un patient? We will cross the bridge when we come to it. De toutes les façons les médecins auront à répondre de leurs actes et je laisse le soin à la population de les juger. Je n’admettrai pas qu’on me mette un couteau sous la gorge pour me forcer à faire marche arrière.

La Medical Health Officers Association n’abdique pas et a logé une affaire en cour suprême réclamant une révision judiciaire de la décision d’introduire le shift-system. Est -ce que cela vous gêne?
Je laisse la cour décider de la légitimité de leur action .J’ai la conscience tranquille. Comme ministre de la Santé, j’ai une mission à remplir et je le fais en mon âme et conscience. J’ai le soutien du cabinet et le Premier ministre me fait confiance. Quand il m’avait nommé ministre de la Santé, je me suis fixé  comme objectif d’améliorer la qualité et le niveau de soins dans les hopitaux. À mi-mandat je peux dire que je suis sur la bonne voie et d’ailleurs j’ai de gros projets qui seront en chantier bientôt.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

210817_rashidally

Rashid Soobadar, nouveau Haut-commissaire au Pakistan : «Maurice, un tremplin vers l’Afrique pour le Pakistan»

Fort de son expérience dans le domaine diplomatique, le nouveau Haut-commissaire de Maurice au Pakistan, …