jeudi , 5 décembre 2019
Accueil / Actualités / Mariés religieusement le 17 janvier 2019 : l’État civil refuse l’union d’Adilah à Ahmed
Adilah et Ahmed

Mariés religieusement le 17 janvier 2019 : l’État civil refuse l’union d’Adilah à Ahmed

Ils se sont mariés religieusement en ligne depuis le 17 janvier 2019. Ils avaient prévu de se marier civilement le 23 mai 2019 et d’offrir une réception le dimanche 9 juin. Malheureusement pour les deux jeunes gens, le Bureau du Premier ministre a rejeté leur demande pour un mariage civil.

Il y a deux ans, Adilah, 27 ans, et Afridi Ahmed Khan, 24 ans, ont fait connaissance à travers le réseau social Facebook.  Leur amitié s’est très vite transformée en amour.

Vu qu’Afridi Ahmed Khan vit à Lahore au Pakistan, Adilah et lui ont décidé de se marier religieusement en ligne. Ainsi, ils se sont unis lors d’un nikah en ligne le 17 janvier 2019. Le nikah a été célébré par l’imam Fareed Hossenbacus en présence de deux témoins, Salim et Noorani,  comme l’exige la charia.

Ahmed, troisième enfant d’une fratrie de cinq, n’écoutant que son coeur, est venu rejoindre Adilah. Il travaillait comme superviseur pour une société à Lahore et a démissionné de son poste pour venir à Maurice. Il a réuni la somme de Rs 200000 pakistanais soit l’équivalent d’environ Rs 50000 à Maurice et est arrivé chez nous le 2 mai.  Il a obtenu un visa de deux semaines qu’il a prolongé pour deux semaines pour pouvoir passer le Ramadan et l’Eid avec son épouse. Ainsi le Passport and Immigration Office (PIO) lui a accordé une extension de son visa jusqu’au 8 juin. Le nikah n’étant pas reconnu par l’État, Ahmed a entamé les procédures à l’état civil pour se marier civilement et a fait publier les bans.  Or, le Bureau du Premier ministre a rejeté sa demande pour épouser civilement sa bien-aimée.

En effet, dans un courrier adressé à Afridi Ahmed Khan en date du 27 mai 2019, la Civil Status Division du Bureau du Premier ministre écrit ceci :

« With reference to the publication of your proposed civil mariage made at the Central Civil Status Office, Port Louis on 19 May 2019, I have to inform you that, following objection raised by the Home Affairs Division of the Prime Minister’s Office, it is now proposed not to celebrate your civil marriage pending consideration of the matter.»

Le document donne aussi la raison du rejet de la demande du mariage civil:

« The reason for the objection is that there is ground to believe that as a non-citizen, you are trying to get married to a citizen of Mauritius for the sole purpose to acquire the status of resident.»

Expiration du visa

Le même document l’a informé de se présenter au Central Civil Status Office le 31 mai pour une audience prévue avec le Registrar of Civil Status en rapport avec l’objection concernant son mariage civil.

D’après le Bureau de l’État civil, le couple dispose de 30 jours, à partir de la date annonçant le rejet de la demande du mariage civil, pour faire appel contre la décision.

« Comment peut-on faire appel alors que le PIO a rejeté  une extension du visa dAhmed? J’avais déjà acheté tous les vêtements,  fait tous les préparatifs pour la réception et j’avais réservé la salle et même lancé des invitations pour environ 150 personnes », dit Adilah.

Ahmed, en situation irrégulière à Maurice à l’expiration de son visa, a décidé de retourner dans son pays. Adilah dit regretter n’avoir pas écouté Ahmed qui depuis le début lui avait demandé de venir vivre au Pakistan mais elle avait peur de s’aventurer dans l’inconnu et a préféré vivre ici. « L’État pas donne moi choix. Si mo quitte mo pays pou alle vive la bas, si demain mo tombe enceinte et mo missie fini allé, ki mo pou fer? Mo fine marié d’après mo la religion mais malheureusement mo chagrin ki l’État pas même prend sa mariage religieux-là en considération comme ci Nikah perna valeur », lance-t-elle.

Commentaires

A propos de Reshad Toorab

Ceci peut vous intéresser

051219_carburant

Transport de carburant : les premiers camions Safety+ Edition à Maurice

Total Mauritius s’équipe de 12 nouveaux camions-citernes pour le transport de ses produits pétroliers. Ces …