mercredi , 16 octobre 2019
Accueil / Société / Mamade vit sous un camion
Mamade

Mamade vit sous un camion

Sur les flancs de la colline sur laquelle s’élève La Citadelle à la rue Inkerman, un homme de 59 ans, Mamade Yousouf Maudarbux, a élu domicile sous un camion.

Sans domicile fixe depuis 25 ans, ll a passé la moitié de sa vie à dormir sur La Citadelle. Il y a sept ans, il s’est réfugié sous le camion pour s’abriter des intempéries.

Célibataire endurci, Mamade nous explique les circonstances qui ont fait de lui un SDF. Ses déboires ont commencé quand son père, qui a eu quatre épouses et engendré plusieurs enfants, l’a expulsé de la maison pour l’envoyer vivre chez un proche alors qu’il était encore jeune. Il a loué une maison mais au bout d’un mois le propriétaire l’a expulsé. Alors il a trouvé que c’était plus simple de dormir à l’extérieur. Comme il est né et a grandi dans les parages de La Citadelle où se trouve encore la maison de ses parents, il a décidé de vivre dans le coin et de dormir sur La Citadelle. Il lui est arrivé de squatter une maison abandonnée le soir mais a préféré ne plus s’y aventurer par peur des esprits malins et des fantômes. « Vous allez peut-être croire que je suis fou, mais certaines de ces maisons abandonnées sont hantées alors j’ai préféré ne plus y mettre les pieds, », nous confie Mamade.

Sans domicile, sans but, sans espoir et sans famille, il a sombré dans la drogue et l’alcool. Pour redonner un sens à sa vie et se donner une chance de survivre, il suit un traitement à la méthadone. « Je ne demande rien à personne. Je ne souhaite avoir aucun soutien. Et je ne veux être un fardeau pour personne, même pas pour les autorités », affirme-t-il. Ayant reçu une formation de plombier et d’électricien, il gagnait bien sa vie et autrefois il travaillait même comme superviseur pour le compte d’une compagnie de fabrication de produits de plastique. Néanmoins, après ses heures de travail, il vivait toujours dans la rue. Dans le passé, il achetait un ticket de cinéma et dormait à l’intérieur. Il dormait aussi la majorité du temps dans les loges au Champ de Mars. Mais depuis sept ans il dort sous un vieux camion qui l’abrite du mauvais temps et même du cyclone. « Je l’ai bien aménagé pour dormir » ajoute-t-il. Le froid ou la pluie ne lui font pas peur « Mo fini habituer et par la grâce de Dieu mo en bonne santé mo pas gagne frais mo fini habituer moi, » laisse-t-il entendre.

Mamade nous indique qu’il ne squatte pas la rue par plaisir. Il aurait voulu avoir une autre vie et une famille. « Mo pas dire mo content sa la vie là. Mo ti content ena ene famille ou levé le matin entouré de ou famille avec tout facilité en place. Mais mo pas fine réussi gagne sa la vie là et mo accepte ce ki mo gagné aster là avec la vie », nous dit Mamade ému jusqu’aux larmes.

Commentaires

A propos de Reshad Toorab

Ceci peut vous intéresser

Nusrath Doomun

Appel à la générosité pour Nusrath Doomun

Nusrath Doomun, enseignante, doit se faire opérer en Inde pour retrouver sa mobilité. Commentaires