dimanche , 17 novembre 2019
Accueil / Actualités / Khadeejah Hullemuth : une jeune Mauricienne s’adresse au parlement britannique
Khadeejah Hullemuth

Khadeejah Hullemuth : une jeune Mauricienne s’adresse au parlement britannique

Elle n’a que 16 ans mais elle a la parole facile. Membre du Youth Parliament du Royaume-Uni, Khadeejah Hullemuth a eu l’opportunité de monter à la tribune de la Chambre des communes. Elle ambitionne d’être le porte-voix des jeunes et briser la stigmatisation dont souffrent les adeptes de l’islam.

Khadeejah Hullemuth, qui est née des parents mauriciens mais a grandi en Angleterre,  fait la fierté de notre petite île. Actuellement en 11e année au collège, la jeune demoiselle se distingue dans différents domaines. Elle est membre du British Youth Council et a été présidente du Surrey Heath Youth Council. Récemment, elle a obtenu une bourse d’études pour accéder au Wellington College. En janvier de cette année elle a été finaliste de la English Speaking Union Mace Debating Competition. En outre, Khadeejah a en deux occasions été sur le plateau de la BBC.

Khadeejah, en tant que féministe convaincue, milite pour l’éducation des jeunes. Elle n’a jamais peur de faire entendre sa voix. Élue au UK Youth Parliament, elle veut faire la différence parmi les jeunes parlementaires. Pour une Mauricienne qui porte le hijab, être élue au UK Youth Parliament n’est pas une sinécure. «Ce n’est pas évident d’être  élue  quand vous êtes issue de la classe moyenne. J’ai saisi l’occasion. Mon but était de représenter les sans-voix », dit-elle.

En effet, Khadeejah a choisi cette voie car elle veut que les jeunes aient une voix. Elle soutient que les politiciens souvent prennent des décisions pour les jeunes sans les consulter. Pour notre interlocutrice il est important que les jeunes viennent de l’avant avec leurs idées. Elle participe à différentes activités pour promouvoir les droits des jeunes mais selon elle parfois c’est décourageant. « J’ai conscience qu’on scrute chacun de mes mouvements et qu’un public critique a toujours les yeux sur moi. C’est loin d’être facile. Mais je me dis : ‘Si ce n’est pas moi, alors qui?’ ‘Si ce n’est pas maintenant, alors quand ?’ » ajoute-t-elle.

Elle estime que si elle n’aime pas quelque chose dans la société, elle ne peut s’attendre à  ce que les autres changent les choses pour elle.

Chambre des  communes : une étape importante

La plus belle réalisation dans la vie de Khadeejah a été  sa présence en deux occasions à la Chambre des communes. Ce qui n’est pas donné à tout le monde. En entrant à la Chambre des communes, la jeune adolescente a ressenti un sentiment de fierté intense. « Fierté pour mes deux pays, l’Angleterre et Maurice, mais aussi fierté pour moi-même. Qui aurait cru que je serais capable d’aller si loin, si tôt? Cela signifie beaucoup pour moi, surtout vu mes origines. J’ai presque pleuré. Je ne suis pas entrée dans l’arène  politique pour aller aussi loin.  Je me suis jetée à l’eau pour que les jeunes, mais surtout les minorités, puissent avoir la possibilité d’être représentés. C’est important », souligne-t-elle.

Une adolescente éloquente

Khadeejah est naturellement éloquente. Elle a été cette année finaliste au World Youth Debate de l’ Université d’Oxford. Elle est la première fille de son collège à figurer en finale d’un concours de débat de si haut niveau.

Par ailleurs, Khadeejah aime la lecture et adore se documenter sur tout ce qui touche à la politique. Elle encourage les jeunes de se tenir au courant de l’actualité, de savoir ce qui se passe en politique, à l’école, au travail, dans votre pays. « J’encourage tout le monde, surtout les jeunes, à faire de la politique. Avec une force suffisante, nous pouvons faire quelque chose pour que les jeunes soient mieux représentés. Il est dans l’intérêt des politiciens de garder les jeunes heureux. Je dirai au Parlement et aux parlementaires que si vous êtes  la voix des jeunes maintenant, ils s’en souviendront », lance-t-elle.

Filière médicale

Khadeejah possède déjà des atouts d’un jeune leader. Veut-elle embrasser une carrière politique ? à cette question pertinente, elle répond « j’aime la politique mais je ne me suis pas encore décidée si je m’y engagerai.» Par contre, concernant les études supérieures qu’elle compte entreprendre  Khadeejah a déjà fait un choix définitif: ce sera la médecine. «La médecine a toujours été un rêve. Personnellement, je détesterais quitter l’école, obtenir un diplôme en politique, puis entrer dans l’arène politique. Cela n’aide pas les gens. Je crois qu’on  a besoin d’avoir une expérience de la vie pour pouvoir mieux représenter les autres. Je ne dis pas que le diplôme en politique est mauvais. Je dis simplement que ce n’est pas pour moi. Ce serait une option facile. Je rêve de parcourir le monde et de venir en aide à ceux dans le besoin, en particulier dans les zones de conflit », précise-t-elle.

Le port du hijab

La perception des gens envers les femmes qui portent le hijab est déformée. Elle est d’avis que dans le monde où nous vivons aujourd’hui, il est très facile de se laisser emporter par ce que l’on dit de l’islam par certaines sources médiatiques, en particulier en Occident. « Naturellement, porter un hijab signifie que les gens auront toujours des préjugés et des stéréotypes sur vous. Mais je pense vraiment que la seule façon de combattre cela est de montrer aux gens le vrai Islam », dit-elle. Elle explique qu’il faut montrer que l’islam n’est pas nécessairement des lois strictes, de règlements et ce que vous portez. « Il s’agit de la façon dont vous agissez en apportant des contributions positives à la société. Je n’ai pas peur de parler, parce que la seule façon de prouver que les gens ont tort est de leur montrer, pas de leur dire. En leur montrant que je suis tout aussi éduquée, capable et capable de parler et de me dépasser, cela brise déjà la stigmatisation que nous voyons », avance-t-elle.

Commentaires

A propos de Nafissah Fakun

Ceci peut vous intéresser

121119_depute2_3

Circonscriptions Nos 2 et 3 : la parole aux élus

Dans les circonscriptions Nos 2 et 3, ce sont les candidats du MMM et de …