samedi , 27 mai 2017
Accueil / Société / Kawsar Alom : un travailleur bangladais décède dans son dortoir
Kawsar Alom
Kawsar Alom

Kawsar Alom : un travailleur bangladais décède dans son dortoir

Kawsar Alom, 23 ans, un travailleur bangladais employé à l’usine Strategic Garments Manufacturers de Lallmatie à rendu l’âme dans la journée de mardi  dans son dortoir.

Hossein, le frère benjamin de la victime
Hossein, le frère benjamin de la victime

Rien ne laissait présager que ce jeune homme qui est employé dans cette usine depuis 2 ans allait rendre l’âme subitement car il était en bonne santé et ne souffrait d’aucune maladie. C’est avec un sentiment de tristesse que le directeur de l’entreprise, Nizam Peerbuccus, nous a accueilli pour nous parler des circonstances de la mort de Kawsar, un rude travailleur venu à Maurice avec son frère Hossein pour aider leur famille au Bangladesh. « Le père de la victime est handicapé et la famille dépend des revenus que les deux frères les envoyaient pour vivre », nous dit Nizam Peerbuccus. Il nous raconte que mardi vers dix heures, Kawsar ne se sentait pas bien et ressentait des fortes douleurs à la poitrine. Il a demandé la permission pour aller se reposer dans le dortoir.

Vers midi, son collègue est allé le voir pour s’enquérir de ses nouvelles. C’est la consternation et le choc. Le corps de Kawsar était froid  et il ne donnait aucun signe de vie. L’alerte est donnée. Tout le monde a accouru et on a constaté que Kawsar n’était plus de ce monde. Hossein, le frère benjamin de la victime, était sous le choc. Il pleurait à chaudes larmes et hurlait le nom de son frère. La direction de l’usine a fait appel à la police pour transporter le corps à l’hôpital de Flacq. Sur place les médecins ont confirmé le décès de Kawsar.

Le lendemain, le corps fut  transporté à l’hôpital Victoria pour les besoins de l’autopsie. Le médecin légiste dans son rapport a attribué le décès à un «massive heart failure». C’est la société Al Ihsaan de Port-Louis qui a pris la responsabilité de transporter le corps pour le bain mortuaire. Dans l’après-midi, la namaz janazah a été accomplie dans la cour de l’usine, prise d’assaut par tous les travailleurs étrangers au nombre de 220 et les membres de la direction. Le directeur nous explique que les travailleurs étaient très tristes et ses collègues n’ont pu retenir leurs larmes.

Hossein, le frère de Kawsar ne parle plus et reste muet devant ce drame qui l’afflige. Le corps du défunt à été rapatrié au Bangladesh aux frais de la direction dans l’après-midi de jeudi. Le frère de la victime a accompagné la dépouille au Bangladesh et retournera à Maurice après quelque temps.

Nizam Peerbuccus
Nizam Peerbuccus

Nizam Peerbuccus nous indique que dans un soucis humanitaire, tous les frais de rapatriement ainsi que le billet  d’avion du frère de la victime ont été pris en charge par l’usine. En plus une somme de Rs 144,000 sera versée à la famille. Le directeur de l’entreprise fait ressortir que tous ses travailleurs sont bien traités et il n’a aucun reproche à leur faire. « Chaque vendredi, ils ont droit à 3 heures de temps libre pour accomplir le namaz Jummah. Quand un travailleur tombe malade, il est tout de suite transporté à l’hôpital. D’ailleurs, un travailleur qui était venu travailler à l’usine est tombé malade et a dû être opéré d’urgence.La direction l’a soutenu durant sa maladie et il a repris le travail après sa convalescence », nous dit-il.

Notre interlocuteur ajoute que durant le mois de ramadan, les travailleurs ont le droit d’accomplir tous les 5 namaz et ils ne feront pas d’heures supplémentaires. « Je considère mes employés comme des membres de ma famille. À l’usine, nous sommes tous comme une seule famille et nous vivons en harmonie. Il n’y a pas de différence entre Bangladais, Indiens et Mauriciens. Ils sont tous très consciencieux et accomplissent leur travail à notre entière satisfaction », dit-il encore.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

Arfaaz

À Vallée des Prêtres : Arfaaz dort à la belle étoile

Son histoire déchirante sur les ondes de Radio Plus à bouleversé les auditeurs. Arfaaz Yadally, …