vendredi , 18 août 2017
Accueil / People / Kalyan Tarolah : Itinéraire d’un enfant pauvre devenu PPS
tarolah

Kalyan Tarolah : Itinéraire d’un enfant pauvre devenu PPS

Kalyan Tarolah, député de la circonscription No 10 (Flacq /Bon Accueil) a été nommé PPS le 25 janvier 2017. Il a été aide-maçon et receveur d’autobus. Retour sur le passé de cet enfant de Quatre Soeurs qui a su réécrire son destin.Simple et humble, Kalyan Tarolah n’a pas oublié son enfance modeste. Quand il jette un regard dans le rétroviseur, il se revoit enfant à Quatre Soeurs, entouré de ses 4 frères et 4 soeurs dans un village où tout le monde avait appris à vivre dans une grande frugalité. À cette époque, le manque d’infrastructures de base pour les jeunes, était criard. Ceux qui n’avaient pas les moyens de sortir du village pour aller en ville étaient les plus à plaindre. Kalyan n’a pas été gâté par la vie. En 1976, quand il prend naissance dans un petit village de Quatre Soeurs, la vie qui lui était promise était terne, monotone et sans saveur. Comme tous les enfants pauvres de villages, pour conjurer le destin et sortir de la misère, il n’y avait qu’une seule voie possible : l’école. Kalyan a lui fréquenté l’école primaire de Quatre Soeurs et par la suite l’école primaire de Riche Mare. Cette période de sa vie forgera son caractère. « Pas ti éna soulier. Mo ti mette savate tanga et parfois savate caoutchouc. Ti éna ene seule boîte tomate ki ti garder pou partager le weekend avec 10 dimounes», se souvient-il. Comme cartable il se servait d’un sac en toile que sa maman avait cousu. Il n’oublie pas comment il se rendait à l’école à pied et attendait avec impatience la distribution d’un pain sec et du lait.

De bons résultats

Motivé et déterminé, le petit Kalyan allait montrer de très bonnes dispositions pour les études et brillait en classe. Ainsi, avec très bons résultats aux examens du CPE, il fait son entrée au collège St Joseph à Curepipe. L’adaptation est difficile pour lui mais il se fait rapidement des amis et cela l’encourage à persévérer. Kalyan garde en mémoire un épisode triste de sa vie d’étudiant au collège St Joseph. « Mo pas ti ena cash pou paye transport pou sorti Riche Mare pou alle Curepipe et mo ti même pense pou abandonne l’études», dit-il.

Par bonheur, il réussit à obtenir une place à la Sir Leckraz Teelock SSS. En form V, un autre obstacle se dresse sur son chemin. « Mo papa dire moi pena l’argent pou paye mo fees l’examen SC », se rappelle-t-il. Le recteur lui intime l’ordre de redoubler la form V. Kalyan quitte l’école pour trouver un emploi comme aide-maçon pour économiser un peu d’argent afin de payer les frais d’examen. « Pendant 8 mois mo fine batte béton ,mo fine lève block. Mo la main ti pe blesser », indique-t-il. Après 8 mois, il retourne au collège et arrive à prendre part et à réussir aux examens de SC. Deux ans après, il est reçu aux examens de HSC. Juste après il décroche un emploi comme collecteur de dettes. Il n’arrive pas à bousculer et à mettre la pression sur les gens pauvres et se rend compte rapidement qu’il n’était pas fait pour ce métier.

Il préfère alors prendre de l’emploi comme receveur d’autobus pour une compagnie privée. Quelques mois après, il est embauché comme “Sales attendant” chez Winners et il grimpe un échelon supérieur pour devenir chauffeur et après Store Keeper.

Voulant sans cesse améliorer son sort et son statut social, Kalyan quitte son emploi pour faire son entrée comme « supply teacher » dans le primaire. En parallèle, il suit des cours à distance de Mancosa pour décrocher un diplôme en Marketing Management. Il trouve de l’emploi dans une école spécialisée pour enseigner le langage de signes à des enfants à problèmes. Encore jeune Kalyan se joint à l’équipe de football des Young Cadets. Son engagement social débute très tôt avec les forces vives de la région pour aider les enfants qui n’avaient pas les moyens de payer les leçons particulières. En 1995, son chemin croise celui de Pravind Jugnauth au No 11 et tous deux se lient d’amitié. Kalyan adhère au MSM, descend sur le terrain pour former une équipe de sympathisants et rend d’immenses services au parti. « Mo fine colle l’affiche, partage bulletins, attache oriflammes et participe dans congrès », dit-il. L’activiste de grande honnêteté qui ne réclamait rien en retour ne laisse pas indifférent Pravind Jugnauth.

En 1999 un grand évènement allait changer sa vie. Il embrasse l’islam dans la discrétion et prend le nom de Kaleem. « Mo relation avec mo Créateur li personnel. Mo pas obliger montré tout dimoune ki dégré mo la foi. Mo ene croyant et pratiquant de l’islam sans blesse les autres communautés pou ki mo éna le plus grand respect », affirme-t-il.

Politique de proximité

En 2000 Kalyan laboure le terrain au No 10 à Bel Air et il est nommé secrétaire de la régionale. À cette époque Mukeshwar Choonee était ministre de la circonscription. En 2005, après la cassure de l’alliance MSM/PTR et le départ de Jim Seetaram et Djamil Fakim, il prend la responsabilité de restructurer la régionale. Il opte pour une politique de proximité et met en place trois autres branches au No 10.

La philosophie de Kalyan Tarolah c’est d’aller vers les membres du public et de ne pas attendre qu’on vienne vers lui. Le remake de l’alliance 2000 (MSM /MMM) allait lui ouvrir la porte pour un ticket électoral. Après la mort du remake, Kalyan se positionne davantage et il obtient la bénédiction du leader du MSM, Pravind Jugnauth. « Zamais mo pas fine alle demande ticket ni mo fine faire pression », précise-t-il. Pravind a voulu le récompenser pour sa fidélité et son attachement à la philosophie du parti. En décembre 2014, Kalyan Tarolah est élu en 3 ème position au No10. Il siège comme député et il est nommé membre du Public Accounts Committee. Le 25 janvier 2017 le nouveau Premier ministre, Pravin Jugnauth, le nomme PPS pour s’occuper de la circonscription Nos10 et 16. Kalyan trouve que sa nomination est le résultat de son engagement pour le MSM et sa fidélité envers son leader. Il espère être à la hauteur de la confiance placée en lui.

Marié à Nazimah, Kalyan rend hommage à son épouse qui le soutient et accepte les sacrifices. « Sans le soutien de mon épouse, il n’aurait pas été possible pour moi de faire de la politique. Surtout être sur le terrain tous les jours », dit-il encore. Kalyan n’oublie pas le Créateur. “Sans le Créateur mo pas ti pou dans sa position ki mo été là. Jour et nuit li présent dans mo pensée », dit-il. Il remercie le Premier ministre, Pravind Jugnauth et l’électorat du No 10. Il n’oublie pas non plus son grand-père. “Mo grand dada fine donne-moi so bénédiction”.

Le nouveau PPS a plusieurs projets en tête et bientôt débutera la construction d’un marché à Bel Air et d’un stade moderne pourvu de toutes les infrastructures. Kalyan se donne comme mission de : “Faire inauguration ene infrastructure chaque mois”. Soulignons qu’il est aussile secrétaire de l’aile jeune du MSM.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

ELIAS ASSENALLY

Elias Assenally, pêcheur : à 84 ans, il travaille pour gagner sa vie

Depuis son enfance, Elias Assenally n’a fait que côtoyer la mer. Il est toujours fasciné  …