mardi , 21 mai 2019
Accueil / Actualités / Journée de la santé mentale 2018 – La santé mentale des jeunes : Quel constat ?
Journée de la santé mentale 2018

Journée de la santé mentale 2018 – La santé mentale des jeunes : Quel constat ?

Pour de nombreux jeunes, l’adolescence est une période stimulante mais qui peut cependant être aussi synonyme de stress et d’appréhension. Dans certains cas, s’ils ne sont pas pris en charge, ces sentiments peuvent conduire à des troubles de santé mentale. Dans le cadre de la journée mondiale de santé mentale, qui sera célébrée le 10 octobre 2018 nous avons rencontré des professionnels pour plus d’éclaircissements sur ce sujet.

Le Dr Vinod Ramkoosalsingh, psychiatre : «Les causes de cette maladie sont multiples»

Ce professionnel définit la santé comme un état de bien-être physique, mental et social, ainsi que par l’absence quasi totale de maladie ou d’infirmité. L’absence de la maladie mentale, il la définit  comme  un état où la personne est à l’aise avec elle-même dans n’importe quelle situation, loin du stress de la vie.

Selon le psychiatre, il existe de nombreux exemples qui peuvent entraîner le stress chez les jeunes : les pressions des études et  d’examens,  les études à l’étranger loin des siens, un nouvel emploi, des problèmes familiaux, l’alcoolisme, la toxicomanie, la cyberdépendance et les jeux au hasard, parmi d’autres. « Les maladies mentales telles que la dépression entraînent souvent le suicide, les comportements à risque, les relations sexuelles non protégées, la conduite dangereuse, l’intimidation, la violence, le trouble bipolaire, la psychose, les troubles de l’alimentation, les troubles de la conduite et la violence chez les jeunes. Un autre problème mental est l’attitude régressive, c’est-à-dire une tendance à s’isoler, ne pas rencontrer de gens et négliger l’hygiène personnelle », explique-t-il.


Ibrahim Khoodruth, sociologue : «Les jeunes vivent dans un monde virtuel»

Les maladies mentales chez les jeunes s’expliquent par deux raisons principales. La première est celle-ci : notre monde est devenu un monde virtuel. Avec Facebook et d’autres réseaux sociaux, la vie des jeunes a pris un nouveau tournant. «Les technologies ont facilité la communication entre les personnes, mais elles ont en même temps distancé la relation réelle qui les unit. Les jeunes se confinent dans leur petite pièce avec leur téléphone portable ou leur ordinateur portable », souligne-t-il. Selon lui, cela crée un fossé entre lui et les membres de la famille. Ainsi, ils s’abandonnent au monde virtuel et recherchent l’aide d’étrangers pour résoudre leurs problèmes. Ne pas recevoir les bons conseils de leur part les pousse souvent à plus de complications «C’est le moment où ils développent une maladie mentale et prennent parfois les mauvaises décisions qui peuvent les conduire à la dépression, voire au suicide», explique-t-il.

Quelles solutions ?

Selon le psychiatre Dr Vinod Ramkoosalsingh, les solutions aux maladies mentales sont simples. Un mode de vie sain, un sommeil adéquat, de l’exercice, une alimentation équilibrée, une vie sans alcool et sans drogue sont les solutions sûres aux maladies mentales. Selon le psychiatre, ces maladies peuvent être guéries si elles sont détectées à un stade précoce. Avec les psychothérapies adéquates, la santé mentale peut facilement être améliorée.

Karunah Rajiah, quant à elle, pense que nous devons apprendre à définir nos priorités. Le facteur le plus important selon elle est notre santé. « Nous savons que la santé est une richesse, Je conseille vivement aux jeunes de consulter un professionnel de la santé mentale tous les 3 mois ou tous les mois et de suivre leurs séances pour bien s’orienter dans la vie», conclut-elle.

D’ailleurs, Ibrahim Khoodruth affirme que la famille est sacrée. Il ne faut pas rompre les relations familiales pour de petites raisons. Les parents doivent toutefois s’assurer qu’ils ne sont pas la cause du fossé entre eux et leur enfant. « Pour éviter l’isolement de son enfant, les parents doivent faire preuve de souplesse. Prenez le temps de renforcer votre relation avec votre enfant par le biais des activités communes comme le dîner et les sorties, entre autres, »conseille-t-il,


Karunah Rajiah, psychologue : «La vie des jeunes est contrôlée par un écran»

Pour Karuna Rajiah, les maladies mentales sont dues aux conséquences néfastes de la technologie et de la modernisation. « La plupart des jeunes sont accrochés à l’internet, ce qui entraîne une dépendance aux médias sociaux et ce qui a changé leur mode de vie. Par exemple, l’apprentissage en ligne ne nécessite pas de quitter la maison, d’aller en classe et de travailler en groupe. Se faire des amis, partager des sentiments, des idées et des points de vue se font virtuellement via Facebook, Twitter et Instagram », explique-t-elle.  La vie des jeunes, à son avis, est contrôlée par un écran et l’Internet est devenu leur enseignant. Les  jeunes vivent derrière un écran et sans le contact humain. Les gens sont collés à un appareil et lèvent difficilement la tête pour avoir de l’air frais. De plus, la réalité est réelle sur l’écran d’un appareil faisant de la fantaisie la nouvelle réalité. Le mode de vie a tellement changé que les gens ont besoin de gagner beaucoup pour survivre. Les jeunes adultes doivent lutter pour joindre les deux bouts et finissent donc par faire tout ce qui est pressé, comme divorcer aussi vite que se marier, s’endetter ou se droguer. En d’autres termes, la vie est comme une cascade qui continue de bouger et que les gens essaient toujours à rattraper.


Dr Yasser Oozeer, président de CIM :  «Évitons d’exposer les enfants prématurément à la technologie»

Le Dr Yasser Ozeer, président du CIM (Centre Islamique de Maurice), les causes qui pourront impacter sur la santé des jeunes sont : famille brisée, faible performance scolaire, influence négative des groupes de pairs, mauvaises habitudes comme la toxicomanie, le vol, la violence et les comportements à risque. La source de ces problèmes est souvent, à son avis, des parents surprotecteurs. Ce faisant, ces enfants deviennent des adultes mais restent malheureusement dans un cocon. « Ils ne sont pas assez matures, ne peuvent pas gérer le moindre défi de leur vie, prennent de mauvaises décisions, ne sont pas prévoyants et sont plutôt fragiles, » dit-il.  Ainsi, lorsqu’ils sont exposés à une situation difficile ou même à une trop grande liberté au collège ou  à l’université, ils ne peuvent pas l’accepter et sombrent dans l’anxiété, la dépression ou dans les pires des situations, cela peut aboutir au suicide. Le Dr Yasser Oozeer conseille d’éviter l’exposition précoce à la technologie aux adolescents.

Commentaires

A propos de Ahmad Fakuddeen Jilani

Ceci peut vous intéresser

Me Assad Peeroo

Elle a obtenu la liberté conditionnelle – Assad Peeroo : «Sajinaz Muhammed n’est pas une terroriste»

Sajinaz Muhammed, soupçonnée d’être à l’origine des menaces d’attaques terroristes sue le réseau social Facebook, …