jeudi , 14 novembre 2019
Accueil / Actualités / Jeux des Iles de l’océan Indien (J-5) : faire flotter haut le quadricolore
Jeux des Iles de l’océan Indien

Jeux des Iles de l’océan Indien (J-5) : faire flotter haut le quadricolore

La flamme des Jeux des Iles de l’océan Indien poursuit son périple à travers le pays. À 5 jours de la cérémonie d’ouverture, les athlètes apportent les derniers réglages à leur préparation avant d’entrer en scène. Ils sont tous animés par l’envie de briller et de faire flotter haut de quadricolore d’autant que les JIOI se déroulent sur le sol mauricien. Nous nous sommes entretenus avec quelques uns d’entre eux.

Widaad Gukhool : «J’espère ramener l’or en simple»

Widaad GukhoolLa joueuse de tennis de table, Widaad Gukhool (25 ans), est l’une des meilleures chances de médaille pour la sélection mauricienne. Elle sera à sa quatrième participation aux JIOI après avoir brillé lors des éditions 2007, 2011 et 2015. La jeune pongiste voilée compte mettre à profit son expérience acquise lors des précédents rendez-vous indianocéaniques afin de ramener le maximum de médailles d’or parmi celles mise en jeu. « Sur le plan personnel, j’espère ramener la médaille d’or en simple car c’est la seule qui me manque. Mais bien sûr, je souhaite aller le plus loin possible dans les autres épreuves et ramener le plus de médailles d’or possibles en équipe », nous dit-elle. À son palmarès aux JIOI, Widaad compte quatre médailles d’or, une d’argent et deux de bronze.

C’est le 14 juin 2019 que la pongiste est rentrée au pays. Elle étudie actuellement en Suède. Depuis le 20 juin et ce, pour une durée de deux semaines, elle s’est entraînée à raison de deux fois par jour avec la sélection mauricienne. « Désormais, à quelques jours du coup d’envoi, on peaufine notre préparation à travers des matchs. J’essaie d’avoir un maximum de temps de récupération afin d’être prête physiquement et mentalement. L’entraînement s’est bien passé et je peux dire que l’équipe est prête », confie la pongiste. En ce qui concerne les adversaires de l’équipe mauricienne, Widaad soutient que tous les autres pays ont des joueurs talentueux. « Ce sera une rude bataille et les plus forts mentalement triompheront. Tout est possible aux JIOI », lance-t-elle.

Pour Widaad Gukhool, ce sera avec beaucoup de fierté qu’elle mouillera le maillot pour défendre l’île Maurice lors de ces JIOI qui se déroulent chez nous. « Ce sera une édition deux fois plus spéciale. Ma famille et mes amis seront présents. C’est deux fois plus de motivation. J’espère que le public sera en grand nombre dans les gradins tout comme devant leurs écrans. On aura besoin de leur soutien », conclut-elle.


Ruqayyah Kinoo : «On compte sur le public mauricien»

Ruqayyah KinooRuqayyah Kinoo (20 ans) sera à sa deuxième participation aux JIOI après 2015 à La Réunion. La joueuse de tennis de table se dit prête à relever le défi et ramener un maximum de médailles pour son pays. Lors de sa première participation, Ruqayyah s’était illustrée en décrochant la médaille d’or par équipe. Une fois de plus, elle compte faire mouche avec son coup droit qui donne souvent du fil à retordre à ses adversaires.

Au niveau de l’entraînement, la pongiste estime avoir eu une bonne préparation – physique et mentale. Elle s’entraînait à Belle-Rose tous les jours pour une durée d’environ 2 heures et 30 minutes et les séances se sont intensifiées avec l’arrivée des sparring-partners étrangers. « Cela a été dur mais très efficace. On s’est bien entraîné et nous sommes prêts pour affronter nos adversaires », avance-t-elle. Selon Ruqayyah, les pongistes malgaches et réunionnais seront parmi les adversaires les plus coriaces lors de ces Jeux.

À quelques jours de la cérémonie d’ouverture, Ruqayyah Kinoo est d’avis que la préparation mentale est très importante. « Je suis très excitée parce que les Jeux se déroulent chez nous et surtout on aura le soutien du public qui est très important pour tous les athlètes. On compte beaucoup sur le public, la famille, les parents et les amis pour nous encourager », dit-elle. Ruqayyah n’a désormais qu’un objectif : ramener le plus de médailles pour Maurice.


Annah Auckburaullee : «Fière de représenter mon pays»

Annah AuckburaulleeLa nageuse Annah Auckburaullee, 20 ans, en est à sa deuxième participation aux JIOI. Véritable spécialiste des épreuves de 50 m brasse, dos et papillon, elle figure parmi les meilleures chances de médailles pour la sélection mauricienne de natation. « Je me sens bien. L’entraînement s’est bien déroulé. Depuis un an et demi, je m’entraîne à SPARC, à Flic-en-Flac », souligne-t-elle.

Annah dit ne pas vouloir se mettre la pression en se fixant des objectifs. Pour elle, le plus important sera de réaliser de belles performances lors des JIOI. Selon elle, les Réunionnaises seront les adversaires directes de l’équipe féminine de natation. « Je suis très fière de représenter mon pays. Je serai en action devant mon public, ma famille et mes amis. J’ai hâte de faire flotter haut le drapeau mauricien », se réjouit-elle. Soulignons que la nageuse sera en action à partir du 22 juillet.


Zayyan Sheik Hossein : «Heureux de faire partie de la sélection»

Zayyan Sheik HosseinIl est considéré comme le petit prodige du tennis de table à Maurice. En effet, Zayyan Sheik Hossein va découvrir les JIOI à l’âge de 14 ans seulement. Depuis tout petit, il collectionne médailles et trophées lors des tournois nationaux de tennis de table. Il compte profiter de cette première participation pour acquérir de l’expérience et pourquoi ne pas créer la surprise en se hissant sur une des marches du podium. Réputé dans le jeu pour son top spin, ses revers et son coup droit, Zayyan assure qu’il fera de son mieux pour faire honneur au drapeau mauricien.

Zayyan Sheik Hossein soutient que ses séances d’entraînement se sont bien déroulées et que le dernier stage a débuté, il y a un mois environ. « J’ai pu profiter du coaching de Cédric Rouleau, Julien Girard et Eli Baraty. J’ai beaucoup appris d’eux. La sélection a également pu compter sur des sparring-partners chinois, congolais et algériens », souligne le jeune homme. Il dit appréhender les pongistes réunionnais mais est d’avis qu’il faut respecter tous les adversaires.

Pour son baptême du feu aux JIOI, Zayyan souhaite au moins décrocher une médaille d’or. « Je suis heureux et chanceux à la fois de faire partie de la sélection et vivre mes premiers JIOI sur ma terre natale. Il y aura certes une certaine pression mais je jouerai devant le public mauricien et cela est très encourageant. Je ferai de mon mieux pour ne pas le décevoir  », dit-il.

Soulignons que la compétition de tennis de table se déroulera du 20 au 27 juillet.


Mohammad Ilshad Dookun : «Au Kenya, je me suis entraîné aux côtés des meilleurs»

Mohammad Ilshad Dookun Mohammad Dookun (25 ans) se passe de toute présentation. Spécialiste du demi-fond, le coureur sera en action dans les épreuves de 1500 m et 5000 m. Ce sera sa deuxième participation aux JIOI après avoir décroché la médaille d’argent au 800 m et le bronze au 1500 m en 2015. Pour se préparer, Mohammad s’est rendu au Kenya où il s’est entraîné pour environ 3 à 5 mois aux côtés des meilleurs coureurs du 1500m dans le monde. « Tous les jours ressemblaient à une finale car il fallait m’adapter au climat, à la nourriture et aussi à l’intensité des séances d’entraînement. Avec l’aide du Créateur, j’ai pu surmonter les obstacles », dit-il. Par la suite, il s’est rendu en France pour peaufiner sa préparation en participant à diverses compétitions d’athlétisme.

Pour Mohammad Dookun, ce sera avec une grande fierté que d’entrer en piste devant son public. « Ce sera bénéfique dans le sens où je pourrai compter sur le soutien de toute une nation. Mais peut importe où se déroulent les JIOI, le plus important c’est de se sentir fier de mouiller le maillot pour le quadricolore », avance-t-il. Le coureur s’est fixé comme objectif de ramener l’or sur 1500m et d’essayer de grimper sur le podium pour l’épreuve de 5000m. Il sera en action dans l’après-midi du 22 et 26 juillet à Bambous.


ACKBAR PATEL : «Que les Mauriciens nous soutiennent comme en 2003»

ACKBAR PATELL’entraîneur national, Ackbar Patel, en est à sa dernière phase de préparation avant d’border la dernière ligne droite. Il se dit confiant dans les chances du Club M mais veut que ses joueurs se donnent à fond et jouent avec leurs cœur pour ne pas décevoir le public mauricien. Il place toute sa confiance en son Créateur.

Comment se passe la préparation de l’équipe ?
Jusqu’à présent, tout se passe très bien. On a réussi tout ce qu’on avait programmé. Nous sommes dans la dernière ligne droite. Les membres du staff sont satisfaits. Et toutes nos demandes ont été agrées par le ministère de la Jeunesse et des Sports, et la MFA.

Combien de séances d’entraînement tenez-vous par jour ?
Nous avons commencé l’entraînement depuis mai juste après la fin de notre championnat. Nous nous entraînons à un rythme de 10 séances par semaine. Soit deux fois par jour, sauf le mercredi et le samedi quand nous nous  entraînons une seule fois.

Pensez-vous que l’équipe est prête pour se lancer dans la bataille ?
Oui, l’équipe est fin prête car au-delà des  séances d’entrainements, nous avons eu l’occasion de faire des stages au niveau international. Nous avons participé à  un tournoi de la COSAFA  en Afrique du Sud, et avons joué deux matchs. Contre l’Eswatini, nous avons fait un mal nul de 2-2 et nous avons été battus par les Comores sur le score de 2-1. Nous avons aussi bénéficié d’un stage de 10 jours en Afrique du Sud, où nous avons joué quatre rencontres face à des équipes de différents niveaux. Nous avons joué 2 matchs face à une équipe de 2e division All Nations et nous avons gagné nos deux matchs, sur le score de 3-1 et 5-0 respectivement. Notre deuxième sortie a été contre Highlands Park et nous avons été battus sur le score de 2-1. Aussi, avons joué contre l’équipe réserve des Kaizer Chiefs et nous avons remporté le match par 1-0 .

Quel est l’adversaire que vous redoutez le plus ?
Dans une telle compétition, tous les adversaires sont là pour gagner. Et personnellement, je ne redoute aucune équipe. Nous avons besoin de jouer notre football, car nous avons comme objectif de gagner la compétition, surtout que nous avons l’avantage de jouer chez nous.

Comment aborderez-vous, votre premier match contre les Seychelles ?
Certainement avec tout le sérieux voulu. Il en sera de même face aux autres adversaires. Car notre préparation a été faite par rapport à ce tournoi.

Vous avez inclus au sein de votre équipe des jeunes éléments. Leur faites-vous entière confiance ?
Oui, car ils ont acquis une bonne expérience et ils montrent aussi de la bonne volonté  et beaucoup d’intérêt. Ce qui est important. Et je crois aussi en eux.

Quelle est votre équipe-type ?
Mon assistant Colin Bell et Nicholas Doro, qui est responsable de l’entraînement du portier, et moi, nous avons encore 3 séances d’entraînement. C’est après que nous allons prendre la décision pour annoncer l’équipe type. À ce stade rien n’est encore décidé.

Pensez-vous pouvoir rééditer l’exploit de 2003 ?
Nous avons  jusqu’ici travaillé en équipe et avec beaucoup de sérieux.  Nous avons reçu tout le soutien nécessaire. Maintenant cela va dépendre de la grâce de notre Créateur. C’est Lui seul qui le sait, et Inch’Allah, nous remporterons cette compétition. Ameen.

Un mot de la fin ?
Nous jouons chez nous. Nous avons besoin du soutien des Mauriciens qui doivent venir nombreux pour nous soutenir. Il ne faut pas oublier qu’en 2003, ce sont les supporteurs qui se sont déplacés en grand nombre qui nous ont aidés à faire la différence. On avait derrière nous  toute la nation mauricienne. Je souhaite qu’il en soit ainsi cette fois aussi.


Le Défi Sport lance son magazine « Spécial Jeux des îles »

Spécial Jeux des îlesDans le cadre de la 10e édition des JIOI organisées à Maurice, le Défi Sport a lancé son magazine hors-série Spécial Jeux des îles, le vendredi 12 juillet à Kas Poz, Ebène. Le magazine fera revivre aux Mauriciens, les moments forts des deux dernières éditions des JIOI qui se sont déroulées à Maurice en 1985 et 2003.

Jenny Raboud, responsable du Défi Sport, explique que les lecteurs pourront mieux connaître les sélectionnés mauriciens dans les 14 différentes disciplines de cette 10e édition des JIOI. « Le magazine vous fera également découvrir les enjeux de cet événement ainsi que le programme complet des compétitions », explique-t-elle. Le magazine, en couleur et imprimé sur du papier glacé, est vendu à Rs 50 l’exemplaire.

Présent lors du lancement du magazine, le vice-président du COJI, Mubarak Boodhun, a tenu à féliciter le Défi Media Group pour cette bonne initiative. « J’ai beaucoup aimé le magazine car il nous permet de remémorer des événements intenses que nous avons vécus. Le magazine nous parle également des attentes des sportifs et de leurs entraîneurs pour cette nouvelle édition 2019 », dit-il.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

121119_depute2_3

Circonscriptions Nos 2 et 3 : la parole aux élus

Dans les circonscriptions Nos 2 et 3, ce sont les candidats du MMM et de …