mercredi , 24 juillet 2019
Accueil / Actualités / «Islamisation» alléguée de la Santé : campagne infecte contre des médecins musulmans
docteur

«Islamisation» alléguée de la Santé : campagne infecte contre des médecins musulmans

Rendre publics les noms des bénéficiaires de bourses, de promotions, de nominations, de voyages à l’étranger, etc. C’est ce que réclame un groupe de médecins depuis que circule une lettre « jette laboue » voulant faire croire que les médecins musulmans sont privilégiés au détriment des autres.

La composition du personnel de ce ministère prouve le contraire.

Insultant et révoltant. C’est en ces termes que des médecins de foi musulmane qualifient le contenu d’une lettre, bien qu’anonyme, mais qui causerait selon eux préjudice au bon fonctionnement du service de la santé dans le pays. Cette lettre en date de 20 septembre dénonce une « islamisation » du cinquième étage du bâtiment Emmanuel Anquetil à Port-Louis, soit le siège du ministère de la Santé de même que d’autres médecins musulmans qui bénéficieraient de « privilèges ».

Des allégations que réfutent bec et ongles un groupe de médecins musulmans. « Au contraire, ceux que les auteurs traitent de ‘médecins musulmans’ n’obtiennent pas toujours leur dû, que ce soit en termes de promotion, de formation, l’obtention de bourse, de participation à des missions à l’étranger, etc », indique ce médecin qui compte une vingtaine d’années de service.

Pour corroborer ces dires, il cite l’exemple d’une doctoresse musulmane qui assure l’intérim à un poste depuis environ 3 ans. « Si nous étions protégés comme ils souhaitent le faire croire, ce haut cadre aurait dû être confirmé à son poste depuis belle lurette. Or ce n’est pas le cas. Pire, il y en a qui ont été promus à des postes clés sans même faire l’intérim ou peu de temps après qu’ils ont commencé à travailler », affirme notre interlocuteur.

Un jeune médecin souligne pour sa part que les médecins musulmans doivent souvent batailler pour obtenir ce qui leur revient de droit. « Il faut s’armer de beaucoup de patience et travailler dur. Oubliez les traitements de faveur, certains ont même dû avoir recours à l’Equal Opportunities Commission, le Public Bodies Appeal Tribunal ou d’autres instances judiciaires pour obtenir ce qui leur revient de droit », soutient ce médecin, citant le cas d’un responsable d’un centre de santé qui a dû « challenge » une décision du ministère, s’étant senti lésé lors d’un exercice de promotion.

Afin de dissiper tout doute et dans un souci de transparence, ce groupe de médecins demande au ministre de la santé, le Dr Anwar Husnoo, de divulguer la liste de tous ceux qui ont obtenu, au cours de ces dernières années, une promotion, une bourse d’études, ceux qui ont  été sélectés pour participer à des conférences, que ce soit à Maurice ou à l’étranger de même que les médecins à qui des sanctions ont été infligées. « Rendez publics les noms de tous les bénéficiaires, nous saurons réellement de ce qu’il en est. Surtout, la population pourra en juger d’elle-même. Qui croirait qu’à l’époque où nous vivons l’on puisse avoir une attitude aussi rétrograde qui ne fait que ternir l’image de la profession alors que nous aurions dû inspirer la confiance aux patients », déplorent-ils.

Pour ce groupe de médecins, ce serait l’avènement du nouveau gouvernement et d’Anwar Husnoo à la tête de ce ministère qui serait la cause de cette ‘frustration’. « Ce gouvernement est venu apporter une certaine méritocratie qui n’était pas toujours présente dans le passé. Désormais, les minorités, quelle que soit leur confession religieuse, obtiennent leurs droits qui étaient souvent bafoués dans le passé », font-ils ressortir.

La haute hiérarchie du ministère de la Santé

Senior Chief Executive
Mr R.P Nowbuth
Permanent Secretary
Mrs M. Mudaliar
Dr (Mrs) L. D. Luckheenarain
Deputy Permanent Secretary
Mr. R.K Bunjun; Mrs. J. Coonjan; Mr. D. Dassaye; Mr. R. Nursing; Mr G.K.R Ramrekha ; Mrs R D Bissessur
Assistant Permanent Secretary
Mr. K. Puddoo; Mrs. S. Kalasopatan-chellen; Mr. Y. Seeruttun; Mrs. S. Meeajeane; Mr. M. Z. Madarbokus; Mrs. S. Ramjuttun;
Ms B. N Soreefan; Mrs Koonjoo-Shah
Mrs R.D Lutchumun- Ramsooroop; Mr.  Z. Nabee
Ag. Director General Health Services
Dr (Mrs )M. Timol
Director Health Services
Dr. V Gajadhur; Dr. S. Ramen; Dr. R.K Domun; Dr B Ori
Director Dental Services
Dr. B. R. Kinnoo
Adviser in Ayurvedic Medicine
Dr. Mrs Gopaul
Director Nursing
Mr. D. Persand
Director Pharmaceutical Services
Mrs. S. Jankee
Manager, Financial Operations
Mrs B. Hurrynundon
Mr. Beebeejaun
Manager, Human Resources
Mr. A.Seethanna; Mr. Z.Bhugelloo; Mr. Y.K. Yarroo
Chief Health Promotion and Research Coordinator
Mr. S. Kowlessur
Ag Chief Hospital Administrator
Mr. N.Namah
Chief Health Statistician
Mr. N.Jeeanody
Chief Demographer
Mr. J.Sunkur
Lead Health Analyst
Mr. Y. Ramful
Chief Health Records Officer
Mr. S. Monohur
Manager (Procurement & Supply)
Mr. R. C. Rughooputh; Mr A.K. Gunasee; M. Moheeput
Dr A. G. JEETOO HOSPITAL
Regional Health Director
Dr I. D. I Nawoor
Medical Superintendent
Dr (Mrs) U.D Kowlessur
Regional Health Services Administrator
Miss Y.Ramkissoon
Acting Senior Health Records Officer
Mrs U Bhugul
Sir Seewoosagur Ramgoolam National Hospital (SSRNH)
Regional Health Director
Dr V. Dinassing
Medical Superintendent
Dr G. Ram
Regional Health Services Administrator
Mr H. Dhaliah
Senior Health Records Officer
Mr A.S. Kureemun
Flacq Hospital
Regional Health Director
Dr (Mrs) S. Ramsewak
Medical Superintendent
Dr J. Sauba
Regional Health Services Administrator
Mr. R. Seetul
Acting Senior Health Records Officer
Mrs S.K Rambhujun
Jawaharlal Nehru Hospital
Regional Health Director
Dr R Goordoyal
Acting Medical Superintendent
Dr D. Rughoobur
Acting Regional Health Services Administrator
Mrs J. Chuckowry
Acting Senior Health Records Officer
Mrs S.Jeeanah
VICTORIA HOSPITAL
Acting Regional Health Director
Dr Caussy
Medical Superintendent
Dr A.K Raghubur
Regional Health Services Administrator
Mr A. Panchoo
Ag Senior Health Records Officer
A. Gunesh

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Hassen Goomany Futta et Aboo Swaleh Futta

14 jours après l’assassinat de son fils Swaleh : Hassen Goomany Futta, 83 ans, emporté par le chagrin

Un malheur ne vient jamais seul.   14 jours après l’agression mortelle d’Aboo Swaleh Futta à …