vendredi , 6 décembre 2019
Accueil / Actualités / Islamic Studies en 2021 : le changement de syllabus provoque de vives inquiétudes
Islamic Studies en 2021

Islamic Studies en 2021 : le changement de syllabus provoque de vives inquiétudes

Plusieurs enseignants d’Islamic Studies se sont réunis à la salle Razack Mohamed à Phœnix ce samedi 21 septembre. Leur préoccupation majeure est le nouveau programme proposé par Cambridge pour le Higher School Certificate (HSC) en 2021.

Pour Riad Hullemuth, il est navrant que le Mauritius Examination Syndicate (MES) n’ait pas pris en considération les réunions du comité consultatif tenues avec des enseignants d’Islamic Studies.

Cambridge a rendu le programme d’études si complexe que même les enseignants auront du mal pour préparer leurs notes. Pire: il sera plus ardu pour les étudiants les plus faibles d’assimiler ces thèmes complexes et avancés», dit-il. Shenaz Atchia-Udhin, autre enseignante, a mis en évidence une question citée dans le papier exemplaire pour 2021 et a demandé aux enseignants présents si tous les élèves seraient en mesure d’y répondre. La question est: «Examine how the design of Islamic gardens reflects features of the Garden of paradise». Selon elle, le programme d’une matière devrait être élaboré en fonction des capacités de la majorité des étudiants dans un pays. « Ils ne peuvent pas créer un programme qui permette seulement aux élèves de l’élite de réussir. Qu’adviendra-t-il des étudiants moyens? » s’insurge-t-elle. D’autre part, elle fait ressortir que sachant la réalité de l’enseignement de l’Islamic Studies à Maurice en ce qui concerne la disponibilité de matériel et de ressources d’apprentissage, il serait difficile d’encourager les étudiants à choisir ce sujet si l’on considère le niveau de complexité des questions.

Selon les enseignants, il y a même des thèmes proposés par Cambridge pour les examens de 2021 qui sont d’un niveau universitaire. Un ancien enseignant, Adil, fait remarquer que la matière est en train de connaître une mort lente au niveau du HS car il existe un grand fossé entre le programme d’études du SC et celui du HSC. « Qu’adviendra-t-il des emplois de tous ces enseignants islamiques s’il n’y a pas d’étudiants qui souhaitent opter pour cette matière », se demande-t-il. À son avis, le pourcentage d’élèves qui abandonnera après ces changements sera énorme.

L’enseignant Ziyad Wahedally pour sa part, argue qu’il est futile d’introduire des thèmes comme les finances islamiques et les architectures des bâtiments quand beaucoup d’élèves n’arrivent même pas à maîtriser des thèmes faciles comme la compilation du Saint Quran et les Hadiths. Selon lui, ce programme doit être révisé à nouveau par Cambridge car il existe de nombreuses anomalies dans le programme proposé.

Par exemple, Cambridge propose d’étudier à la lauréate du prix nobel Malala Yousafzai, alors qu’elle est encore en vie et qu’il n’y a pas beaucoup de documents disponibles sur sa vie.

D’autre part, les enseignants déplorent également les personnes ressources qui devraient venir de Cambridge pour animer des ateliers sur les changements de syllabus. « Premièrement, les ressources disponibles sur ce que nous enseignons sont très limitées et deuxièmement, il n’y a pas eu d’atelier cette année pour discuter des thèmes du nouveau programme. S’attendent-ils à ce que les enseignants travaillent sur la base d’approximations et mettent en péril les résultats des élèves?» se demande Riad Hullemuth.

Commentaires

A propos de Ahmad Fakuddeen Jilani

Ceci peut vous intéresser

051219_carburant

Transport de carburant : les premiers camions Safety+ Edition à Maurice

Total Mauritius s’équipe de 12 nouveaux camions-citernes pour le transport de ses produits pétroliers. Ces …