mardi , 23 juillet 2019
Accueil / Actualités / Initiative de Blue Crescent : un expert saoudien en langue arabe à Maurice pour former les enseignants
Blue Crescent

Initiative de Blue Crescent : un expert saoudien en langue arabe à Maurice pour former les enseignants

Le Blue Crescent Mauritius, en collaboration avec le King Abdullah bin Abdul Azize International Centre for Arabic Language (KAICAL), a organisé un atelier de quatre jours pour les enseignants de la langue arabe au Malaysian Consortium for Education Mauritius (MCEM), à Belle-Rose. Une quarantaine d’enseignants était présent pour assister au séminaire du Dr Ameen Shanqeetee, un éminent spécialiste en linguistique arabe.

C’était un cours intensif étalé sur quatre jours pour les enseignants de la langue Arabe. Lors de l’ouverture de l’atelier,  mercredi 27 février, au MCEM, à Belle-Rose, le Dr  Ameen Shanqeetee a démontré des stratégies pour enseigner la langue arabe à des étudiants et locuteurs  étrangers. « Mon objectif principal est de fournir aux professeurs d’arabe des méthodes efficaces pour enseigner cette langue à Maurice en tant que langue étrangère. Cet atelier leur sera bénéfique car l’enseignement d’une langue nécessite toujours des mises à jour pour mettre en œuvre de nouvelles méthodes », déclare-t-il. Il dit être impressionné par le dévouement des enseignants qui ont pris des congés pour venir acquérir de la connaissance. « Je ne m’attendais pas à un si grand nombre d’enseignants qui répondraient présents à notre appel, mais vu que la classe est remplie, cela démontre que les enseignants veulent s’améliorer et c’est bon signe », souligne-t-il.

Le Dr Ameen Shanqeetee ne nie pas le fait que les Mauriciens soient confrontés à de nombreux obstacles pour apprendre cette langue à la perfection car Maurice se situe loin des pays arabes.  En règle générale, à son avis, pour enseigner n’importe quelle langue, l’environnement doit être propice à l’enseignement.

« Je suis sûr que les enseignants de langue arabe ont les connaissances nécessaires pour le faire mais ils sont peut-être confrontés à des problèmes pour mettre en œuvre ces connaissances comme leur environnement n’est pas similaire à celui des pays arabes», ajoute-t-il. L’expert en langue arabe explique  qu’il existe certains sons en arabe comme « Kha »  et « Ha » que les apprenants d’arabe ont du mal à retenir et qui n’existe pas dans aucune autre langue. « Mais cela ne veut pas dire que l’arabe est une langue difficile. Au fait, c’est une langue comme toute autre langue que l’apprenant doit maîtriser pour pouvoir parler et écrire couramment. Rien ne peut être appris sans efforts », fait-il comprendre.

Langue « fusaha »

Le Dr Ameen explique qu’il existe de nombreux dialectes en arabe, mais celle qui est enseignée est la langue « fusaha». « Le problème survient car en temps réel les gens ne conversent pas dans la langue standard mais utilisent plutôt la langue courante sans mettre trop d’accent sur les prononciations. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’apprentissage de l’arabe est un peu plus complexe que les autres langues », dit-il. Pour résoudre ce problème, le Dr Ameen Shanqeetee conseille qu’on doit avoir plus de programmes en arabe axés sur la langue « fusaha». à l’école, poursuit-il,  les élèves devraient  se concentrer plus sur l’apprentissage de la grammaire, des phrases et du vocabulaire, entre autres, mais à la maison, ils doivent développer davantage leurs compétences d’écoute en écoutant des émissions en arabe.

Pour sa part, le secrétaire  de Blue Crescent, Goolam Mohamud, affirme que c’est un grand honneur pour Maurice que le KAICAL ait délégué un doyen de l’université au lieu d’un simple professeur pour animer cet atelier. « Cela explique la bonne relation que nous entretenons avec l’Arabie saoudite », lance-t-il. Selon lui, les étudiants apprenant l’arabe à Maurice peuvent bien écrire, mais ont des difficultés à parler couramment. Pour donner un coup de pouce à l’enseignement de la langue arabe, le Blue Crescent se bat depuis des années pour former une Arabic Speaking Union afin qu’un enfant puisse avoir une plateforme convenable pour apprendre l’arabe dès son jeune âge. « L’arabe n’est pas seulement une langue pour les musulmans mais c’est aussi une façon de communiquer pour les non-musulmans qui travaillent dans des pays arabes, dans des domaines tels que la croisière aéronautique et les hôtels parmi tant d’autres. Des millions de non-musulmans dans d’autres pays apprennent la langue arabe pour des raisons commerciales », souligne-t-il. Il tient à remercier le directeur du Malaysian Consortium for Education Mauritius qui a mis à leur disposition des salles pour cet atelier.


Blue Crescent Mauritius

Blue Crescent est une organisation non-gouvernementale créée en 1983 qui promeut la langue arabe à Maurice en collaboration avec de nombreuses organisations arabes internationales. Selon Goolam Mohamud, cette relation a pris des années à se développer et, aujourd’hui, les pays arabes collaborent avec le Blue Crescent dans le domaine de la culture et de la langue. Depuis cinq années consécutives, ils célèbrent la Journée mondiale de la langue arabe à Maurice.

Demande pour la rediffusion de la pièce sur le Dr Goumany

La pièce de théâtre sur la vie du Dr Idrice Goumany a été diffusée sur la chaîne MBC 3 le dimanche 17 février 2019. Néanmoins, beaucoup de téléspectateurs n’ont pu la visionner en raison des pannes d’électricité dans plusieurs régions du pays. Pour rappel, des pluies diluviennes se sont abattues sur l’île ce jour-là causant  des inondations et des accumulations d’eau dans des maisons à travers le pays. Étant donné que de nombreux foyers n’ont pas l’abonnement My.T sur lequel on pouvait revoir le drame, plusieurs Mauriciens souhaitent que la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) diffuse à nouveau cette pièce écrite par Assad Bhuglah à une date et à des horaires convenables. Une demande en ce sens pourrait être faite à la station de télévision nationale dans les jours à venir.

Commentaires

A propos de Ahmad Fakuddeen Jilani

Ceci peut vous intéresser

Ameen et Bibi Tahera Sheik Heerah

Ameen et Bibi Tahera Sheik Heerah : «Nous fine faire boucoup sacrifices pou alle accomplir hadj»

Le hadj, un des cinq piliers de l’islam, est obligatoire au moins une fois dans …