jeudi , 22 août 2019
Accueil / Actualités / HSC – classement de cambridge : la famille Hingah envisage une action légale
famille Hingah

HSC – classement de cambridge : la famille Hingah envisage une action légale

La famille de Nusayah Hingah, classée à la 36e place aux examens du Higher School Certificate (HSC) au collège Queen Elizabeth, mais qui n’a pas été désignée lauréate, envisage d’engager une action légale contre le Mauritius Examination Syndicate (MES)  pour n’avoir pas fourni des explications claires pour indiquer comment une candidate classée 36e  peut être devancée par une candidate classée à la 37e place. Les parents de Nusayah ont fait parvenir une correspondance au MES depuis deux semaines et attendent toujours une réponse. Les explications du Cambridge Assessment International Education ne satisfont pas les parents et ils ont retenu les services de Me Steeve Obeegadoo, ex-ministre de l’Éducation, et de Me Pazany Rengasamy, avoué.

Face à la presse, hier, à l’hôtel St George, les parents de Nusayah, entourés de leurs hommes de loi et de Farad Denmamode, conseiller de la famille, ont tous condamnés l’inaction du MES.
Me Steeve Obeegadoo a déclaré que deux semaines après la proclamation des résultats du HSC, Nusayah Bibi Hingah, classée dans la liste du «Scholarship Rank Orders» – Mauritius Science Side Girls Scholarship, le MES n’a pas encore donné des explications sur les critères adoptés pour les deux listes séparées et deux classements différents pour choisir un lauréat. Pour rappel, Nusayah est à la 10e place sur cette liste, alors que sur la liste du «Mauritius Top 500 Scholarship» elle est à la 36e place, devançant par la même occasion la lauréate Rabiah Ibrahim Bahemia qui y figure à la 37 place. Me Obeegadoo a déclaré que Nusayah avait un rêve pour entreprendre des études en médecine. Il condamne l’attitude du MES qui est totalement incompréhensible et inacceptable. Steeve Obeegadoo trouve aberrant que le MES n’ait pas encore répondu à la correspondence de Nusayah expédiée il y a deux semaines pour réclamer justice. Face à l’attitude du MES, Me Obeegadoo lance un appel à la ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun-Luchoomun d’intervenir.

« Pour conserver la confiance de ceux qui prendront part aux examens du HSC, il faut que la MES donne des explications sur l’attribution des bourses aux lauréats. Il faut que le MES explique cette anomalie »,  a encore dit l’avocat. Me Pazany Rengasamy dit n’avoir pu rester insensible face à cette injustice et il a proposé ses services à la famille.

Farad Denmamode, conseiller de la famille, a indiqué que le 12 février Cambridge a fait parvenir une correspondence au MES mais que ce dernier n’a  pas jugé bon de révéler les critères adoptés pour sélecter les lauréats. « 37 ème fine passe avant 36ème li pas possible», a-t-il lancé. Il a lancé un appel au ministère de l’Éducation de considérer la possibilité d’octroyer une bourse à Nussayah pour corriger cette injustice.

Salim Hingah, le père de Nussayah, a expliqué comment sa fille a fait des sacrifices pour être parmi les meilleures malgré des moyens modestes. La mère de Nussayah a elle aussi réclamé une bourse additionnelle pour sa fille. Ils ont tous précisé qu’ils n’ont rien contre la lauréate Rabiah Ibrahim Bahemia  qui reste une amie de Nussayah.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Eid en Afrique

Eid en Afrique : Voyage entre traditions et coutumes

Nous vous emmenons à travers ce reportage sur le continent africain afin de découvrir comment …