vendredi , 21 juillet 2017
Accueil / Actualités / HSC 2016 – bourses sociales : À coeur ouvert avec les lauréats
050717_laureat

HSC 2016 – bourses sociales : À coeur ouvert avec les lauréats

La ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun-Luchoomun, a rendu publique la liste des nouveaux boursiers de l’État sur des critères sociaux et de mérite.. 16 bourses ont été allouées aux élèves dont les revenus des parents ne dépassent pas Rs. 12, 000 mensuellement alors que huit autres ont été allouées aux élèves dont les revenus des parents ne dépassent pas Rs. 6200 par mois. Nous avons été à la rencontre de quelques lauréats pour connaître leurs sentiments et leurs projets d’avenir. La plupart des parents  des lauréats que nous avons rencontrés ont fait d’énormes sacrifices pour leurs enfants.

Mohammad Zubeir Aullum Saib : Imam dans deux mosquées

050717_aullumMohammad Zubeir Aullum Saib étudiant du collège John Kennedy a obtenu  une bourse dans la filière scientifique pour l’année 2016. Très modeste, il nous confie que les autres élèves qui se sont classés après lui sont eux aussi méritants. Mohammad Zubeir est une figure connue à Vallée Pitot car il officie comme imam au musjid Al Meezan durant le weekend et parfois au musjid Al Waadi.

Mohammad Zubeir a commencé la mémorisation du coran et a déjà mémorisé 7 siparah. Selon son entourage, Mohammad Zubeir passe son temps au musjid et aide les personnes âgées à se déplacer. On raconte aussi qu’il compte beaucoup d’amis parmi les personnes plus âgées que lui car il recherche leurs précieux conseils et leur sagesse. Un mussali raconte que Mohammad Zubeir avait pour habitude d’accompagner une personne  aveugle au musjid à chaque namaz. Il est très engagé au niveau de la religion. Cette année il a dirigé les derniers jours du namaz de taraweeh au grand plaisir de ses parents et des mussalis.

Son père, Imran Aullum, un pensionné, décrit son fils comme un jeune qui a la faveur d’Allah car depuis son jeune âge «li galouper li alle musjid». Son père témoigne que Mohammad Zubeir a des amis plus âgés que lui et il les aide du mieux qu’il peut pour n’importe qu’elle tâche.

«Mo pensé qui Zubeir fine gagne bénédiction et duah banne vieux dimoune et c’est la raison ki li fine gagne ene bourse», dit-il.

Le père du lauréat indique qu’après  avoir subi une chirurgie cardiaque il a pris sa retraite. Mais il ne s’est pas désintéressé des études de ses enfants pour autant. «Mo gratte à droite à gauche pou paye so leçon et famille aussi fine aider», laisse-t-il entendre.

Shirin, la mère du lauréat est femme au foyer et veille sur son fils. C’est elle qui prépare le petit déjeuner de Zubeir et l’attend jusqu’à ce qu’il rentre à la maison après ses cours au musjid pour se mettre au lit.

Mohammad Zubeir avait obtenu de très bon résultats aux examens du CPE et avait été admis au collège John Kennedy. Ses enseignants voyaient en lui un lauréat potentiel et l’aidaient à donner le meilleur de lui-même. Zubeir nous confie qu’il a fait beaucoup de sacrifices et a travaillé avec assiduité  pour être prêt. Il a travaillé les « Past papers» durant six mois et n’a pas arrêté les révisions jusqu’aux examens. Il remercie du fond du coeur son père et sa mère qui ont fait beaucoup de sacrifices pour sa réussite. Il envisage de se rendre en Afrique du Sud pour des études en «Mechanical Engineering» à la  University of Cape Town (UCT). Mais Zubeir ne compte pas abandonner la mémorisation du coran. «Je chercherai un endroit en Afrique du Sud où je pourrai continuer et compléter la mémorisation du coran d’ici trois ans,» ajoute-t-il. Mohammad Zubeir est fier de faire partie des jeunes qui font honneur à sa région.

«Beaucoup de gens ont une mauvaise perception de Vallée Pitot et pensent que tous les habitants sont des trafiquants de drogue. Mais ils ne réalisent pas que cette région est  un havre de paix et  que la majorité des habitants sont des personnes qui fréquentent les musjids. Beaucoup de jeunes sont médecins, ingénieurs, comptables, avocats et hommes d’affaires qui ont réussi dans leur vie », souligne-t-il.

Mohammad Zubeir remercie le Créateur, ses parents, ses enseignants et tous ceux qui ont lui ont accordé leur soutien.

Humairaa Aasiyah Nunhuck : Elle dédie cette bourse à  sa mère

050717_humairaHumairaa Aasiyah Nunhuck, étudiante du Couvent de Lorette de Port Louis,  est sur un nuage depuis qu’elle a décroché  sur mérite une bourse dans la filière scientifique. Humairaa ne s’attendait pas à obtenir cette bourse et cela a été une énorme surprise pour elle quand elle a entendu son nom à la radio. Sa maman, Faiza, est d’autant plus heureuse vu que le père biologique de Humaaira l’a abandonnée alors qu’elle était encore une enfant. Elle nous confie que sa fille a lutté contre vents et marées pour se hisser au niveau des meilleurs. Elle-même a fait beaucoup de sacrifices  pour protéger sa fille et faire en sorte qu’elle puisse réussir dans ses études. Aujourd’hui elle est fière du succès de sa fille et sait qu’après ses études universitaires, elle sera une professionnelle.

Pour sa part, Humaaira nous confie qu’elle avait été admise à la Port Louis SSS avant d’être transférée en Lower VI au Couvent de Lorette de Port Louis.

Elle dédie cette bourse à sa maman  qui est enseignante dans une madrassa de la capitale. «Ma maman est une personne formidable. Elle a fait beaucoup de sacrifices pour moi. Je lui serai éternellement reconnaissante», dit-elle. Elle compte s’inscrire à une université étrangère pour des études en «Mechanical Engineering». Humaaira remercie ses enseignants ,en particulier Mme Joyce Wong,et M.Jameel Laloo qui l’ont beaucoup motivée. Elle remercie aussi son beau père Zubeir qui l’a grandi comme sa propre fille et l’a encouragé dans ses études.

La maman de la lauréate remercie du fond du cœur les sociétés islamiques qui ont contribué au succès de sa fille. « Allah fine donne-moi ene plus grand cadeau après 1 mois Ramadan», conclut-elle.

Mehzabeen Faatima Kaudeer : « Je n’ai pas pris de leçon particulière en HSC »

050717_mehzabeenMehzabeen Faatima Kaudeer étudiante au college Doha fait la fierté de son collège et de ses parents. Fille de Sheikh Abdullah, un laboureur qui travaille très dur pour que ses enfants ne manquent rien,  Mehzabeen habite Curepipe et fréquente le collège Doha depuis la Forme I.  à chaque examen, elle sortait première de sa classe. En 2016 ses enseignants s’attendaient à ce qu’elle soit lauréate mais tel n’a pas été le cas.

Ainsi, elle  est heureuse d’obtenir cette bourse sur mérite. Sa maman Waheda a été d’un grand support pour Umme. Lauréate dans la filière Art , Umme compte faire des études pour devenir enseignante de langue et de littérature. Très intelligente, elle n’a pris aucune leçon particulière et s’est contentée des conseils de ses enseignants au collège. D’ailleurs,  elle remercie Mme Khedarun qui lui a toujours donné de bons conseils. Umme ne compte pas partir pour l’étranger pour des études car elle estime que son devoir c’est d’être aux côtés de ses parents. Elle remercie son grand-père et sa grand-mère qui lui sont très proches.

Pour les examens, sa grand-mère l’accompagnait au collège Aleemiah et l’attendait jusqu’à la fin. Elle se passionne pour le football et participe à des rencontres entre cousins et cousines. Elle voudrait dire un grand merci à ses oncles et tantes qui ont toujours répondu présent dans les moments difficiles. Elle remercie son père qui est un homme de principe et travaille très dur. «J’espère un jour pouvoir rendre mes parents heureux», dit-elle.

Farhana Binte Ramjan : «Mon professeur m’a donné des leçons gratuitement»

050717_farhanaÉtudiante au collège GMD Atchia Farhana Ramjan nous indique que sa mère, Nazirah, confectionne des gâteaux sur commande et n’avait pas les moyens pour payer ses leçons et qu’un de ses enseignants avait accepté de lui donner des leçons gratuitement. Admise au collège GMD Atchia depuis la Form I, Farhana avait obtenu d’excellents résultats aux examens du CPE et ses professeurs voyaient en elle une future lauréate. En grandissant, quand elle a pris conscience de son potentiel, elle a redoublé d’efforts. Sa maman a toujours été à ses côtés pour veiller à ce qu’elle ne manque de rien. Elle se dit reconnaissante envers ses oncles et tantes, ses grands-parents et ses enseignants. Fervente croyante, Farhana est d’avis que les jeunes doivent se rapprocher de Dieu  pour réussir dans leurs études. Car elle trouve que les jeunes sont trop indisciplinés et que le fléau de la drogue est en train de prendre une ampleur inquiétante. Elle conseille aux jeunes de prendre leurs études au sérieux car sans un certificat ils ne pourront obtenir un emploi. Farhana était très active au collège et avait participé aux activités sportives et extra curriculaires. Elle avait participé à la dernière édition de Model United Nations.

Muhammad Nafis Idjaz Burthen : « Ma maman a fait d’énormes sacrifices »

050717_idjazIdjaz Burthen, 19 ans, étudiant à la Dr James Burty David SSS, ne cesse de rendre grâce à sa mère Nazneen qui a remué ciel et terre pour qu’il réussisse à ses examens. Elle a passé des nuits entières à ses côtés à l’approche des examens. «Zamais mo pas pou capave retourne sa mo maman», dit-il.  Le mérite de sa mère est d’autant plus grand vu qu’elle  a élevé ses enfants seule depuis que son père a abandonné le domicile conjugal. Malgré la séparation de ses parents qui l’a grandement perstubé, cela ne l’a pas empêché de décrocher une bourse qui lui ouvre toutes grandes les portes des universités. Idjaz compte entreprendre des études en Afrique du Sud pour devenir actuaire et ensuite retourner à Maurice pour travailler. Il remercie aussi du fond du cœur son frère Nawful qui l’a grandement aidé pour payer ses leçons particulières. Il est d’avis que personne ne prend naissance comme lauréat ni existe-t-il de potion magique pour produire de bons résultats aux examens. « Il faut faire beaucoup de sacrifices et savoir quelle direction prendre », laisse-t-il entendre. Idjaz trouve que la dégradation de notre société a pris une grande ampleur et qu’il est temps de prendre des actions pour inverser la tendance. Il remercie le Créateur qui l’a guidé vers le succès. ainsi que ses parents, ses enseignants, ses professeurs de leçons particulières et ses amis qui ont toujours cru en lui.

 Umme Waseemah Wardah Rosun : «Je rends grâce au Créateur»

050717_rosunUmme Waseemah Wardah nous accueille avec un grand sourire et elle est toute fière de faire honneur à ses parents. Étudiante du collège Droopnath Ramphul, Umme Wassemah est boursière dans la filière scientifique .Elle compte entreprendre des études en médecine à l’étranger ou sinon elle se verrait bien dans une toge d’avocate. Umme ne s’attendait pas à être lauréate bien que ses enseignants avaient cru en ses chances.

Son père, Khustur Rosun, est chauffeur de van. Malgré ses faibles revenus, il a buché dur pour payer les 5 leçons de sa fille. Umme remercie ses parents qui ont été exemplaires, surtout sa maman Roubinah qui a été un grand support. Umme a fait beaucoup de sacrifices pour réussir. Elle nous indique qu’elle ne sortait plus six mois avant les examens, car pour la HSC il y a beaucoup à apprendre. Les conseils de son enseignant M. Rozbully lui ont été bénéfiques de même que ceux des autres enseignants du collège. Sa maison se trouvant à une encablure de la plage de Grand Baie, pour se remettre les idées en place, elle n’hésite pas à se jeter dans l’eau glacée et faire quelques brasses. Umme n’a pas de mots pour rendre grâce au Créateur qui lui a donné un beau cadeau après un mois de jeûne. Elle conseille aux jeunes qui veulent réussir de se mettre à l’ouvrage très tôt et de ne pas perdre leur temps à  des frivolités. « Une bonne nuit de sommeil est très bénéfique pour se concentrer  sur ses études », nous indique la lauréate. Elle est d’avis qu’il faut recadrer les jeunes et les obliger à se tourner vers le sport pour rester loin du fléau de la drogue. Umme remercie le recteur M.Persand. « C’est un homme formidable qui comprend les jeunes. Il est non seulement un recteur, mais aussi un éducateur, un conseiller et agit comme le ferait un parent », dit-elle.

Shajila Farheen Chutoo : «Ne perdez pas espoir»

050717_chutooÉtudiante du collège Queen Elizabeth  Shajila Farheen est lauréate dans la filière économie. Elle est ravie d’avoir obtenu cette bourse car c’était impensable pour elle d’aller étudier à l’étranger. Shajila compte faire des études en comptabilité et finance. Tout comme les autres lauréats, elle tient à mettre en exergue les sacrifices de son père Shareef, chauffeur de taxi, et de sa mère Surmabi, femme au foyer, pour qu’elle ne manque de rien. Le succès ne venant pas tout seul, elle a dû passer des nuits entières à reviser ses notes et faire de révisions jusqu’à l’aube. Elle conseille aux jeunes de ne pas perdre espoir et de se mettre à l’ouvrage avec détermination pour décrocher une bourse. « Il faut aussi avoir confiance en Dieu avec sincérité. Je pense que les jeunes passent trop de temps sur les réseaux sociaux et perdent leur temps », dit-elle. Afin d’avoir un esprit sain dans un corps sain  Shajila pratique le zumba et prenait part aux activités sportives au collège.  Elle dédie son succès à sa mère , son père et ses proches. Elle a une pensée spéciale pour ses enseignants et ses anciennes camarades de classe. Pour conclure, Shajila nous dit que Dieu à une place importante dans sa vie.

Bibi Noorzabeen Bhoyroo : «Cette bourse est un cadeau d’Eid»

050717_bibiÉtudiante au collège GMD Atchia, Bibi Noorzabeen Bhoyroo,  est une fille qui a la tête bien sur ses épaules et sait ce qu’elle doit faire pour ne pas rater sa vie. Lauréate dans la filière scientifique, elle projette de faire des études pour devenir actuaire. Elle n’a pas encore décidé si elle compte rester à Maurice ou partir à l’étranger. Noorzabeen s’était mise en tête dès son admission au collège qu’elle serait un jour lauréate. Pour parvenir à ses fins, elle a fait d’énormes sacrifices et a beaucoup travaillé. Son père Ikbal était marchand ambulant mais suite à un accident, il est resté au chômage pendant plus d’une année. Ce sont ses proches qui ont pris la responsabilité de ses études. Son père nous indique qu’une société islamique a grandement aidé sa fille et il lui est très reconnaissant. Nazira, la maman de Noorzabeen, est femme au foyer. Ses sacrifices sont énormes car elle s’est assurée que sa fille ne manque de rien pour ses études. « Cette bourse c’est le plus beau cadeau d’Eid que je n’ai jamais reçu »,  s’exclame Noorzabeen en riant aux éclats. Elle remercie le Créateur pour tous Ses bienfaits, surtout pour lui avoir fait cette immense honneur d’être lauréate. Elle remercie ses enseignants du collège et ceux de leçons particulières qui lui ont prodigué de précieux conseils. Noorzabeen pense que les jeunes doivent pouvoir faire la part des choses et choisir entre le bien et le mal. Elle se passionne pour la lecture et les activités sportives.

Isfaaq Emambuccos : «J’ai consenti à beaucoup de sacrifices»

050717_isfaaqIsfaaq Emambuccos, étudiant du collège Royal de Curepipe,  lauréat dans la filière scientifique, en était à son deuxième essai. S’il ressent une joie immense en décrochant cette bourse qui lui ouvre de nouveaux horizons,   il éprouve aussi un grand sentiment de tristesse. En effet, il ne peut s’empêcher d’avoir une pensée pour son père qui est décédé il y a trois mois. C’était le rêve de son père de le voir bénéficier d’une bourse. Asfaaq  ne cache pas qu’il a consenti à beaucoup de sacrifices pour réussir dans ses études. Il envisage d’entreprendre des études en physique à l’université de Maurice. Enfant unique, il n’a nulle intention de laisser seule sa maman  qui est femme au foyer, Asfaaq lui est reconnaissant pour tous les sacrifices qu’elle a faits pour lui. « Sans cette bourse, il m’aurait été difficile de faire des études universitaires et devenir un professionnel. Je remercie le Créateur pour Ses faveurs, ma maman, mes proches parents et mes enseignants qui ont été toujours présents pour me soutenir dans mes moments de déprime », dit-il.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

180717_eid

À l’initiative de la présidence : la fête Eid célébrée au siège de la Tamil League

Encore une fois cette année, la présidence de la République a démontré une autre dimension …