lundi , 23 octobre 2017
Accueil / Actualités / Hijrah Abdool Rahim, comptable : Elle se bat en faveur des enfants africains
240717_nigeria

Hijrah Abdool Rahim, comptable : Elle se bat en faveur des enfants africains

Elle mène combat afin d’offrir une éducation scolaire aux enfants défavorisés du Nigeria. Comptable de profession, Hijrah est également membre de la JCI de Neuilly-Levallois en France. Elle nous raconte son projet, ses difficultés et ses ambitions pour une Afrique meilleure.

Connue dans le  mon-de, la Jeune Chambre Internationale (JCI)  compte des membres sur plusieurs continents, dont Hijrah Abdool Rahim, observatrice de 37 ans à la JCI de Neuilly-Levallois  au sein du pôle education, l’une des 5 agences basées à Ile de France. Passionnée par les chiffres mais aussi par le travail social, elle a fait son entrée au sein de l’ONG le 16 mars 2017. « Chaque département à sa JCI locale et celle de Neuilly-Levallois existe depuis  1976. Depuis très longtemps, j’ambitionne de mettre en place un projet humanitaire mais ciblé sur l’international. Notre JCI organise le plus souvent des missions locales mais moi je voudrais aller  encore plus loin », explique la jeune femme.

Son projet pour venir en aide aux enfants africains prend de l’ampleur lorsqu’elle fait la rencontre de Ryad Subratty, VPI Africa and Middle East 2016 et membre de la JCI à l’île Maurice. « Je  lui ai parlé de mon projet depuis plus d’un an mais je ne savais pas comment m’y prendre.  Il m’a donc aidé à entreprendre les démarches et créer des contacts et c’est ainsi que l’aventure a commencé », raconte-t-elle avec enthousiasme.

Création d’un partenariat Maurice-France

Depuis, un vrai lien s’est créé entre les deux pays. Leur solidarité commune aboutira à la mise en place du projet intitulé « LEND A HAND PROJECT TO NIGERIA ». « Ryad a d’abord effectué une mission de recherche par l’organisation locale universitaire Nsukka Enugu (JCIN UNN) de la JCI Nigeria pour définir, les besoins sur places. La JCIN UNN nous a fait parvenir un budget représentant un montant de 3 600 Euros. Le 19 avril 2017, Ryad et moi, nous  avons décidé de mettre en ligne notre projet afin d’essayer de récolter des fonds via tous les réseaux sociaux existants.  C’est ainsi que le projet est né », dit-elle.

Hijrah souligne que l’éducation a une place primordiale dans sa vision de la vie. C’est la raison pour laquelle elle a ciblé l’Afrique. «  J’ai une affection particulière pour l’Afrique. Le choix était assez rapide, ce qui ne signifie pas pour autant que nos prochains projets ne porteront pas sur d’autres régions d’Afrique, ou même peut-être Madagascar. Nelson Mandela, ancien sénateur à la JCI disait ‘Education is the most powerful weapon which you can use to change the world. L’éducation de qualité représente l’un des objectifs de développement durable promu par la JCI, et signifie une cause primordiale », ajoute cette mère de famille.

Éducation en Afrique noire : un constat alarmant

Bien que Hijrah n’a pas été sur place, c’est son ami Ryad Subratty qui a fait le déplacement.« L’équipe» au Nigeria qui  travaille  sur place nous  a fait un constat des lieux. Et j’ai été sidérée par cette situation  jugée alarmante. L’OMS a qualifié cette région en zone vivant sous le seuil de pauvreté.  J’estime pour ma part, qu’un enfant de primaire ne peut pas passer ses journées pieds nus ou avec quelques bouts de chaussures déchirées. Quant  aux fournitures scolaires, elles sont quasiment inexistantes», relate-elle

Lend a hand project to Nigeria

Ce projet consiste à créer des «Kits scolaires», comprenant une paire de chaussures, un sac à dos, et  des fournitures scolaires de base. « Chaque Kit nous revient à 20 Euros. Ce qui est abordable pour nous, Français, ou Européens, sachant qu’on dépense en moyenne 200 Euros pour nos enfants à chaque rentrée scolaire. Si nous arrivons à récupérer la valeur de 150 Kits scolaires, jusqu’au 31 Juillet 2017, les enfants des écoles d’Enugu au Nigéria recevront leurs Kits pour la rentrée de septembre 2017, si Dieu le veut », espère-t-elle.

Les Français de plus en plus  mobilisés

Au niveau social, que ce soit dans le domaine de l’éducation, du logement, de la pauvreté en général ou des femmes battues, les Français sont très sensibles et actifs. Les évènements concernant  les attentats de ces derniers mois, ont  provoqué chez les Français une plus grande vague de solidarité.

C’est ainsi que Hijrah a suivi le mouvement. « J’ai choisi de me lancer dans le travail social avant tout  pour  des raisons religieuses. Ensuite, grâce à  l’éducation de mes parents, que je remercierai beaucoup.. Et pour finir, je pense que le constat sur le plan mondial est déplorable. Mon objectif principal est avant tout de permettre aux enfants qui sont dans le besoin au niveau de l’éducation, de bénéficier des atouts nécessaires pour réussir, » affirme-t-elle.

Ce qu’elle souhaite démontrer, c’est que nous  formons une seule nation. « Je suis née à Maurice, donc proche du continent africain, et étant Mauricienne avant tout j’aime cet esprit multiculturel et cette mixité religieuse que représente mon pays. Nous pouvons repousser les frontières et  nous aider mutuellement, car nous avons un but commun. Cela, je l’ai trouvé à la JCI. Ensuite, améliorer le quotidien éducatif de chaque élève dans le besoin pour qu’ils se dise : j’aime aller à l’école, j’aime apprendre, j’aime étudier, un jour je serais pilote, professeur, médecin ou astronaute » ambitionne-t-elle. Tout un programme.

Commentaires

A propos de Nufaisah Mosaheb-Khodabux

Ceci peut vous intéresser

Jeunes Étudiants Musulmans

Jeunes Étudiants Musulmans – Azhar Burthun : «Les enfants sont une lueur d’espoir pour les parents pauvres»

En 2013, des jeunes étudiants musulmans (JEM) de l’université Maurice se sont réunis pour une …