jeudi , 23 novembre 2017
Accueil / Actualités / Harcèlement dans nos écoles : l’Ombudsperson for Children tire la sonnette d’alarme
241017_fazila

Harcèlement dans nos écoles : l’Ombudsperson for Children tire la sonnette d’alarme

Une enquête a été effectuée par les officiers du bureau de l’ « Ombudsperson for children » au sein de 175 institutions secondaires. Il indique que 10 % des enfants sont victimes de harcèlement à l’école.

Cette enquête révèle que 17 responsables d’écoles ont affirmé qu’ils doivent traiter des problèmes de harcèlement, communément appelé «Bullying » chaque jour. Ce phénomène survient sous différentes formes : la violence physique, le harcèlement, l’humiliation, le vol et autres agressions sexuelles. Ils sont au moins 939 victimes à avoir porté plainte l’année dernière.

À Rodrigues les officiers du bureau de l’Ombudsperson for Children ont constaté que 25 % des 195 étudiants en secondaire font face à ce problème au quotidien. Une «Cellule d’Écoute» a été mise sur pied dans les écoles pour offrir de l’aide aux victimes. Des séances de travail entre victimes et agresseurs ont aussi été organisées. Selon certaines victimes, les enseignants n’accordent pas suffisamment d’importance à ce problème.

Il a été établi que 80 % du personnel enseignant dans les collèges ne sont pas formés pour traiter les cas de harcèlement ou d’intimidation. Les gérants des écoles aussi n’accordent pas suffisamment d’importance à ce problème. De plus, l’absence d’un système pour empêcher les cas de harcèlement n’est pas pour arranger les choses.

Dans certains cas, les écoles n’ont même pas un espace approprié pour que les victimes puissent faire des dénonciations.

Selon le rapport 2016-2017 de l’Ombudsperson for Children , les enquêteurs ont eu un aperçu de la situation concernant le harcèlement dans les écoles. Mais, ils affirment n’avoir pu témoigner des cas extrêmes. Autre point noir, le manque d’intérêt des parents eu égard aux problèmes de harcèlement entre les enfants. Très peu d’éléments étaient disponibles en ce sens.

Rita Vencatasawmy : «Assurer les droits de l’enfant nécessite la contribution de tous»

« Assurer les droits de l’enfant nécessite la contribution de tous ». Propos de Rita Vencatasawmy, Ombudsperson for Children, lors du lancement de son rapport annuel, durant la semaine écoulée. Elle a aussi fait état des critiques et de la résistance à  Rodrigues. « Il y a aussi un manque de coopération ou un refus de coopération dans certains cas », déplore Rita Vencatasawmy. Elle dit espérer que la « Child Protection Act » soit utilisée à bon escient.

Mesures préventives

Les causeries, les activités et les réunions sont privilégiées dans les écoles. En outre, les officiers du bureau de l’Ombudsperson for Children prônent des mesures préventives. Les étudiants doivent pouvoir s’exprimer.

•    Créer une page Facebook, uniquement pour les élèves. Ils pourront faire état des tels problèmes et ce de manière sécurisée.
•    Encourager la confession entre camarades de classe.
•    Établir un système pour enregistrer les plaintes dans les écoles
•    Mettre sur pied un code de non-violence avec récompenses et punitions
•    Employer un psychologue pour victimes et auteurs de bullying
•    Former enseignants et personnel non-enseignant pour traiter des cas

PLAIGNANTS    NOMBRE

Mère    113
Père    84
Anonyme    35
Grands-parents    26
Enseignants    15
Ministères/ Départements    13
Médias    1
Amis/Proches    25
Enfant    4
Travailleurs sociaux    11
ONG    9
Voisins    10
TOTAL    346

Nombre de cas enregistrés depuis janvier 2016 (Dans les écoles secondaires à Maurice et à Rodrigues)

Violence Physique 235
Humiliation 151
Vol 132
Harcèlement 139
Nicknaming: 262
Agression sexuelle: 20

TOTAL : 939

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

ABC Foods et Bakers

60 ans de partenariat entre ABC Foods et Bakers

ABC Foods, distributeur exclusif de la marque Bakers à Maurice, a fêté ses 60 années …