jeudi , 22 août 2019
Accueil / Actualités / La fête d’Eid des étudiants étrangers à Maurice
étudiants étrangers

La fête d’Eid des étudiants étrangers à Maurice

De nombreux étudiants étrangers poursuivent leurs études supérieures à Maurice. STAR a voulu savoir comment ceux de foi  islamique ont célébré leur Eid-ul-Fitr. Certains ont célébré entre amis sur le campus et d’autres ont été invités par des familles mauriciennes.

Zainab Shabbir Ladha de Tanzanie : «Nous avons dîné et apprécié la journée entre amis»

Zainab Shabbir LadhaZainab Shabbir Ladha de Tanzanie poursuit ses études depuis quatre mois à l’université  Middlesex à Maurice.  Pour elle, l’Eid-ul-Fitr à Maurice est un événement qui n’est pas réservé uniquement aux musulmans mais est une fête multiculturelle.  «Vu que je suis seule à Maurice, je célèbre l’Eid avec mes amis de l’université. Nous avons voulu faire de cette célébration un événement mémorable qui nous fait tous oublier notre solitude, » dit-elle. Zainab a commencé sa matinée en préparant des crêpes pour le petit-déjeuner  et pour le déjeuner, c’est le riz frit accompagné de boisson gazeuse. Elle a reçu des invitations chez des familles des amis qu’elle a dû décliner en raison des tâches accumulées. «Enfin, nous avons dîné et apprécié la journée, pas avec la famille, mais avec des amis qui sont comme la famille,» dit-elle.

Zainab est toutefois triste cette année. C’est la première fois qu’elle célèbre l’Eid à l’étranger. «  Il est difficile pour moi de rester loin de ma famille. Cependant comme Eid est une occasion heureuse, je dois absolument oublier ma tristesse et célébrer avec les amis,» dit-elle. En Tanzanie, elle fête l’Eid de façon presque similaire à Maurice.  « Dans mon pays nous accueillons la matinée en allant à la mosquée pour la prière, puis nous rendons visite aux membres de notre famille et à nos voisins. Cela inclut l’envoi des plateaux d’Eid contenant des gâteaux sucrés, » raconte Zainab. Après le déjeuner, on passe la journée en effectuant des visites chez des proches et les voisins. La journée d’Eid se termine chez elle avec le dîner auquel sont invitées d’autres familles.


Aisha Monazafu de Madagascar : «Ma famille n’a pas encore accepté ma conversion à l’Islam»

Aisha MonazafuAisha Monazafu venue de Madagascar est une convertie à l’Islam. Elle fait son BSc en Administration à la Greenwich University. Vu qu’elle n’a pas d’amis musulmans à Maurice, elle a célébré la fête d’Eid chez Mariam Goodur, la présidente du Muslim Ladies Council à Plaine-Verte après le salatul Eid au jardin de la Sunni Razvi Society. « Ma famille n’a pas encore accepté ma conversion à l’Islam et pour moi c’est difficile ce jour d’Eid car je ne peux appeler ma famille pour lui souhaiter Eid mubarak, » dit-elle émue. Rappelons que c’est le Muslim Ladies Council qui parraine ses études à l’université. L’année dernière elle a été invitée chez une voisine musulmane pour dîner mais cette année, elle a dû passer la deuxième partie de la journée seule dans son auberge car la voisine n’était pas là.


Fatimah Rashed de Yémen : «J’ai souhaité Eid Mubarak à ma famille»

Fatimah RashedFatimah Rashed est l’amie de Zainab. Elle est d’origine yéménite et est inscrite à l’International Foundation Program. Elle a célébré  la fête d’Eid avec des amis.  « Heureusement que je ne suis pas seule car je me suis fait des amis à l’université. Je ne peux nier avoir ressenti cependant l’absence de la famille, » dit-elle émue. Après avoir déjeuné avec ses amis du campus, elle est retournée dans sa chambre pour préparer sa présentation pour le lendemain.  Grâce aux réseaux sociaux elle reste en contact avec la famille. Toutefois à son réveil, la première chose c’est de téléphoner à sa famille au Yémen. « Cela m’a donné beaucoup de joie quand j’ai parlé et souhaité Eid Mubarak aux membres de  ma  famille,» ajoute-t-elle. Fatimah explique qu’en raison de la guerre au Yemen, les Yéménites célèbrent l’Eid dans leurs maisons et ne s’aventurent pas beaucoup dans les rues dans certains lieux à risques.


Hamada Ali Hassani du Comores : «c’est la vie et on doit faire des sacrifies pour atteindre notre but»

Hamada Ali Hassani Etudiant en Marketing à la Greenwich University, Hamada Ali Hassani est  d’origine comorienne. Le matin, il s’est réveillé à 5h pour accomplir son namaz Fajr puis il s’est préparé pour la namaz d’Eid à la mosquée de Sodnac. C’est sa deuxième année à Maurice. Vu qu’il n’a pas d’amis musulmans, il a déjeuné avec ses amis non-musulmans et une amie musulmane à l’auberge Royal Holiday. Pendant la journée, Hamada a appelé la famille aux Comores pour souhaiter Eid mubarak à  sa mère, son père, ses sœurs, frères et neveux. « Même s’il n’est pas facile d’être loin de la maison, c’est la vie et on doit faire des sacrifies pour atteindre notre but, » laisse-t-il entendre. Après le namaz Asr, il a été invité par son conférencier M. Sadeek Futloo pour  dîner avec la famille. « Mon ami non musulman de Nigeria et mon amie que j’estime comme ma sœur étaient aussi invités. Nous avons mangé le traditionnel Briani et c’étaient des moments qui me manqueront à vie,» déclare-t-il.

Commentaires

A propos de Ahmad Fakuddeen Jilani

Ceci peut vous intéresser

Eid en Afrique

Eid en Afrique : Voyage entre traditions et coutumes

Nous vous emmenons à travers ce reportage sur le continent africain afin de découvrir comment …