mardi , 18 juin 2019
Accueil / People / Fazila Ghoorahoo : femme de tous les combats
Fazila Ghoorahoo

Fazila Ghoorahoo : femme de tous les combats

Un livre ne suffirait pas pour relater la vie et les combats de Fazila Ghoorahoo, une femme d’exception éprise de justice qui n’a pas froid aux yeux. « Mo courbé seulement devant mo Créateur », dit-elle.

Fazila était en première ligne le lundi 23 avril lors de la confrontation des maraîchers et marchands ambulants des foires Da Patten et d’Arab Town avec la police. Après la chute de leurs chiffres d’affaires, ils cherchaient l’approbation du maire de Beau-Bassin/Rose-Hill, Ken Fong Suk Hoon, pour utiliser le parking du stade de Rose Hill pour garer leurs véhicules. À la tête des manifestants, Fazila Ghoorahoo, bien déterminée, a fait comprendre que depuis le démarrage des travaux du Metro Express les clients se font rares car aucun espace de parking n’est prévu.

Après une rencontre entre le maire et les porte-paroles des manifestants, un accord est intervenu entre toutes les parties pour qu’un parking temporaire soit disponible à partir de mardi 24 avril dès 10 heures à l’intérieur du stade de Rose -Hill à l’intention des clients des divers commerces aux alentours du stade de Rose-Hill, du marché, de la foire Da Patten et des commerçants du New Arab Town.

Après cet accord, les manifestants se sont dispersés dans l’ordre. Encore un combat de gagné par Fazila Ghoorahoo qui se dit satisfaite que le bon sens ait prévalu.

Son enfance

Enfant de la région Ollier à Belle-Rose, Fazila a été formée par les sœurs de l’école Notre Dame de Victoire. Elle avait comme enseignant feu monseigneur Margéot et comme maître d’école, M.Mongelard. À l’âge de 8 ans, elle savait que lors de la fête du partage, il fallait se rendre dans un couvent d’enfants abandonnés pour partager des friandises. Avec sœur Claude, Fazila se rendait dans des couvents pour rendre visite aux malades et aux vieilles personnes.

Au collège Patten, elle était très impliquée dans toutes les activités et à l’âge de 13 ans, encore en Forme II, elle a participé à sa première grève au collège car elle trouvait que les frais d’écolage étaient trop élevés. Fazila est parmi les représentants qui rencontrent le manager pour lui faire comprendre que ce sont les enfants pauvres qui fréquentent son collège. Le manager du collège accepte leurs revendications et leur donne gain de cause. Au collège Patten, Fazila a eu comme enseignants Mahen Utchanah, Kris Poonoosamy et Shakuntala Hawaldar entre autres.

Encore étudiante, Fazila veut faire partie de la jeunesse militante après la lecture du livre de littérature «Animal Farm» de George Orwell. La célèbre citation «  Tous les animaux sont égaux, mais certains le sont plus que d’autres.» va l’inspirer. Cette soif d’égalité et de justice la pousse à combattre les injustices.

En mai 1975, Fazila participe à la grève des étudiants et accompagne les manifestants devant la demeure du ministre de l’Éducation d’alors, Régis Chaperon.

Après avoir réussi aux examens de School Certificate, elle prend de l’emploi chez Aviva comme Salesgirl et gravit les échelons très vite pour devenir Assistant manager. Responsable des achats, elle voyage souvent et obtient une mini-bourse pour suivre un cours à Singapour .

Engagement politique

En 1980, elle fait son entrée au MMM et le leader, Paul Bérenger, découvre une femme talentueuse qui n’a pas froid aux yeux et qui sait communiquer. Chaque samedi à Belle -Rose elle suit des cours de formation de Dev et Raj Virasawmy. En 1982, après l’inoubliable 60-0, Fazila ne reste pas les bras croisés et milite pour la justice.

En 1992, elle décide de se mettre la corde au cou et choisit Siddick Ghoorahoo comme partenaire dans la vie. Le couple a deux enfants, Nastazia qui a obtenu son Bachelor in Bio Technology et Muhammad Aniff, qui est à sa dernière année d’études comme médecin.

À partir de 1994 ,la famille de Fazila est victime de répression. C’est à cette époque qu’une section de la population ostracisée et privée d’emploi, est obligé de se transformer en marchands ambulants.

Son époux Siddick est licencié et se retrouve au chômage. Fazila, avec son tempérament de battante, ne se laisse pas faire. Forte de son expérience elle ouvre un petit commerce pour la confection des boîtes et paniers pour bébés et des plateaux mehendi.

En 2007, elle est élue présidente de la « Parent-Teacher Association» du collège Regis Chaperon . Quand elle prend les rênes de l’association, le collège avait mauvaise réputation. Les toilettes étaient insalubres, le mobilier en mauvais état et l’environnement laissait à désirer. Fazila obtient le transfert du recteur et de l’huissier pour mauvaise gestion. Avec l’appui d’autres membres, elle fait rénover l’école et avec détermination, elle met la pression pour que les enseignants mettent le cœur à l’ouvrage. Quelque temps après, le collège Régis Chaperon obtient un lauréat. À cette époque, le Dr Vasant Bunwaree était ministre de l’Éducation. Fazila fait tourner un clip intitulé «Enough is Enough». Toutes les demandes sont acceptées et le collège Régis Chaperon se classe parmi les meilleurs de l’île.

Elle réalise un court métrage

Fazila tend la main aux maraîchers et mène une lutte contre l’insalubrité au marché de Rose-Hill. Elle réalise un court métrage et fait des photos sur les dégâts causés par les rongeurs. Le court métrage était intitulé «Je pleure ma ville» On y voit entre autres les déchets et détritus devant le marché de Rose-Hill et on découvre les rats se déplaçant sur les couteaux des bouchers à l’heure où ils se sont rendus à la mosquée pour la prière du vendredi . La municipalité est obligée d’agir et commence une opération de dératisation.

Sa popularité et son combat contre l’injustice ne sont pas vus d’un bon œil par des dirigeants de son parti. Elle se fait beaucoup d’ennemis mais n’abdique pas même quand elle reçoit des menaces. « Mo dire zotte ki mo pas peur personne excepter mo Créateur ki fine faire moi vinne lor la terre». En 2010, elle prend ses distances de son parti et prend un congé politique.

Son combat contre l’augmentation de la location des étals la mène à découvrir une fraude massive. Débute alors un combat contre l’administration municipale. Fazila est harcelée et verbalisée par les inspecteurs municipaux pour avoir installé ses marchandises en hauteur alors qu’un étal était inoccupé. Seule contre tous et sans avocat, elle défend son cas en cour. En 2017 un jugement est rendu en sa faveur.

Outre son combat contre l’inégalité, elle apprend aux femmes à lire et écrire pour comprendre les documents et contrats qu’elles sont appelées à signer. «Mo faire zotte mette site pour économise zotte l’argent afin ki zotte marié zotte zenfant et paye l’université».

À Plaisance, Fazila apprend aux femmes les rudiments de la bonne cuisine et en 2016 elle organise la fête Eid Ul Fitr entourée des familles à Plaisance. Pour la fête de Noël elle lance une opération «Un peu de lumière pour la Noël» à Camp Levieux.

Sa plus grande satisfaction c’est d’avoir permis à 17 000 familles d’avoir leurs contrats de terrain pour devenir propriétaire après avoir obtenu un lopin de terre de l’ancien régime. Fazila était invitée au parlement accompagnée des quelques familles le jour où cette mesure était inscrite dans le budget.

Combat contre la drogue

Fazila est à l’avant plan du combat contre la drogue et organise des causeries ensemble avec les éléments de l’Adsu. Elle se tourne vers les jeunes footballeurs pour les encourager à faire du sport . Elle cherche des sponsors pour l’équipe de Peacock de Plaisance et organise un tournoi de football.

La voix des sans-voix

En 2015 son dévouement pour le social est recconu par le gouvernement. Elle reçoit le titre de MSK pour services rendus dans le domaine social. Fazila remercie ses parents, surtout sa mère qui était une femme très disciplinée et intelligente. Son père, Dawood, qui était chauffeur veillait à ce que ses enfants ne manquent de rien. Fazila a connu une enfance heureuse malgré le fait que la vie était difficile. Elle remercie aussi son époux Siddick qui est à ses côtés dans tous ses combats et lui tend son épaule dans les moments difficiles. Fazila se considère comme la voix des sans voix. Elle a été la première femme à faire entendre sa voix sur les ondes des radios privées . Elle ne compte pas s’arrêter de sitôt. « Tant ki Allah donne moi courage mo pou continuer dans mo combat, » lance-t-elle.

Elle entame une grève de la faim

En 2005, son époux est licencié encore une fois. Fazila obtient un étal à la foire. C’est là qu’elle comprend comment les gens sont confrontés à la misère à Rose-Hill. À la foire les affaires ne marchent pas bien. « Ène marchand attane vanne ène article pou li acheter ene du pain et gâteaux piment, » dit-elle. Fazila entame une grève de la faim durant 4 jours en faveur des petits commerçants. Elle met sur pied l’association des marchands de la foire de Rose-Hill. À cette époque Paul Bérenger était Premier ministre et il propose de faire construire le Hawker’s Palace dans la capitale. Encore une fois Fazila manifeste sa colère et place des banderoles partout.

Déterminée à se battre contre l’injustice, elle s’oppose au parti où elle a passé toute sa jeunesse. Au nom des sans-voix et des pauvres, elle manifeste devant le Plaza et passe une nuit en plein air. En 2004 débute la construction de la foire Da Patten avec une capacité de 50 places. Un conseiller municipal s’y oppose et met son veto pour faire de la place pour 106 marchands. Encore une fois Fazila utilise toute son énergie pour s’opposer à la démarche du conseiller qui est proche du leader de son parti. Le coût de la foire qui est de Rs 18 millions n’est pas vu d’un bon œil par feu James Burty David, ministre des Administrations régionales d’alors. Le ministre s’oppose à l’inauguration. Les marchands se regroupent pour empêcher qu’un proche du no 2 du gouvernement s’installe à l’entrée de la foire après une réunion nocturne en catimini du conseil municipal. Fazila est verbalisée par la police et une charge de «Rogue and Vagabond» lui a valu une amende de Rs 1000.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

Ameerabee Woozeer

Cadeaux personnalisés : le Towel Cake d’Ameerabee Woozeer séduit

Si vous cherchez à offrir un cadeau unique et personnalisé, alors le « Towel Cake …