vendredi , 18 août 2017
Accueil / Société / Farida Bibi Noorbaccus – Elle lutte pour ses enfants handicapés
noorbaccus

Farida Bibi Noorbaccus – Elle lutte pour ses enfants handicapés

L’un marche sur ses mains et l’autre est alité. Farida Bibi Noorbaccus doit s’occuper de ses deux enfants handicapés. C’est le dur quotidien de cette femme divorcée de 43 ans. La vie n’a pas toujours été facile pour cette mère de deux enfants. Abandonnée à son triste sort, c’est une battante que nous avons rencontrée à son domicile à Plaine des Papayes. « Avant je travaillais comme « cleaner » mais depuis 2 ans j’ai dû arrêter pour m’occuper à plein temps de mon fils Moosamer », dit-elle.

Moosamer est âgé de 12 ans et souffre de « Quadriplegic Cerebral Palsy with Congential Hydrocephalus ». Ses deux bras sont disloqués. Il ne peut ni parler, ni marcher et végète à l’état d’un bébé. « Quand Moosameer est né, il a dû subir une intervention à le tête car une partie de son cerveau était en dehors de son crâne. Après 5 ans, il avait une vie normale quand son bras a commencé à se disloquer. Il a subi 2 interventions en Inde, la première quand il avait 8 ans puis la deuxième il y a tout juste 6 mois. Le médecin à l’Institute of Medical Science de Bombay a pu traiter son bras droit. Mais, il doit repartir pour l’Inde d’ici la fin de l’année pour continuer le traitement pour son bras gauche », dit la mère.

Le jeune Moosameer ne pourra jamais retrouver l’usage des membres de son corps, mais il souffre énormément. Par ses cris de douleur, il exprime ses difficultés. « Après ces dures épreuves j’ai pu m’en sortir par la grâce d’Allah. J’ai reçu beaucoup d’aide des supermarchés, des autorités, des habitants, entre autres. Maintenant je peux m’occuper de mes deux enfants mais il me manque de l’argent pour emmener mon fils en Inde pour subir cette troisième intervention », nous explique-t-elle.

C’est grâce aux donations, aux quêtes et collectes d’argent que Farida a pu réunir la somme de Rs 225 000. Toutefois les frais pour se rendre en Inde coûtent Rs 550 000. Elle a pu trouver l’argent des billets d’avion et de l’hébergement mais il lui manque la moitié de la somme pour les frais hospitaliers et l’intervention chirurgicale pour Moosameer. « Ce qu’Allah décidera, arrivera. Je me suis toujours battue pour mes fils et j’espère que les Mauriciens pourront nous aider pour nous permettre de partir », dit-elle encore.

Farida aussi est malade. A force de porter Moosameer qui devient de plus en plus lourd, elle souffre de son bras également. De plus, elle a Ilshad (25 ans) qui ne peut pas marcher à sa charge. « Le cas de mon aîné est irréversible. Après une opération à la colonne vertébrale il ne pouvait pas se mettre debout. Plutôt que de rester cloué dans son lit, il a préféré rester ainsi et se déplacer à l’aide de ses mains », nous explique-t-elle..

Toutefois, c’est sur son aide que Farida peut compter malgré son handicap. « La vie n’est pas facile, j’ai la tête fatiguée mais je prends mon courage auprès d’Allah. Je dois accepter et c’est Lui qui m’aidera », conclut-elle. Vous pouvez contacter Farida sur le 59082340.

Commentaires

A propos de Nufaisah Mosaheb-Khodabux

Ceci peut vous intéresser

140817_trois-jeunes

Initiative de trois jeunes : une maison incendiée reconstruite en trois semaines

Trois jeunes ont trouvé de l’aide à travers Facebook pour aider une famille en détresse …