lundi , 21 août 2017
Accueil / Rencontre / La famille Gokhool vient fêter Eid à Maurice : «Les musulmans ne sont pas en danger en Angleterre»
270617_gokhool

La famille Gokhool vient fêter Eid à Maurice : «Les musulmans ne sont pas en danger en Angleterre»

Siddick Gokhool, avocat de profession, qui s’est établi en Angleterre il y a 15 ans, est venu célébrer la fête Eid à Maurice avec son épouse Razia, ses trois enfants, Fayaaz, Zoya et le petit dernier, Rizwan. Il affirme que « ce n’est pas vrai de dire que les musulmans sont visés.»

Siddick Gokhool se déplace presque chaque année à Maurice. « Cette année la fête Eid revêt un cachet spécial et c’est un vrai plaisir d’être là car en Angleterre c’est un jour de travail normal pour les musulmans. Vous savez, vivre loin de la famille le jour d’Eid est bien triste et pénible,», nous dit-il avant d’ajouter qu’observer le ramadan en Angleterre est assez dur car actuellement il fait 32%  à l’ombre.  « Il faut se réveiller à 2h.45 du matin pour le sehri et le soir c’est à 21 heures 30 qu’on rompt le jeûne. Le namaz de taraweeh débute à 23.00 heures pour prendre fin à 1.00 du matin. Couma faire sheri aprés taraweeh nous alle dormi ».

Cette année pour le namaz Eid ,il sera accompagné de son père et de son fils. Après les visites chez ses frères, Siddick et sa famille vont déguster un  briani succulent qu’on ne trouve qu’à Maurice. Le soir il sera chez la famille de son épouse à Mahebourg pour le dîner. S’ensuivra une petite fête pour souhaiter la bienvenue à Rizwan né le 6 février 2017. Siddick souhaite une joyeuse fête d’Eid à tous les musulmans de Maurice et d’Angleterre.

Havre de paix

Siddick Gokhool soutient que l’Angleterre est un havre de paix et qu’il n’y a pas péril en la demeure. « C’est un lieu sûr où les droits religieux des musulmans sont respectés. Chacun jouit  de la liberté de pratiquer sa religion». Pour corroborer ses dires il évoque le fait que, des cours de justice ont aménagé un espace pour que les musulmans fassent leurs ablutions et accomplissent le namaz. Autres lieux publics qui offrent les mêmes facilités aux musulmans:  les grands centres commerciaux, les hôpitaux, les universités et les écoles. « Il n’y a pas de quoi s’alarmer. L’attaque contre les musulmans à Finsbury Park est un cas isolé.  On peut dire la même chose pour l’attentat terroriste contre les Anglais sur le London Bridge. Ce ne sont pas de vrais musulmans car ils ont subi un lavage de cerveau et ne fréquentent pas les musjids», dit l’avocat.

Hard worker

Selon Siddick Gokhool, les  juges et magistrats anglais et la police anglaise considèrent les Mauriciens comme des gens pacifiques qui ont réussi leur intégration dans la société. « En général les Mauriciens sont bien établis et sont des ‘hardworkers’ très respectés », ajoute-t-il.

Siddick Gokhool indique que les Anglais respectent les musulmans et ne sont pas islamophobes. « Par exemple, ma propre fille Zoya, qui fréquente une université rentre tard à la maison. Elle porte le hijab et jamais personne ne l’a injuriée en chemin ni a-t-elle été l’objet de remarques racistes », dit-il.  Notre interlocuteur cite  deux cas de la tolérance de l’islam par les Anglais. Le premier est confirmé par sa fille Zoya. « Vous savez à l’université de ma fille les étudiants ont le droit de faire le dawaa pour l’islam sans  problème». Il cite un deuxième cas avéré de tolérance. «Mes collègues anglais partent m’acheter des gâteaux pour que je rompe le jeûne quand je travaille jusqu’à fort tard », dit-il.

Notre interlocuteur indique qu’il y a pas mal d’églises désaffectées qui ont été converties en mosquées. « On vit en parfaite harmonie. Il n’est pas inhabituel de voir en Angleterre une musjid à proximité  d’une église ou d’un synagogue,» affirme notre interlocuteur.

Siddick Gokhool indique que beaucoup de madrassahs ont ouvert leurs portes dans le pays et que de nombreux adolescents de 13 à 14 ans sont devenus des Haafiz-ul-Quran. Il donne l’assurance aux parents mauriciens que leurs proches ne sont pas en danger et que  c’est faux de dire que seuls les musulmans sont visés et que le droit de porter le hijaab est  interdit.  « Les Anglais ont voté le Brexit pour se protéger des Européens et non pour se protéger des musulmans. Cela ne leur fait pas plaisir que les Européens prennent leurs emplois et profitent des avantages, alors que ce sont eux qui payent la taxe », poursuit-il.

Parcours professionnel

C’est en 2002 qu’il quitte le pays pour Londres pour entamer des études de droit. En 2005 il termine ses études et rentre à Maurice un an plus tard. L’adaptation devient difficile Siddick remet le cap sur Londres pour pratiquer comme Solicitor Advocate à Stratford. Spécialisé dans la criminologie et connaissant du bout des doigts le dossier des immigrés, il s’est fait un nom en Angleterre. En 2014, il ouvre son propre cabinet d’avocat. Il défend les droits des immigrés et s’occupe du dossier des personnes qui ont des problèmes de résidence. Ses services sont très sollicité    s. C’est le 23 janvier 2016 qu’il a été « called to the bar » à Maurice.

Naissance de Rizwan 17 ans après

Siddick Gokhool et sa famille ne vivent que pour Rizwan dernier né dans la famille après 17 ans. Son épouse Razia avec le sourire nous indique que son époux et elle se sont mariés très jeunes. Leur fils Fayaaz étudie le Computer Science tandis que leur fille Zoya étudie le Natural Science au UCL. Elle précise que le rite de «Haqeeeqa» de Rizwan avait été célébré à Maurice après sa naissance et que c’est sa deuxième visite à Maurice. Siddick est un père heureux et son visage rayonne de bonheur. «Vous savez, l’arrivée de Rizwan après 17 ans est un grand évènement et a apporté la joie dans la famille. Nous allons profiter pour célébrer Eid et l’arrivée de notre petit prince Rizwan», dit-il. Bien au chaud dans le bras de sa maman, le petit bout de chou  sourit comme pour faire comprendre qu’il est tout aussi heureux d’être parmi la famille.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

160817_jeune

Jeunes et débrouillardise

Le chômage affecte beaucoup de jeunes. Toutefois, certains arrivent à créer leur propres emplois. Ainsi, …