vendredi , 17 mai 2019
Accueil / Actualités / Faheem Soobhany, disparu depuis une semaine – Sa mère, Bibi Sarah : «Nou pé souffert sans toi mo garçon»
Faheem Soobhany
Faheem aux côtés de sa mère

Faheem Soobhany, disparu depuis une semaine – Sa mère, Bibi Sarah : «Nou pé souffert sans toi mo garçon»

L’inquiétude est à son comble chez les proches de Muzzammil Mohammad Faheem Soobhany, 24 ans, qui ne donne plus signe de vie depuis le lundi 4 février.

Le jeune homme qui est marié et habite la rue Saint François-Xavier à Port-Louis, est sapeur-pompier. Il est attaché à la Fire Brigade Unit de Port Louis et a été vu pour la dernière fois vers 7h00 lorsqu’il quittait sa maison pour se rendre au travail. Ce jour-là selon ses proches, il avait dit qu’il avait pris une permission à son travail pour sortir à midi car il devait faire une demande de carte d’identité et se rendre ensuite aux casernes centrales pour effectuer des démarches pour avoir son permis de conduire.

Vers 13 h 10, son épouse Saamiyah,  lui a téléphoné, mais il était injoignable. D’habitude après ses heures de travail vers 16 h 30 il rentrait chez lui. Cette fois comme il n’est pas rentré comme à son habitude et que son absence se prolongeait, son épouse ainsi que ses parents l’ont appelé sur son portable mais en vain. Son téléphone était éteint. C’est durant la nuit que des démarches ont été entreprises par ses parents, amis et d’autres proches pour le retrouver. Ils ont fait des recherches dans tous les quartiers de la capitale et même à Dauguet à Tranquebar, au Caudan, à La Citadelle, à Les Salines et aussi un peu partout dans l’île mais toujours aucune trace de Faheem. Il n’est même pas retourné à son poste de travail. À 14h, la caméra de surveillance d’un magasin le montre à la rue La Chaussée à Port-Louis. Il traversait devant le magasin Cash & Carry et prenait la direction des Casernes centrales.

Sa mère, Bibi Sarah Soobhany,  son père, Riad, ainsi que ses proches n’arrivent pas à fermer l’œil. On ne s’explique pas sa soudaine disparition. Faheem n’a jamais été absent de la maison et est considéré comme un garçon très responsable. Riad n’arrive pas à cacher son émotion et avait même été pris d’un malaise lorsqu’on lui a évoqué le sujet de la disparition de son fils. « Mo demane toi Faheem revine la case. Mo vraiment pas senti moi bien, mo peu gagne to tracas mo garçon Mama, Oume, nous tout bien bouleversé », lance-t-il à l’adresse de son fils.

Quant à Bibi Sarah, elle a même écrit une lettre adressée à son fils pour que ce dernier puisse la lire et savoir la peine qu’elle éprouve en son absence (voir plus loin). C’est une mère abattue par la disparition de son fils bien-aimé qui tente de garder le moral mais qui pourtant n’arrive pas à dissimiler son angoisse.

Sur son lieu de travail, on le décrit comme quelqu’un de très sérieux et de très gentil qui est hautement apprécié. On ne lui connait aucun ennemi. Pour ses collègues, il n’a que des amis un peu partout.  De forte corpulente et mesurant 1m 82, Faheem a les cheveux courts. Le jour de sa disparition, il portait un teeshirt de couleur blanche, un pantalon de couleur bleue et une paire de chaussures noires. Il portait un sac à dos de couleur noire.

Toute information à son sujet doit être communiquée à  l’Information Room de la police sur les 999, 208 0034 ou 208 0035 ou aux postes de police les plus proches.

Touchante lettre d’une mère à son fils

Faheem Assalamulaikum, mo garçon, mo zenfant  Samiyah, moi, papa, Oume, Nani et Nana, toute la famille de tous côtés nous pe travaille ensemble pou retrouve toi au sein de la famille. To conné, mo pas bizin dire toi , nous l’amour pou toi li immense. Mais peut-être nous pas fine conner couma pou aide toi……Donne nous l’occasion pou aide toi, ensemble avec Saniyah…. N’importe kot to été donne nous to nouvelle.  Faire  nous conné si to bien. Nou pé souffert sans toi mo garçon.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

eau

L’eau : une source vitale à ne pas négliger !

Pendant le mois du ramadan, les organismes du corps sont mis à l’épreuve. Donc, il …