dimanche , 22 septembre 2019
Accueil / Rencontre / Fabrez Faugoo : le courage d’un handicapé hémophile
Fabrez Faugoo

Fabrez Faugoo : le courage d’un handicapé hémophile

Paralysé des jambes et souffrant d’hémophilie, Fabrez, 41 ans, refuse d’être considéré comme un handicapé. Véritable modèle de courage, de ténacité et de persévérance, le quadragénaire préfère travailler plutôt que de faire la manche dans la rue.

Voyageant à bord d’un tricycle électrique pour venir à son lieu de travail, Fabrez a du mal à se déplacer seul. Alors il se fait aider par son ami, Rody Prudence, un maçon, qui se trouve au chômage technique. Pour Roddy, Fabrez est un gentleman. « J’essaie de l’aider et des fois je fais des petits boulotscqu’il m’a appris», dit-il.

Fabrez Faugoo est atteint à sa naissance d’hémophilie, un trouble hémorragique grave héréditaire qui se traduit par l’incapacité du sang à coaguler correctement, entraînant dans les cas graves un saignement incontrôlé. À l’âge adulte, malgré sa maladie il arrive à surmonter ses difficultés et à travailler comme cordonnier, le seul métier qu’il a appris après qu’il a terminé le cycle primaire. Son père, Imran, laboureur de son état, lui trouva de l’emploi chez Bhai Khalid, cordonnier très connu à Plaine Magnien. Après un certain temps, son patron lui donne Rs 10 par semaine comme argent de poche. Il passera 7 ans chez bhai Khalid où il a appris toutes les ficelles du métier. À 19 ans il quitte bhai Khalid, pour aller travailler à Ville Noire comme ouvrier qualifié chez un autre cordonnier, Bhai Ali,. Il passera 6 ans chez lui avant de prendre son destin en main pour se mettre à son compte.

En 2003, âgé de 25 ans, il va ouvrir son premier atelier de cordonnerie à l’angle des rues Flamant et La Passe à Mahébourg. Il doit bosser dur pour payer le loyer mensuel de Rs 4,500. Il prend son mal en patience, car il a à sa charge une famille à nourrir. Grâce à sa volonté de fer, il parvient, malgré avec son handicap, à surmonter ses difficultés. Avec sa gentillesse habituelle et son travail bien fait, il a touché le cœur des plusieurs personnes, et très vite il se fait un nom. Il compte parmi ses clients des gens qui viennent des endroits avoisinants comme Plaine-Magnien, La Ville Noire, Petit Bel Air entres autres.

La vie de Fabrez va basculer en 2012 lorsqu’il fait un grave accident de moto qui lui a coûté l’usage de ses deux pieds. Lorsqu’il se réveille de son cauchemar sur son lit d’hôpital, il se rend compte qu’il ne pourrait plus marcher et qu’il est handicapé à vie. «Je ressentais ma gorge se serrer. J’avais le cœur gros et mes larmes coulaient sans cesse. Je pensais alors à mon épouse mes deux enfants et mes parents. Et ce qui allait devenir de ma vie. J’ai passé 7 mois à l’hôpital, et ma convalescence a duré une année entière », dit-il. Après son accident, il ne pensait pas pouvoir travailler de nouveau car il éprouvait mille difficultés à se déplacer. Cependant, il a refusé d’aller demander l’aumône et d’être considéré comme un handicapé. « Des fois les gens perdent l’espoir en s’apitoyant sur leur sort, mais Dieu dans Sa miséricorde a toujours pitié de nous. Dieu m’a redonné confiance en moi-même et pensant à ma famille, j’ai recommencé à travailler », raconte-t-il.


Profil

Fabrez est le 3ème d’une fratrie de 5 enfants. Son père, Imran, était laboureur et Waheeda, sa mère, (marhoom), était femme au foyer. Après ses études primaires, son père lui fait apprendre le métier de cordonnier. Aujourd’hui, malgré son handicap, c’est grâce à ce métier qu’il arrive à faire vivre sa famille. Marié à Zaheera Oree, il a deux filles, Fateema, 17 ans, et Aisha, 11 ans.


L’hémophilie

L’hémophilie est une maladie caractérisée par une mauvaise coagulation du sang. Elle est d’origine génétique, touche principalement les garçons et on en connaît plusieurs formes, dues à des mutations différentes. Son incidence en France est d’environ 1 naissance sur 10.000. Elle peut être plus ou moins grave. On la qualifie de mineure quand la fonction de coagulation se situe entre 5 et 30 % de la normale. Dans les formes sévères, cette fonction peut descendre à moins de 1 % de la normale.

(Source : Futura Santé)

Commentaires

A propos de Fareed Dean

Ceci peut vous intéresser

Abdoullah Irfaan Ibn Rosson

Abdoullah Irfaan Ibn Rosson, diplômé en ‘Special Education Needs’ du Koweït : «On doit accorder plus de facilités pour l’éducation des enfants handicapés»

Abdoullah Irfaan Ibn Rosson, 25 ans, vient d’obtenir son diplôme du Koweït dans la filière …