dimanche , 19 novembre 2017
Accueil / People / Elias Assenally, pêcheur : à 84 ans, il travaille pour gagner sa vie
ELIAS ASSENALLY

Elias Assenally, pêcheur : à 84 ans, il travaille pour gagner sa vie

Depuis son enfance, Elias Assenally n’a fait que côtoyer la mer. Il est toujours fasciné  par cette vaste étendue d’eau. Rien d’étonnant donc qu’il a choisi la mer  pour gagner sa vie comme pêcheur.

Elias est né dans le village de Baie-du-Tombeau, dans le nord  est de l’île à l’embouchure de la rivière Tombeau, menant à Le Goulet  dans le  district de Pamplemousses. Il a grandi et vieilli  là-bas. Il nous dit qu’il est  prêt à mourir en ce lieu où il nourrit  tant des souvenirs. Bhai Elias n’a connu aucune autre profession que celle de la pêche.  Il a commencé par la pêche à la ligne, parmi les grands. Son jeune âge, et son air d’innocence ont fini par le faire adopter parmi les autres pêcheurs. Puis,  petit à petit, il a appris les rouages  du métier.

Bhai Elias nous retrace  en quelques mots les réminiscences de son passé empreint de nostalgies. « C’est vrai que je n’ai pas été à l’école.  Nous étions une famille de sept enfants dont je suis le troisième. L’éducation n’était pas accessible à tous, car à cette  époque  la vie était  difficile », se souvient-il.

Pas de regrets

Quand on lui demande s’il  a un regret,  il nous répond par la négative.  Cela  pour la simple et bonne raison  qu’il vit sa vie,  selon la volonté de Dieu et il est un homme heureux. Marié et père de 7 enfants, dont ses 4 fils qui sont tous des pêcheurs comme lui. Il a connu des hauts et des bas mais il ne s’est jamais découragé. « Je crois toujours qu’il y aura un  lendemain meilleur. Les pêcheurs sont  des familles unies et cela nous aide à surmonter nos difficultés », philosophe-t-il.

Il a connu des moments difficiles, certes. Mais il  a  toujours pu s’en sortir.  Il reconnaît toutefois que la vie est  un cadeau  et si on ne connaît pas sa valeur,  on est malheureux.  Aujourd’hui  à  84 ans,  Bhai Elias  continue  à ramer sa petite pirogue et sillonner la mer au gré des vents et souvent sous un soleil de plomb pour gagner sa vie.

Les risques du métier

Il avoue toutefois que la mer est souvent capricieuse et même dangereuse. Chaque jour les pêcheurs  prennent des risques pour gagner leur pain quotidien. Et, certains ne sont  jamais retournés.   « Ce n’est plus le temps où l’on pouvait pêcher 50  kilos de poissons par jour.  Polluée,  la mer ne nourrit plus son homme comme auparavant.  Et cela fait  plusieurs années que les familles des pêcheurs luttent pour leur survie. Et, il y des déchets qui envahissent la mer.  La modernisation  n’apporte pas que le bien aux  pêcheurs. Des fois on passe toute une journée  en mer pour  revenir avec à peine 1 ou 2 kilos de poissons», affirme-t-il.

Bhai Elias n’a  pas d’autre profession que celle de la pêche. Très jeune  il s’est marié. Le couple a 7 enfants – trois filles  et 4 fils, tous mariés. Bhai Elias et grand-père et arrière-grand-père. Grâce à  ses prières, il trouve la volonté pour affronter  les difficultés de la vie.

Commentaires

A propos de Fareed Dean

Ceci peut vous intéresser

Reshadkhan

Reshadkhan Jaffer Beg – 50 ans comme joueur de tabla : «L’artiste doit être en communion avec son public»

On l’appelait l’enfant prodige. Reshadkhan célèbre ses 50 ans comme joueur de tabla. Il est …