samedi , 22 juillet 2017
Accueil / Religion / Egorger un animal infecté est interdit
boeufs

Egorger un animal infecté est interdit

Il n’est pas permis de sacrifier un animal atteint d’une maladie dont les symptômes sont visibles. À l’approche de la fête Eid-ul-Adha, l’appréhension est grande parmi ceux qui vont faire le sacrifice d’Ibrahim, le cheptel bovin et caprin à Maurice étant atteint de la fièvre aphteuse, est-il permis de sacrifier un ani­mal infecté ? Non. Un animal infecté de la fièvre aphteuse est un animal considéré très malade est un danger pour le pays et pour l’homme. Donc, c’est un animal avec un défaut majeur dans notre contexte. Et le saint prophète (pssl) a dit : « Il n’est pas permis de sacrifier ces 4 animaux pour l’Eid ul Adhaa : (a) Un animal qui est borgne (aveugle d’un oeil), (b) un animal dont sa maladie est évidente, (c) un animal qui boite et (d) un vieil animal qui est maigre sans moelle. [Ibn Majah] ».

Ce qui nous amène à dire qu’il n’est pas permis d’égorger un animal malade pour l’Eid-u-Adhaa. Au contraire, il est re­commandé de sacrifier le meilleur animal possible pour Eid-ul-Adhaa et non celui avec des défauts physiques ou qui est malade. Pour identifier un défaut majeur, il suffit d’analyser le handicap physique de l’animal. Le principe établi à propos des animaux à sacrifier est qu’un défaut majeur les disqualifie pour le Qurbani. Ce qui n’est pas le cas pour un défaut mineure (In­ayah). La fièvre aphteuse peut, quoique rarement, contaminer l’homme. D’où l’abattage de ces animaux par les autorités. En plus, la fièvre aphteuse affaiblit l’animal fiévreux et lui fait per­dre du poids. Les juristes ont défendu le sacrifice d’un animal qui a maigri à cause de la maladie de la gale : « Pas de problème pour ces animaux qui ont la gale et qui sont gras, mais il n’est pas permis pour ceux affaiblis, parce que la gale affecte la chair » (Shami-Haskafi). Ainsi, aussitôt que vous avez découvert que votre animal est atteint de la fièvre aphteuse, alertez les autorités concernées pour qu’elles fassent le nécessaire pour l’animal.

Commentaires

A propos de Mufti Makoojee

Ceci peut vous intéresser

140717_makkah

L’abandon de la salât : ce que vous risquez

Toutes les bonnes actions que nous puissions accomplir dépendent principalement des prière, la salât (namaz). …