mercredi , 22 mai 2019
Accueil / Actualités / Dr Ghufran Ahmad, docteur en médecine yunâni : «Des remèdes prophétiques peuvent être préparées à la maison»
Dr Ghufran Ahmad

Dr Ghufran Ahmad, docteur en médecine yunâni : «Des remèdes prophétiques peuvent être préparées à la maison»

Le Dr Ghufran Ahmad, docteur en médecine unani (aussi appelée médecine yunâni) de l’Université d’Aligarh, située en Inde, était à Maurice cette semaine à l’invitation de la Islamic Medical and Allied Health Professional Association (IMAHPA) dans le but d’animer des conférences pour les professionnels de la santé, les établissements médicaux et les centres d’enseignement durant cette semaine. STAR l’a rencontré pour nous parler de la médicine prophétique.

Le Dr Ghufran Ahmad définit la médecine prophétique comme la  pratique des paroles et des conseils du Prophète Mohammad (saw), sur les maladies et les façons de les soigner. Il explique toutefois que le Saint Prophète (saw) nous a conseillé de préserver idéalement notre santé. Citant un hadith du Prophète (saw), où le Messager d’Allah explique le fait que le croyant fort est meilleur et plus aimé que le croyant faible, le Dr Ghufran Ahmad nous explique que prendre soin de son corps et chercher la guérison sont des actions appréciées par le Créateur. Le Dr Ghufran Ahmad élabore en disant que le Prophète (saw) nous a appris qu’il existe un remède pour chaque maladie et a ainsi ouvert diverses pistes de recherche dans le monde de la médecine.

La médecine prophétique, selon lui, a accordé plus de possibilités de développement à la médecine unani qui a été fondée par les Grecs et les Romains avant l’ère du Saint Prophète (saw). Se basant sur les traditions  ethniques anciennes, les musulmans ont apporté plus de développements dans la médecine unani. Dans la société arabe, il existe des médecins formés au système d’unani, parmi lesquels se trouvait un sahaba, nommé Al Harith Ibn Kalada, qui a été formé dans un centre à Gundeshapur en Iran. En creusant l’histoire, il est rapporté que le Prophète Muhammad (saw) renvoyait souvent les cas avancés à Al Harith Ibn Kalada pour des traitements unani.

Il a souligné que le saint Prophète (saw) a appris les remèdes à certaines maladies de par sa propre expérience et à travers des révélations. Le miel et les graines de nigelle (black seed) sont mentionnés dans le Quran et dans les Hadith. « Quand nous analysions auparavant les médicaments prophétiques, aucun rapport scientifique, à ce moment, n’indiquait les avantages de ces éléments qui sont utilisés dans la préparation de certains médicaments mais maintenant, même la médicine moderne prouve leur efficacité », affirme notre interlocuteur. Le Dr Ghufran Ahmad ajoute que le Prophète nous a présenté beaucoup d’ingrédients qui se sont révélés efficaces par la science médicale moderne dont les recherches ont confirmé leurs propriétés curatives.

Il existe environ 300 médicaments mentionnés dans les traditions prophétiques et curatives qui proviennent principalement des plantes. Certains des médicaments les plus courants que le Saint Prophète nous a enseignés étaient le Jafran et le cumin noir.  Le docteur poursuit en disant que sept cents recherches ont été menées uniquement sur les bienfaits de la nigelle qui sont très efficaces pour guérir certaines maladies. De nos jours, elle est utilisée sous différentes formes: huile, capsules, comprimés et gelées. Certaines recherches prouvent qu’elle est également efficace pour diminuer le diabète et lutter contre le cancer, tout en renforçant notre système immunitaire et aide le corps humain à faire face aux variations saisonnières.

Le Professeur Ghufran Ahmad

Le Dr Ghuffran Ahmad est professeur à l’Aligarh Muslim University. Il est l’auteur de deux livres sur la médicine intitulés, « Ausafe Advia- Zamant se Mohaseba Tak » et « Usool-e-Dawasazi» et a été récipiendaire de plusieurs prix dont l’Institutional Award et le Hakim Ahmad Ashraf Memorial National Award pour sa contribution à la médecine unani, entre autres. Il a également contribué à de nombreux papiers de recherche sur la médecine Unani et a organisé de nombreux ateliers sur ce sujet.

La médecine prophétique

Concernant le développement de la médicine prophétique, le Dr Ghufran nous explique que les recherches ont progressé après l’ère du Saint Prophète. Beaucoup de musulmans ont choisi d’étudier la médecine en profondeur. Khalid, le fils de Hazrat Muawiyah, était un expert en toxicologie. Il a étudié en Égypte, les effets toxiques des plantes utilisées dans les préparations médicinales et a invité de nombreux médecins chez lui afin de se familiariser avec le système. Il développa de nombreux antidotes contre certaines intoxications et a introduit plusieurs médicaments à base de minéraux ainsi que des médicaments à base de plantes. « La plupart des progrès de la science médicale a eu lieu un siècle après le Prophète. Au moins mille livres ont été écrits sur le sujet de la médicine et de nombreuses expériences ont été menées au cours de cette période », dit-il avant de conclure que les Arabes ont également développé d’autres sciences parallèles à la médecine, prenant comme exemple la chirurgie.

Dosage des médicaments

Le Dr Ghufran Ahmed nous fait comprendre qu’en cas de maladie simple, le Saint Prophète préférait utiliser les remèdes maison en raison de leurs efficacités naturelles et qui sont sans effets secondaires. Mais dans des cas plus graves, il les référait lui-même à des médecins à l’époque pour des diagnostics. Même dans les médecines prophétique et unani, il existe des préparations qui apportent un soulagement immédiat aux patients, mais pour les maladies nécessitant une intervention chirurgicale, le Dr Ghufran nous conseille de consulter des spécialistes. « Sinon, beaucoup de ces médecines prophétiques peuvent être préparées à la maison pour soulager les maux communs sans trop débourser de l’argent, et cela peut se faire en étudiant simplement des livres sur le sujet », dit-il. Toutefois, il tient à préciser que dans certains cas où l’on souffre de maladies compliquées comme les complications aigües du diabète, il faut être prudent de ne pas consommer trop de miel. «  Il faut comprendre que  tout médicament a un dosage spécifique et ne s’applique pas à tout le monde. Il est mieux de se renseigner auprès des vos médecins  si vous êtes en situation de doute », avise-t-il.

Commentaires

A propos de Ahmad Fakuddeen Jilani

Ceci peut vous intéresser

240517_ramadan

Loin de leur terre natale : le Ramadan des Mauriciens vivant à l’étranger

Nombreux sont les Mauriciens qui ont quitté leur terre natale pour aller travailler ou étudier …