mardi , 22 octobre 2019
Accueil / Actualités / Dr Ahmed Nisar Marfani, naatkwan : «Le plus grand désastre, c’est l’abus des réseaux sociaux»
Dr Ahmed Nisar Marfani

Dr Ahmed Nisar Marfani, naatkwan : «Le plus grand désastre, c’est l’abus des réseaux sociaux»

En visite à Maurice sur invitation de l’Urdu Speaking Union à l’occasion du Mi’raaj, le Dr Ahmed Nisar Marfani nous a brossé un tableau des nombreux problèmes qui rongent la société. D’emblée, il a déclaré que l’abus des réseaux sociaux est un grave danger. Puis, il a insisté sur l’éducation et la responsabilité des parents. Il compte aider les jeunes Mauriciens à apprendre l’ourdou pour mieux lire les naats shareef.

Vous avez une relation spéciale avec les  Mauriciens amoureux de naats shareef. Qu’est-ce qui vous attire à l’île Maurice ?
Il est vrai que j’ai une relation spéciale avec les Mauriciens qui apprécient à leur juste valeur mes performances. C’est ma 13ème visite à l’île Maurice et c’est la 9ème fois que je viens à l’occasion du Mi’raaj. J’entretiens une relation forte avec mon frère Shezad Ahmed (Ndlr: Chairman de l’Urdu Speaking Union). Je suis aussi un intellectuel qui aime savourer les bons moments avec les personnes qui savent apprécier les bonnes choses.

Partagez-vous l’opinion que les paroles d’un naat shareef peuvent aider à unir les gens et à changer leur mentalité ?
Vous avez raison. C’est la meilleure façon d’unir les gens en les faisant aimer les paroles poétiques que renferme un naat. C’est d’une grande aide, surtout quand vous leur expliquez le contenu du naat. Cela revient à ajouter du miel pour mieux comprendre le sens des phrases et les personnes sont nombreuses à l’apprécier.

Des milliers de gens accourent partout de l’île Maurice pour écouter et apprécier votre voix d’or. Quel est le secret derrière cette si belle voix ?
Avant tout, je suis médecin et je sais comment protéger ma voix. Il n’y a aucun secret, ni de formule magique pour avoir une belle voix. Je récite les naats fréquemment et à chaque fois, je surveille les aliments qui me sont offerts. De plus, je considère que c’est aussi un cadeau de Dieu qui m’a choisi pour lire les naats shareef à la gloire du bien-aimé prophète Muhammad (p.s.s.l.). Vous savez, j’ai commencé à réciter les naats très jeune et cela fait des années que je fais le tour du monde en répondant aux diverses invitations qui me sont adressées.

D’où puisez-vous votre inspiration?
C’est une tradition familiale. J’ai suivi mon grand-père qui était un poète renommé du Pakistan. J’ai aussi un frère qui écrit des naats et deux autres frères qui eux aussi récitent les naats shareef. Ils ont fréquenté un collège au Pakistan où la technique de récitation du naat est enseignée.

Je suis inspiré par mon grand-père et aussi par le célèbre naatkwan Zulfekar Ali. J’aime aussi Fasihuddin Soharwardi qui a été mon premier motivateur et qui m’a permis de progresser.

Changeons de registre maintenant. L’islam est caricaturé partout dans le monde. Êtes-vous d’avis qu’il y a une campagne de haine menée contre l’islam?
Je préfère parler de naat shareef et faire écouter les paroles du prophète Muhammad (p.s.s.l.), que de parler de terrorisme et d’extrémisme.

N’empêche que vous avez votre opinion sur la tuerie de 50 innocents dans deux mosquées en Nouvelle-Zélande.
Certainement, je suis touché. Nous devons suivre les enseignements de la meilleure création du prophète Muhammad (p.s.s.l.) pour empêcher des événements aussi tragiques de se répéter. La meilleure façon pour apporter l’unité et la paix entre nous, c’est par amour pour le prophète Muhammad (p.s.s.l.) à travers la récitation du naat shareef à sa gloire.

Nous subissons un grave danger de par la prolifération des drogues parmi les jeunes. Il y a aussi le taux de divorce qui est en hausse et le manque de respect envers les aînés. Quelle est selon vous la solution à tous ces problèmes ?
Nous devons éduquer nos enfants, mais également les parents qui ne prennent pas leurs responsabilités. Ils sont trop occupés et ne trouvent pas assez de temps pour éduquer leurs enfants, et c’est pourquoi le nombre de cas de divorce augmente et que la drogue détruit leurs enfants à petit feu. Le plus grand désastre, c’est l’abus des réseaux sociaux. Que ce soit Facebook, Twitter, Instagram et autres, il s’agit d’un grand danger qui ronge notre société et fait beaucoup de mal.

Que devons-nous faire ?
Encore une fois, je répète que c’est à travers l’éducation et principalement l’éducation islamique. Le droit d’un musulman sur un autre frère musulman, c’est le devoir non seulement des parents mais de tous ceux qui font du service communautaire.

Vous avez sûrement des projets ?
Bien sûr que oui. J’ai un projet pour rassembler les jeunes vers la récitation du naat shareef pour inculquer l’amour du prophète Muhammad (p.s.s.l.) dans leur coeur. Cela pourra être fait à travers la promotion et la propagation de la langue ourdoue à Maurice.

Mon deuxième projet consiste à planifier un travail qui sera utilisé comme plateforme pour les générations futures dans le cadre d’une action pour la récitation du naat shareef.

Quel est votre message pour les Mauriciens ?
Tout d’abord, je dois remercier l’Urdu Speaking Union à travers Shezad Ahmed avec qui j’ai une relation solide,  plus que familiale. Je remercie tous les Mauriciens pour leur hospitalité et leurs sourires. Je leur dis de partager cet amour et de rester toujours unis.

Vous avez rencontré les finalistes de Aqeedat Ke Phool. Quel a été votre message ?
Je leur ai simplement conseillé d’apprendre la langue ourdoue et de lire les naats pour apprendre l’islam. L’ourdou, c’est la base.

Portrait du Dr Marfani

Hafiz Dr Nisar Ahmed Marfani est né le 6 juillet 1981. Il est issu d’une grande famille religieuse, originaire de l’Inde. Son grand-père était le khalifa de Huzur Mufti e Azam Hind Mufti Mustafa Raza Khan, le fils de Ala Hazrat imam e Ahle Sunnat Shah imam Ahmad Raza khan Fazil e Barelwi.

En 1997, il s’inscrit comme  étudiant prémédical. C’est en 1992 qu’il commence sa carrière comme récitant de naat shareef. À l’âge de 11 ans, il a été invité pour la première fois à la radio au Pakistan lors d’un programme intitulé «Bacho ki Dunya». Il commence le hifz ul Quraan alors qu’il était encore à l’école. En 2002, il complète la mémorisation du Coran  alors qu’il faisait son MBBS et trois ans plus tard, il termine son MBBS et obtient son diplôme de la Hamdard Medical University.

Son premier album s’intitule «Habibi Ya Habibi» et «Dar e Khwaja». Il a beaucoup voyagé et s’est rendu dans plusieurs pays, dont l’Inde, l’Arabie saoudite, Dubaï, l’Afrique du Sud, le Bostwana, l’Angleterre, les Pays-Bas, l’Allemagne, le Portugal, le Mozambique et le Malawi, entre autres. Son dernier album, lancé en 2010, s’intitule «Jashne Baharan Mil Kai Manao».

Le Dr Marfani est connu pour ses récitations des poèmes d’Ala Hazrat de même que ceux de son guide spirituel Huzoor Tajush Shariah mufti Akhtar Raza khan Al Azhari, le petit fils de Ala Hazrat, ainsi que d’autres grands poètes, comme Maulana Jaami, Sheikh Saadi, Khalid Mehmood et Abdul Satar Niazi.

Il réside au Zimbabwe avec son épouse et ses deux enfants. Il voyage souvent au Pakistan et dans d’autres parties du monde pour des récitals. Il aime la lecture des rubriques médicales, le cricket, sa famille et rencontrer des amis.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

MMM

MMM : le BP finalise la liste des candidats

La liste des 60 candidats du Mouvement Militant Mauricien (MMM) pour les prochaines élections a …