dimanche , 21 janvier 2018
Accueil / Actualités / Doola Kalam agressé après avoir terminé sa prière
Doola Kalam

Doola Kalam agressé après avoir terminé sa prière

Doola Kalam Azad Burtun,  un vigile de 67 ans habitant la capitale, est dans un état critique à l’unité des soins intensifs de l’hôpital Dr Jeetoo. Il avait été sauvagement agressé à la tête sur son lieu de travail tôt le matin le mardi 26 décembre 2017.

Doola, un père de famille, travaille comme vigile depuis 10 ans pour la compagnie Dorbal Centre situé à la rue Louis Pasteur à Port-Louis. Selon ses proches, d’habitude il est de service la nuit  et est à son poste à partir de 18h00  jusqu’à 6h15 le lendemain.  Dans la  nuit du lundi 25 décembre, comme à l’accoutumée, il est sur son lieu de travail et tard dans la nuit il téléphone à son épouse pour prendre de ses nouvelles.  Doola ne rate pas une occasion pour accomplir ses cinq prières quotidiennes. Ainsi le mardi 26 décembre vers 5h00, il est parti faire la prière du matin. Par la suite, il a regagné son lieu de travail.  Volontairement, il aime balayer le parking qui se trouve devant l’entrée du bâtiment où il agit comme vigile pour le garder propre. « Il nous a dit qu’il avait la tête baissée quand on l’a attaqué dans son dos et on lui assené un coup à la tête avec un objet. On l’a frappé à la tête seulement avec probablement un casque », raconte un proche.

Aux alentours de 6h15, un marchand de gâteaux qui a un emplacement non loin de là, a découvert le corps inanimé de la victime sur le parking. Il  s’est approché et a constaté que Doola était  inconscient et saignait du nez. Mandée sur le lieu, la police a transporté la victime à  l’hôpital. Mis au courant de l’agression de son vigile, l’employeur a téléphoné aux proches de la victime pour leur demander de venir à l’hôpital. « So patron téléphone nous dire vine hôpital parski Doola malade », raconte Ralybe, le fils de la victime.

Doola souffre de diabète et d’hypertension. Au départ,  ses proches et même son employeur pensaient que la victime aurait pu avoir eu un malaise lié à sa maladie. À un moment donné, la victime a repris connaissance et a pu confier à ses proches qu’il avait été victime d’une agression avant de tomber de nouveau dans un coma.  Il a alors été transféré au service des soins intensifs. Selon les examens médicaux, la victime souffre de multiples fractures du crâne et d’hémorragie cérébrale.  Il a pu reprendre conscience mais son état de santé inspire toujours de vives inquiétudes.

Les proches de la victime souhaitent que la police fasse diligence et retrouve son agresseur. Pour eux, il s’agit d’une agression préméditée vu que le trousseau de clés en sa possession  a été volée. L’agresseur n’a pris ni son téléphone portable, ni son argent de poche ni la clé de sa moto.

« La police fine dire nous ki pou le moment zot pas capave faire narien parski pas enkor prend plainte mo papa. Mais si li prend un an pou bien ou arrive li ene kitte chose, ceki nus comprend l’enquête pas pou ena et coupable pou toujours en liberté », dit encore Ralybe.

Ce dernier et ses proches lancent un appel au commissaire de police de les aider à retrouver l’auteur de cette agression. Ils souhaitent aussi que la police visionne les images des caméras de surveillance installées à proximité par les autorités.

Commentaires

A propos de Reshad Toorab

Ceci peut vous intéresser

160118_anwar

Soins oculaires – Dr Husnoo : «Le traitement au laser permet des interventions pointues»

« On travaille sur le dossier de la construction d’un nouvel hôpital des yeux », a …