lundi , 25 septembre 2017
Accueil / Actualités / Diaspora musulmane à Maurice : l’assistance a eu droit à des discours de haute facture
280817_diaspora

Diaspora musulmane à Maurice : l’assistance a eu droit à des discours de haute facture

« The Organisation for the Diaspora  Initiative (ODI) » a organisé une conférence le mercredi 23 août 2017 à la municipalité de Quatre-Bornes. Plusieurs intervenants ont parlé sur la diaspora musulmane.

C’est en présence de l’ex-vice-président de la République, Raouf Bundhun, Rafick Elahee, ancien ambassadeur de Maurice au Pakistan et Rajen  Gangoosing, secrétaire de l’ODI, et d’autres invités qu’a eu lieu cette conférence. Au début, Kenza Hobass a interprété  un « Hamd » et Muhammad Umar Malik une chanson en arabe. Le Dr. Swabir Goodur a récité un poème ayant pour titre «Purkhon Ki  Dastaan ».

Contribution des musulmans

Le vice-président de la République, Paramsivum Pillay Vayapooree,  a axé son discours  sur  le thème de la contribution des musulmans au développement et au progrès  du pays. «Nous reconnaissons tous la contribution des familles musulmanes à l’avancement du pays. Les musulmans ont beaucoup contribué pour l’avancement du pays,  dans le domaine du commerce, entre autres. Des personnages ont laissé leurs empreintes. La famille Atchia fut la première à  créer  son usine pour la production de l’électricité.  Le  Dr Idrice Goumany a fait une  énorme contribution dans le domaine de la santé. Mais, ce qui est important c’est de préserver  cette  culture. À Maurice nous vivons  une multi culturalité. Il y a des endroits comme Pointe des Lascars ou Camp des Lascars qui sont des souvenirs marquant l’arrivée des musulmans à Maurice », fait-il ressortir.

Une nation multi-ethnique

Assad Bhuglah a félicité l’Organisation de la Diaspora  Indienne  pour avoir organisé  cette conférence sur la diaspora musulmane. « L’histoire mauricienne a été écrite du point de vue colonial. Étant donné que Maurice est une nation multiethnique et multiculturelle composée d’immigrants issus de différentes régions du monde et de milieux culturels différents, chaque composante de la société mauricienne a une touche particulière à ajouter à l’histoire dominante de l’immigration », a-t-il dit.

« Notre objectif  c’est d’enrichir l’histoire de la diversité à Maurice et de ne pas revendiquer la supériorité ou la prédominance d’un chapitre de l’histoire par rapport à l’autre. Car nos ancêtres venaient de différentes parties de l’Inde – Rangoon, Peshawar, Sind, Lahore et Chittagong pour ne  mentionner que  ces endroits », dit-il encore.

Par ailleurs, Nassim Goumany a axé son discours sur le parcours du Dr Idrice Ameer Goumany. « Le Dr Idrice Goumany était un patriote dévoué et discipliné. Ses parents étaient très pauvres. Mais il a reçu une bonne éducation et une bonne formation religieuse. Il est né le 28 juillet 1889, à Plaine Verte, qui était connu comme à l’époque comme ‘Camp des lascars’. Avec d’autres médecins de son époque, à savoir,  Dr Madar Cassim Noormohamed Sakir, Dr. Hassen Cassim Noormohamed Sakir, Dr Marie François Xavier Nalletamby, Dr. Mourchid Sheikh et le Dr. Annasamy Sinatambou, ils sont devenus le premier groupe de médecins  parmi les Non-Blancs à Maurice.  Il fut le premier à avoir terminé son diplôme en médecine en 1883.   Et il fut le seul médecin qui accepta  de soigner  des travailleurs engagés de l’épidémie de la variole, alors que les autres médecins ont tous refusé. Mais il finit par attraper le virus et en mourut », a-t-elle raconté.

Construction de mosquées

Abdool Cader Kalla a aussi rappelé un fait historique. Partout où les Surtees boutiquiers et propriétaires de magasin (dukanwallas), se sont installés, ils ont fait bâtir une mosquée et une madrassa pour les musulmans. « Ibrahim Suleiman Atchia qui fut le guide spirituel pour la communauté musulmane, est le père du « Major » Amode Ibrahim Atchia. C’est lui qui  a construit en 1863, la Sunnee Mosque à Rose-Hill. En 1880, les Atchia se sont associés aux anciens immigrants pour exploiter la forêt  de Savanne pour le bois. Ils ont accueilli le Mahatma Gandhi et facilité son séjour dans l’île et ont aidé Manilall Doctor », a-t-il-déclaré.

La présidente de l’ODI,  Ranjita Bunwaree, CSK  est d’avis que l’histoire de l’arrivée des musulmans à Maurice  ne peut pas se faire en quelques mots.  « Ce sont les Malais et les Arabes qui ont été  les premiers à avoir visité l’île en 1502 pour s’approvisionner en eau. Les Arabes lui ont donné le nom de «Dina Robin ». L’histoire du pays  va prendre un nouveau tournant sous le règne colonial français, avec l’abolition de  l’esclavage en 1834. Ce qui obligea le pouvoir colonial à faire venir  de l’Inde des travailleurs engagés, qui ont vécu dans des conditions inhumaines. Ils n’avaient d’autre choix que  de lutter pour survivre.  Aujourd’hui comme une nation arc-en-ciel, nous vivons en harmonie, avec une langue qui nous lie tous ensemble », fait-elle remarquer.

Commentaires

A propos de Fareed Dean

Ceci peut vous intéresser

hadjees

Accueil chaleureux pour les hadjees

Le premier gros contingent des hadjees mauriciens est arrivé jeudi après-midi par le vol d’Emirates …